Archives de catégorie : Alain Frontier

Ce que tu es romanesque ! (Alain Frontier)

Dix ans séparent la publication de deux livres : celui d’Alain Frontier[1] et celui de Didier Garcia[2]. Les deux sont introduits dans le monde des Lettres par Christian Prigent qui signe la quatrième de couverture de l’un et de l’autre. Si Frontier a été membre du collectif TXT, Garcia apparaît bien après la revue éponyme disparue en 1993. Pour Jean-Marie Gleize, responsable de la collection dans laquelle publie Garcia, TXT serait « la dernière revue vraiment « moderne »[3] ». Après avoir repris ce cliché avant-gardiste et maintenant conformiste de « la fin de l’histoire », Gleize rappelle ce passage de « l’important texte introductif au numéro 13 (« Au-delà du principe d’avant-garde ») », caractéristique de « la grande aventure de cette revue », de sa « passion du réel », de son « désir de traquer […] le réel sous les mots, en dépit des mots » : « Expérience du corps dans la langue, la fiction affronte l’imaginaire par irruption du réel ».

C’est certainement parce que le dispositif de Frontier dont le titre est suivi d’une indication générique (« Fiction »), venait confirmer ce « programme » que Prigent introduit Portrait d’une dame ainsi :

« Les paroles », dit le modèle, « sont les seules choses qui nous appartiennent, et toi, tu m’en dépossèdes. » Bribes arrachées au flux d’une parole (amitiés, paysages, lectures, épopées domestiques, aphorismes et sentences), prélèvements de ce qu’une voix, au fil des heures, profère, voici un livre intégralement cité et minuté… Sa radicalité est dans la violence douce du rapt, dans l’alignement a‑pathique des coupons. C’est quelque part du côté du ready-made (découpage et encadrement), du cut-up in vivo, de la tranche de langue plutôt que de la tranche de vie, du vol, à la langue, d’une autre langue qui en tire, du coup (le modèle est photographe), le portrait : l’écriture toute crachée.

La description apparaît plutôt exacte. Lisons le début du livre de Frontier.

Jeudi 1er  avril 1982,

13 h. 54. ‑ Je mangerais bien un petit dessert et un petit café.

13 h. 55. ‑ Tu ne vas quand même pas tout noter !

13 h. 56. ‑ Elle n’imagine pas que les gens qui sont ici puissent la voir.

13 h. 57. ‑ Déménager cette armoire qui est là !

13 h. 58. ‑ Ça ôte de la spontanéité à ce que tu dis.

13 h. 59. ‑ Je suis quand même très productive.

14 h. 00. ‑ J’espère que le jeune homme ne va pas faire tout tomber.

14 h. 01. ‑ Ce qui est marrant, c’est que le référent manque.

14 h. 05. ‑ Elle est bonne cette tarte.

14 h. 09. ‑ C’est un soutien-gorge que tu appelles communément un lance­-pierre ?

14 h. 17. ‑ Ooooh ! le temps fraîchit.

14 h. 33. ‑ Regarde: on marche sur des pierres tombales.

Vendredi 2 avril 1982,

13 h. 32.‑ Hier à Senlis, aujourd’hui à Chelles… Ce qu’on est voyageurs !

14 h. 05.‑ Je suis quand même contente d’avoir fait cette émission.

16 h. 25.‑ Tous ces gens qui savent où ils vont… Pas nous.

16 h. 32. ‑ Quand je pense que les Demarcq ont été en Grèce ! Depuis Compiègne!

16 h. 33. ‑ J’espère que mes pneus ne sont pas sous-gonflés

16 h. 36. ‑ Ce camion, il fait n’importe quoi !

16 h. 41. ‑ Tous ces gens avec la planche sur la tête

17 h. 15. ‑ J’en ai marre par à-coups. Là, ça va.

17 h. 20. ‑ Ah ! les goujons !

17 h. 23. ‑ Ce qui est dommage c’est qu’on ne verra pas la mer aujourd’hui.

17 h. 24. ‑ On va prendre de l’essence tranquillement, on va pisser tranquillement.

18 h. 25. ‑ Les arbres ne sont pas encore bien touffus.

18 h. 34. ‑ Le soleil est encore haut.

18 h. 41. ‑ C’est étrange cette lumière non ? Ça mériterait un arc-en-ciel par là.

18 h. 55. ‑ On aurait pu emmener les petits Prigent chez leur grand-mère.

22 h. 34. ‑ Si on mettait nos chaussons ?

Il y a chez Frontier une continuation du projet de Denis Roche que les Dépôts de savoir & de technique explicitent :

J’imaginai de piquer, par millier de piqûres successives, par dizaine de milliers de piqûres rapides et de durées semblables, la réalité des choses et des gens, mais toujours par autres écritures interposées, ces écritures étant des sortes de perspectives infinies mais retournées sans arrêt sur les choses ou les gens chez qui elles se trouvaient entreposées[4].

Jean-Marie Gleize, qui cite ce passage[5], met en rapport cette pratique scripturale avec la pratique photographique ultérieure de D. Roche dont rend compte La Disparition des lucioles[6]. Ne voit-on pas sur la couverture du livre de Frontier une photographie qui prend l’auteur en train de noter sur son carnet au premier plan pendant que l’arrière­ plan montre sur une vitrine réfléchissant le même vu légèrement de dos face à la photographe (Marie-Hélène Dhénin) le photographiant : un dispositif photographique qui fait bien évidemment penser à celui que D. Roche a proposé avec ses photographies prises au déclencheur à retardement. Le livre comporte par ailleurs dix photographies de Dhénin qui est « la Dame » du titre et dont la photographie figure sur la quatrième de couverture.

Ces « instantanés » textuels (citation à comparaître d’une voix ou « tranches de langue », comme dit Prigent) ouvrent effectivement des « perspectives infinies » et, nous l’avons vu, le « modèle » pose le paradoxe de l’entreprise : « Tu ne vas quand même pas tout noter ! » C’est qu’une telle écriture fragmentaire, dont l’éclatement est souligné par le minutage et le « cuttage », pose une hésitation entre l’impossible totalisation qui n’en dessine pas moins le vœu secret ou du moins la possibilité, et la réelle sélection qui n’en laisse pas moins agir l’aléatoire si ce n’est le continu d’une voix, d’une relation. Ce qui risque de faire passer la relation par une totalisation, la voix par une maîtrise que l’infinitude des fragments réussirait à prendre, capter grâce à la technique : la « fiction » serait alors non celle d’un « portrait d’une Dame » mais d’une « technique ». Nous devrions alors entendre ce que suggère certainement Frontier : si le photographe fixe du réel – du visible – à son insu, l’écrivain, devenu simple reporter chargé de noter au gré de son appareil enregistreur qu’est son carnet de note ambulant, fixerait « une autre langue », comme dit Prigent. Quelle est cette « autre langue » qui tirerait le portrait « à la langue » ? Il y a certainement le fait que ces prélèvements du parlé constituent autant de fragments d’une parole, plus que d’une langue, à moins que l’on entende cette expression comme un équivalent d’une forme de langage qui répondrait à une forme de vie. Cette « fixion » permettrait de « tirer le portrait » : « l’écriture toute crachée » (Prigent), c’est-à-dire « une écriture » et non une relation puisqu’elle ressemblerait non à la Dame qui est à chaque minute, à chaque phrase, un recommencement, une reprise de tout ce qu’on avait cru avoir comme « portrait », mais à ce qu’elle dit qu’elle est, à un portrait qu’on parcourrait, qui aurait été fini d’avance, tiré une fois pour toutes.

Mais Prigent maintient une conception qui arrime sens et référence tout en encourageant une pratique discursive qui ferait tout pour montrer que « le référent manque ». C’est alors que la référence n’est pas pour autant réduite à une simple autoréférenciation, mais bien produite par le discours qui ne manque pas de construire une subjectivation dans et par la relation que l’écriture fait plus qu’elle ne le dit. Cette réfection de la référence est polymorphe mais elle ne vise qu’une signifiance : un corps‑langage qui serait celui de la « Dame ». Pour nous limiter aux deux premiers jours de ce « Portrait », constatons que le sujet du discours n’est pas celui qui parle mais celui qui prend corps dans ce montage de « coupons ». Le « Pas nous » qui répond à « Tous ces gens qui savent où ils vont », s’il marque l’indication d’une inquiétude concernant la destination, le sens de ce projet d’écriture à ses débuts, fait aussi la nécessité de la relation qui ne se soucie que d’aller (« Ce qu’on est voyageurs ! ») et d’émettre (« Je suis quand même contente d’avoir fait cette émission ») en prenant son temps (« tranquillement »). Quand le « modèle » déclare le « mercredi 20 juillet 1983 » à « 08 h. 00. » : « Ce que tu es romanesque » (p. 103), cette écriture fragmentaire vise bien plus le roman du portrait que le portrait du roman. Autrement dit : Portrait d’une Dame est plutôt l’histoire d’un portrait en cours, d’un portrait in progress. Ce que dit la dernière page qui montre l’auteur en train de noter ce que nous ne lirons pas mais qui continue le portrait. Ce portrait qui continue est aussi entre les « minutes » retenues si l’on entend ce terme dans le sens juridique. Par conséquent, cette écriture fragmentaire établit autant d’attestations de la relation qu’il est possible dans le cadre de cette « fixion » d’un corps‑langage qui passe. Bien autre chose qu’un portrait puisque l’individu en question n’est autre qu’un sujet de la relation, un « je/tu ». Deux notations du « mardi 17 août 1982 » suffisent à la prouver :

12 h. 07. ‑ Portraits d’une dame chez les Prigent.

12 h. 08. ‑ C’est toujours l’amorce. C’est chiant, les amorces. (p. 39‑40)

Ébauche plus que portrait. Mais le commencement est ce qui fait la relation, ce qui fait qu’elle reste relation. Si cependant l’allégeance à Prigent, à bien des noms qui signent les « amitiés » (ici, Demarcq et Prigent), indique une certaine soumission au social, à l’époque, il faut ajouter aussitôt que Frontier reste « un peu chinois » (p. 82), comme dit sa « Dame » . Un chinois du Moyen Age : ce qui fait sa modernité quand le fragmentaire ferait à lui seul sa modernitude…



[1]. A. Frontier, Portrait d’une Dame fiction, TXT, 1987.

[2]. D. Garcia, Fragments pour l’Aimée, Marseille, Al Dante, « Niok », 1997.

[3]. J.‑M. Gleize, « TXT » dans M. Jarrety (éd.), Dictionnaire de poésie de Baudelaire à nos jours, op. cit.

[4]. D. Roche, Dépôts de savoir & de technique, Seuil, 1980.

[5]. J.‑M. Gleize, « Roche Denis » dans M. Jarrety (éd.), Le Dictionnaire de Poésie de Baudelaire à nos jours, op.cit.

[6]. D. Roche, La Disparition des lucioles, L’Étoile, 1982.