Archives de catégorie : Soutenances de thèse

La critique littéraire d’Alfred Jarry à La Revue blanche

Voici le texte présentant la thèse de doctorat intitulée La critique littéraire d’Alfred Jarry à La Revue blanche, tel qu’il fut prononcé (seules les notes ont été ajoutées) le vendredi 12 octobre 2012 à l’Université du Maine (Le Mans), dans le cadre de l’École doctorale Sociétés, cultures, échanges (Angers).

Le jury était le suivant :

M. le Professeur Émérite Henri BÉHAR, Université Paris III Sorbonne Nouvelle

M. le Professeur Émérite Patrick BESNIER, Université du Maine

M. le Professeur Bertrand MARCHAL, Université Paris IV Sorbonne

Mme la Maître de conférences HDR Nathalie PRINCE, Université du Maine

Directeur de thèse : M. le Professeur Émérite Patrick BESNIER

La thèse quant à elle est disponible intégralement ici.

J’aimerais tout d’abord remercier Monsieur Patrick Besnier d’avoir accepté d’être mon directeur de thèse et de m’avoir permis de mener à bien ce travail, ainsi que Madame Nathalie Prince, Messieurs Henri Béhar et Bertrand Marchal, d’avoir accepté d’être membres de mon jury.

Comme l’écrit Julien Schuh, que je remercie également d’être présent, « [l]a première période de l’écriture de Jarry », qui correspond à « la première moitié » de sa vie d’écrivain, de 1893 à 1899, « peut être analysée comme une forme de quête de l’absolu littéraire : dans le sillage du décadentisme et du symbolisme, et sous l’égide de Remy de Gourmont, Jarry livre des ouvrages d’une obscurité calculée, synthèses voulues de son univers, prétendument libérées des contingences 1». Cette « obscurité calculée » s’inscrit pleinement dans la mouvance du « rêve mallarméen du livre », rêve qui correspond à toute une époque, étant ontologiquement relié au symbolisme. Ce rêve est, comme le note Bertrand Marchal, « d’abord un rêve narcissique d’identité absolue, le rêve d’un livre […] total qui enferme dans sa plénitude jalouse, comme les missels à fermoir ou les grimoires des alchimistes, la plénitude du sens 2». Et cette plénitude du sens ne doit pas être octroyée à quiconque. Pour Jarry comme pour Mallarmé, la lecture est vue comme « un viol 3». Et, de fait, l’œuvre est « livr[ée] » à la « subjectivité » perçue comme « parasite 4» du lecteur. Cette communication, nécessairement tributaire des contingences, est vécue par l’auteur comme une violence faite à son œuvre, violence nécessaire certes puisque c’est elle qui fait exister le livre, mais jugée intolérable. Aussi, et je cite toujours Bertrand Marchal, « [c]omment faire […] pour que le livre, appelé à confronter son objectivité à la subjectivité du lecteur, n’y perde pas son identité, pour que le livre, en somme, reste LE livre, et non pas un livre pulvérisé par la multiplicité des lectures possibles ? 5»

À cette question, Jarry répond de cette façon : il s’agit, par le texte, de s’offrir au regard et dans le même temps de se soustraire – du moins en partie – à la compréhension qui peut être faite de ce que l’on offre au regard.  Il n’est pour s’en rendre compte que de se reporter aux Minutes ou à César-Antechrist, ou encore à la critique d’art pratiquée par Jarry dans sa jeunesse6. Est mise en œuvre comme le souligne Françoise Lucbert dans cette première critique une « intensification de la dimension polysémique de la prose poétique. Il s’agit d’instaurer une relation entre le signifiant et le signifié qui ne soit pas exclusivement dénotative. 7» La « prose s’inscrit [alors logiquement] dans un projet poétique. Le choix d’une écriture savante et complexe correspond aux convictions » d’un Jarry « récalcitran[t] à la tyrannie de la supposée clarté de la langue française, à laquelle i[l] contest[e] tout pouvoir d’évocation. 8»

En revanche, constate Julien Schuh, « à l’aube du XXe siècle, dans un autre espace littéraire » qui correspond surtout au cénacle de La Revue blanche, « la démarche de Jarry se transforme ». « [L]es textes qui devaient constituer La Chandelle verte, liés à l’actualité, découlent d’une autre vision de la littérature […] 9». En effet, ce qui frappe immédiatement, en ce qui concerne les textes des « Spéculations » ou des « Gestes » comme en ce qui concerne les critiques littéraires publiées dans le même temps à La Revue blanche, c’est l’immédiate clarté de la langue, qui s’oppose si fortement au premier Jarry que nous venons d’évoquer. Cette clarté ostensiblement affichée naît logiquement des trois caractéristiques « médiologiques » propres à tout organe de presse, et ainsi à la forme de La Revue blanche : « les conditions de périodicité, de clôture et de diffusion 10». Si Jarry tient à conserver cette clarté, puisqu’elle marquera de son sceau son ultime roman La Dragonne, après s’être déployée dans Le Surmâle, pour se communiquer jusqu’aux opérettes, celle-ci résulte-t-elle d’abord de la façon dont l’auteur de Messaline répond aux exigences de lisibilité propres à toute revue qui a pour but de perdurer et ainsi d’asseoir et d’augmenter son lectorat ? Le journal (et dans une bien moindre mesure la revue) serait, pour reprendre la formulation d’Alain Vaillant, « le mécanisme diabolique qui, soumettant l’écrivain à la nécessité absurde de la périodicité et à la pression constante et immédiate du public, aurait perverti la littérature – l’aurait industrialisée, selon l’expression de Sainte-Beuve – en provoquant, au passage, l’obsolescence quasi-instantanée de la poésie. 11» Et comme pour épouser le tour nouveau que prend son écriture, Jarry chronique surtout des romans dans La Revue blanche, pour ce qui est de la littérature, alors qu’il rendait auparavant surtout compte de recueils de poèmes. L’auteur d’ « Haldernablou » épouse en cela (et je cite là Christophe Charle) l’évolution du marché éditorial, qui a « pour caractéristique essentielle la croissance de deux genres : poésie et roman12. Mais [cette évolution] a pour chacun des conséquences contradictoires. La poésie, genre qui autrefois occupait le sommet de la consécration, à la suite de cette croissance, tombe progressivement hors de la sphère du marché et devient marginale, elle n’est plus un cursus suprême mais », du moins prétendument, « l’impasse de l’art pour l’art. 13» Si Jarry épouse le flux éditorial dans ses principales lignes de force, il le fait souvent avec distanciation. Ainsi, si  l’on « voit […] l’ordre des valeurs littéraires évoluer et le roman accéder à la consécration académique dès l’Empire mais surtout sous la Troisième République avec le roman psychologique, roman mondain pour la classe dominante en réaction contre le roman « vulgaire », naturaliste 14», Jarry critique avec une grande violence l’une et l’autre formes de roman, comme en témoigne son compte rendu laconique de Napoléon et l’amour et son mépris affiché pour Zola. Jarry suit également l’évolution du marché, prenant acte du fait que les « années postérieures à 1870 » ont vu « le passage du temps des éditeurs […] à celui de l’entreprise éditoriale 15», en rendant compte d’ouvrages qui, dans leur spécialisation ou de par l’effort de vulgarisation auquel ils participent, répondent au désir de nouveau du lectorat éclaté de l’époque, à l’explosion du nombre des intellectuels et à l’élargissement « du champ des lecteurs possibles grâce à la généralisation progressive de l’instruction publique 16». « L’alphabétisation massive fut réalisée au XIXe siècle, en même temps que la diffusion de la langue française. Elle rendit possible l’expansion du public des lecteurs et la généralisation au niveau national de la culture littéraire 17», résume Martyn Lyons. Cette généralisation évolua de concert avec le scientisme et le flot toujours plus dense des découvertes poussa naturellement les contemporains de Jarry à être toujours plus férus d’ouvrages pouvant expliquer le champ des connaissances qui s’ouvrait à eux. En cela, Jarry se place parfaitement au centre du « bouillonnement intellectuel d’une période marquée par l’esprit d’invention et celui d’ouverture 18», comme l’écrit Christophe Prochasson. Et les modalités d’existence de La Revue blanche et du Mercure de France prennent incontestablement acte de l’ « apparition de revues spécialisées », « étape importante dans le processus de professionnalisation que connaissaient alors certaines catégories d’intellectuels. 19» À la fin du siècle, « [l]e potentiel de lecteurs se faisant plus nombreux, les auteurs eux-mêmes se multipliant, la revue dut changer de caractère. Elle devint le lieu chéri des intellectuels […] 20»

Ainsi, si Jarry, comme l’écrit Michel Décaudin, se lance dans une « entreprise journalistique 21» au sein de La Revue blanche alors qu’il « n’est pas journaliste quand en 1894 il écrit des articles de critique pour les Essais d’art libre, L’Art littéraire ou le Mercure de France », il ne faut pas oublier néanmoins qu’il a conservé, au sein de cette entreprise, sous la protection amicale de Fénéon, toute sa liberté créatrice et de pensée. Il ne faut pas oublier non plus combien « la création massive de petites revues dans les vingt dernières années du XIXe siècle procède d’une réaction contre les journaux à grand tirage et les revues établies. 22» Cette réaction tient au rejet des formes dominantes et de la toute-puissance du feuilleton mais aussi au simple désir d’être publié. « L’impossibilité d’être admis au sein des revues et journaux établis force les auteurs à soumettre leurs textes à des tribunes moins en vue. Mais en même temps, cette manière d’exclusion a l’effet d’un catalyseur qui suscite une effervescence exceptionnelle dans le monde de l’édition. 23». En conséquence, c’est dans les petites revues que « [l]es avant-gardes s[e] réfugi[e]nt […] 24». Et ce bien évidemment également par choix. En effet, « la revue souffre moins de l’éphémère qui gâte le journal quotidien. Sa légitimité, son caractère aristocratique, que ne contredisent nullement ses audaces lorsqu’elle se place à l’avant-garde, lui confèrent un caractère de dignité. 25»

Un tel changement stylistique, que nous venons d’évoquer, séparant l’œuvre de Jarry en deux pans bien distincts, pose indubitablement question. Je voulais partir de ce constat et analyser en quoi justement l’accession de Jarry à une forme d’écriture journalistique régulière dans les pages de La Revue blanche, qui prend notamment la tournure de la critique littéraire, relève d’une autre vision de la littérature, en quoi consiste exactement cette autre vision. Je voulais définir l’altérité d’une pratique discursive eu égard au premier Jarry et en dégager la nécessité.

Ainsi, je me suis inscrit dans la continuité du travail de Julien Schuh, analysant, après que lui eut analysé remarquablement la première période de la vie littéraire de Jarry, la seconde période de celle-ci26.

Cherchant à dégager en quoi la seconde période de la vie littéraire de Jarry s’opposait à la première, je me suis rendu compte que je faisais fausse route, que ce que je croyais évident masquait une autre réalité, qui est la réalité première de la vie littéraire de Jarry, première et comme fondatrice de tout un parcours.

Je m’explique : tandis que dans la première période critique de Jarry, le compte rendu s’affichait ostensiblement comme poème en prose du fait de l’obscurité de sa langue, à La Revue blanche, l’auteur de Messaline ruse, « trich[e] avec la force », pour reprendre la formulation de Roland Barthes27. Sa langue est d’une grande clarté mais il utilise un grand nombre de « raccourcis » dans le domaine de l’encyclopédique. S’il le fait, c’est par goût personnel pour l’érudition, lequel paraît notamment sous la forme d’un mépris affiché et tonitruant pour la vulgarisation, mais c’est aussi et d’abord parce que l’auteur de Faustroll navigue sans obstacles apparents d’un secteur défini de l’épistémologie à un autre, rendant compte d’ouvrages portant sur l’astronomie, l’économie politique, la médecine etc. En conséquence, étudiant la critique littéraire de Jarry à La Revue blanche, si je me suis de facto placé dans le « contexte d’une historiographie renouvelée de la période (histoire littéraire, histoire des arts, histoire culturelle) plus soucieuse du champ éditorial des revues 28 », je me suis inscrit également pleinement « dans la mouvance des études menées, depuis plusieurs années, autour de l’interaction du scientifique et du fictionnel, et, plus généralement, sur la relation de la littérature et du savoir. 29»

Jarry, par ses critiques littéraires, extrêmement brèves le plus souvent, continue ainsi de faire en sorte que le compte rendu soit hermétique, en véhiculant un surplus de sens qui ne saurait être appréhendé, du moins totalement, par le lecteur30. Si ce surplus de sens ne saurait être cerné et assimilé par le lecteur, c’est pour trois raisons. C’est tout d’abord parce que Jarry décontextualise des pans de discours très spécifiques qu’il restitue sans commentaire31 (et lorsque commentaire il y a, celui-ci est le plus souvent de l’ordre de la citation indirecte quand il n’est pas trait d’esprit, faisant alors basculer la critique dans la spéculation). C’est ensuite parce que ce surplus sémantique se met en place le plus souvent de façon extrêmement allusive. C’est enfin parce que celui-ci est extrêmement instable : en effet, Jarry restitue avec des coquilles des noms propres32, ce qui rend leur identification très difficile, ou apporte avec constance et aplomb de fausses précisions33, soit par souvenirs déformés de lectures, soit par volonté d’instaurer un jeu avec le lecteur.

Les concrétions de sens de la main de Jarry, ses renvois allusifs à des connaissances appartenant à des domaines extrêmement divers ont pour but de faire en sorte que le savoir ouvre sur l’obscurité, étant évoqué de telle façon que son accaparement par le lecteur ne puisse se faire. Jarry le sait bien : ce qui ne peut être saisi par l’intellection est pris à partie par l’imaginaire. Autrement dit, les raccourcis encyclopédiques de Jarry développés dans ses comptes rendus ont pour but d’éveiller l’imaginaire et non de proposer un sens qui soit forclos, et qui ait pour but de cerner le texte évoqué dans tel ou tel compte rendu.

S’il s’agit d’éveiller particulièrement l’imaginaire par un recours vicié à l’érudition, c’est parce que l’imprégnation scientifique « favorise la dimension exploratrice de [toute] écriture [se voulant] poétique 34», pour reprendre la formulation de Chantal Foucrier, ce qui est particulièrement sensible dans Faustroll par exemple. Si le scientifique porte le poétique, c’est du fait de la façon dont s’est établie, sans retour possible, « l’autonomisation du discours scientifique ». « En dépit de l’idéal romantique visant la synthèse des arts et de tous les savoirs », cette autonomisation est ainsi « un fait majeur du XIXe siècle que reflètent de nombreux secteurs de l’activité : objets, recherches théoriques, institutions, partages disciplinaires ont alors généré un lexique et une rhétorique spécifiques35», résume Chantal Foucrier. « [L]a science devient très complexe », ajoute Simone Vierne. « [E]lle ne se soucie plus d’expliquer le monde, même si des philosophies s’établissent à partir de ses données (le positivisme, le scientisme…). Elle se consacre aux problèmes par secteurs de plus en plus pointus […], où seuls des spécialistes peuvent s’aventurer. Il est difficile alors d’en faire passer les résultats par un langage courant36» L’altérité radicale du lexique et de la rhétorique scientifiques suscite chez les lettrés, dont Jarry, une indéniable fascination. Si la science fascine, c’est d’une part parce qu’elle « paraît mystérieuse », et d’autre part parce qu’elle « modifie, par ses applications pratiques, à une vitesse toujours croissante, l’environnement de l’homme. 37»

Aussi, l’imprégnation scientifique telle que présente dans les comptes rendus jarryques n’a pas pour but de faire du discours critique un discours de la vérité. Bien au contraire, Jarry, dans ses notes de lecture, faisant preuve de la plus apparente et de la plus protéiforme érudition qui soit, fait davantage que proclamer (et je cite ici Yvan Leclerc) que « [l]e discours scientifique se donne comme discours de vérité, d’autorité, de certitude à questionner, c’est-à-dire à soumettre à la question de la fiction […] 38». Il va jusqu’à utiliser strictement le savoir comme élément malléable de la fiction, exactement comme il le fait dans Le Surmâle.

S’il imite la posture du savant qu’est alors de facto le critique, c’est en pervertissant la pratique de celui-ci. Et de fait, dans toute l’œuvre de Jarry, se lit par fragments une théorisation de la critique bien particulière. Jarry systématise la pratique de la citation indirecte et celle de la glorification, pour ce qui est de la communauté littéraire de laquelle il se sent proche : il ne s’agit plus ainsi de juger une œuvre. « [N]ous ne disséquons point les auteurs vivants », prévient Jarry dans « Ce que c’est que les ténèbres »39. En faisant cela, il tire implicitement les conséquences du fait que pour lui toute critique est impossible. En effet, cette pratique double qui interdit d’une part le commentaire et d’autre part le point de vue critique cherche à proclamer implicitement l’inanité de tout acte critique. Inanité flagrante du fait en premier lieu que pour Jarry la création émane du corps astral et se place ainsi au-delà de tout jugement de valeur et de toute analyse. En outre, pour l’auteur de Messaline le principal ressort de la critique est la comparaison et chaque auteur brille par son unicité. De ce fait, il ne saurait exister de science de la littérature. L’œuvre est puissance et comme telle ne peut être analysée. Car de puissance elle deviendrait simple objet factuel, aux contours définissables alors que le propre de l’œuvre pour Jarry est d’être justement ce qui excède les contours : aussi l’œuvre ne peut-elle être que l’œuvre complète, c’est-à-dire l’œuvre toujours en instance d’être augmentée, ne pouvant jamais être considérée comme étant achevée, puisqu’il s’agit immanquablement pour Jarry, entre les pages de La Revue blanche, d’analyser, sauf exception (comme en ce qui concerne Verlaine), les auteurs vivants. Ainsi, Jarry laisse « s’ajouter » en ces derniers « cette autre grandeur de n’avoir point fini 40». Il ajoute dans Albert Samain (Souvenirs) que les renoms peuvent grandir « par les réalisations croissantes de vitalités toujours accrues. 41»

S’il est évident que cette double pratique de la systématisation de la citation indirecte et de la glorification a la force d’un manifeste implicite destructeur concernant la critique littéraire, c’est parce que toute la théorisation jarryque de la critique (qui se donne à jour de façon fragmentée tout au long de son œuvre) proclame clairement l’impossibilité pour tout critique d’exprimer sa posture de critique : aussi ne peut-on être critique pour Jarry qu’en laissant uniquement parler l’œuvre, qu’en s’effaçant le plus possible derrière elle, c’est-à-dire en essayant justement de rendre visible quelque chose de sa puissance.

Cependant, il faut également remarquer que Jarry déforme de nombreux passages des textes chroniqués, par l’hyperbole notamment42, en remplaçant un rapport de succession par un rapport de cause à effet43, en modifiant certains noms propres44 ou termes étrangers45, en opérant un montage de plusieurs passages distincts qu’il synthétise en une seule formulation46, ou en allant jusqu’à forcer le sens de tel passage jusqu’au contre-sens47. Tout cela est-il le fruit de souvenirs de lectures quelque peu distanciés (et l’on sait comme Jarry avait une immense mémoire) ? Cela ne semble pas possible car Jarry, sauf exception, rendait compte des livres qu’il lisait juste après les avoir lus. De plus, il s’y reporte très précisément, pour y puiser, à la virgule près, ses citations (directes ou indirectes), lesquelles sont le plus souvent voisines dans le cours du texte chroniqué. Et même quand Jarry ne déforme pas le propos du livre, il transforme un détail en totalité, ce qui est une autre forme de déformation : il rend compte de certains aspects seulement d’un ouvrage mais sans jamais le spécifier comme si au travers de ces aspects l’on pouvait saisir la totalité de l’ouvrage, développant ainsi la synecdoque comme si elle se confondait avec la synthèse48 (et c’est du reste l’un de ses grands principes esthétiques). Jarry ne conserve du texte source que des éléments à ce point réduits qu’ils ne font à la limite plus écho aux propos de l’auteur. Bien évidemment, ces éléments retenus semblent organiser l’effacement de la posture du critique, puisque les comptes rendus s’apparentent le plus souvent, comme nous l’avons dit, à de savants et insoupçonnables montages de citations indirectes, les guillemets étant détournés avec constance, lorsqu’ils sont utilisés, de leur emploi courant49. Mais, ce faisant, il s’agit toujours, en définitive, à travers les déformations opérées, de faire poindre la singularité d’un regard : celui de Jarry.

Une phrase d’André Breton dans Les Pas perdus a brillé comme un appel, au commencement de ce travail de thèse : « En rendant compte, dans La Revue blanche, de livres tels que : Les Jugements du président Magnault, réunis et commentés, L’Arbre gnostique, Supériorité des animaux sur l’homme, Grammaire française, […] Le Golf en Angleterre et les Golf-Clubs en France, La Natalité en France en 1900, Code-Manuel du pêcheur et Code-Manuel du chasseur, je crois reconnaître les Méthodes qu[e Jarry] s’appliquait. 50» Quelles étaient ces méthodes ? L’auteur du Surmâle, même s’il cherche à s’effacer entièrement en tant que critique derrière le propos de l’auteur chroniqué, se place dans la mouvance de l’impressionnisme critique, proclamant de ce fait qu’il ne saurait y avoir de lecture que sa propre lecture. En outre, tous les ouvrages dont il rend compte, quand ils ne correspondent pas, d’une façon ou d’une autre, aux contours du Mercure de France51, et ainsi à la communauté littéraire à laquelle il appartient, répondent à ses intérêts et à ses goûts tels que ceux-ci se lisent dans son œuvre complète ainsi que dans sa correspondance. En ce sens, la critique permet le déploiement de son goût personnel, véritablement protéiforme. Pour Jarry, l’acte critique est ainsi un acte de proclamation de Soi, modulé suivant la perpétuation de l’apologie du Même. Cette perpétuation est sensible notamment au travers du recours fécond à des figures voulues gémellaires comme Valéry ou Péladan, au travers d’un dialogue souterrain tissé, jusque dans la sphère du compte rendu, avec Gourmont, Rachilde, Quillard…, ou au travers de l’articulation d’un discours critique sur l’illustration, Jarry faisant là écho à sa propre passion pour l’image52. Ce faisant, l’auteur du Surmâle considère, bien avant Georges Bataille, que « [l]a détermination du moi est la négation de ce qui ne l’est pas. La position du moi définit le non-moi comme le négatif, comme le pur néant. » « J’appelle néant », ajoute Bataille, « ce qui […] est perçu comme n’étant plus moi, comme cessant d’être moi. 53» Et Jarry ne cesse de vouloir combattre ce néant. Et c’est l’apologie du libre-arbitre qu’il déploie au travers de l’apologie de Soi, Jarry s’opposant en cela (et je cite là Bertrand Marchal) aux « progrès des sciences nouvelles […] qui inventent l’inconscient et révèlent les déterminismes multiples qui gouvernent les conduites humaines », ruinant « le primat du libre arbitre 54». Toutes ses œuvres prôneront du reste l’invention d’un Surmâle, dans la lignée de Nemo, personnage de Vingt mille lieues sous les mers de Jules Verne, véritable promoteur selon Jean Chesneaux de « l’individualisme libertaire 55».

Si Jarry était aussi attentif à Verne, au point d’en faire l’un des auteurs pairs de la bibliothèque de Faustroll, c’était sans aucun doute en partie du fait de son goût prononcé pour les récits de voyages. Et les comptes rendus parus à La Revue blanche témoignent de ce goût. Rendant compte dans une plus large mesure d’ouvrages ayant trait à l’Afrique et plus encore à l’Orient, Jarry est attentif à un ailleurs qui est aussi un ailleurs du temps : être en Orient mais aussi en Afrique, c’est, mû par un désir d’exotisme et par la recherche de racines communes de générations d’Européens, communiquer directement avec le passé de sa propre histoire occidentale, et donc avec son passé. L’ailleurs à cette époque n’est ainsi pas seulement un moment de l’étrangeté : c’est aussi un moment du passé que l’on peut vivre comme présent. Or, Jarry nie cette dimension : pour lui, les récits de voyages nous apprennent que ce qui existe ailleurs et ce qui a existé avant est semblable à ce qui existe ici et maintenant56.

Au travers de l’ensemble des textes critiques de Jarry, mais également dans toute son œuvre, sur toute son étendue chronologique, affleure ainsi l’idée comme quoi il ne saurait exister de progrès. D’où naît cette troublante récurrence dans l’abolition de l’idée même de progrès57 ? Même si ce rejet n’est pas dénué chez l’auteur de Faustroll d’ambiguïté, au travers du recours qui est fait aux théories d’Haeckel58, c’est ici façon qu’a Jarry de proclamer qu’il ne saurait exister non plus de progrès individuel, et ainsi d’affirmer, fortement mais de sous-jacente manière, la continuité de son œuvre. En conséquence, il ne saurait en définitive y avoir de premier ou de second Jarry. Une seule ipséité d’auteur se déploie au fil du temps, dans ses frémissements, ses évolutions dus évidemment au tempo de la chronologie ainsi qu’à la multiplicité des structures éditoriales qui ont accueilli Jarry. En témoignent la façon dont les mêmes idées sont développées au cours de l’œuvre entière et la récurrence selon laquelle ces idées sont répétées, ainsi que notre annotation le montre. Aussi, le lieu de La Revue blanche est l’occasion donnée à Jarry de continuer de se tourner vers Le Mercure de France, de tracer un lien entre ce qu’il était et ce qu’il est, d’actualiser son passé, afin que la seule réalité qui paraisse soit celle de la permanence – façon aussi sans doute de sanctifier les désordres d’une vie soumise douloureusement à l’incisif des contingences et du matériel.

Notes

1

Julien Schuh, Alfred Jarry – Le Colin-Maillard cérébral, Étude sur les dispositifs de diffraction du sens, Thèse de doctorat, Paris IV, 2008, p. 9.

2

Bertrand Marchal, Lecture de Mallarmé, Poésies, Igitur, Le coup de dés, Librairie José Corti, 1985, p. 64.

3

Ibid.

4

Ibid.

5

Id., p. 65.

6

Voir Françoise Lucbert, « Dépasser le commentaire prosaïque : le cas Fargue-Jarry », Entre le voir et le dire, La critique d’art des écrivains dans la presse symboliste en France de 1882 à 1906, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2005, p. 209-220.

7

Id., p. 212.

8

Ibid.

9

Julien Schuh, op. cit., p. 9.

10

Laurent Fedi, « Les pratiques de pensée à l’œuvre dans les revues philosophiques et généralistes, des années 1870 à 1900 », Dir. Marie-Eve Thérenty et Alain Vaillant, Presse et plumes, Journalisme et littérature au XIX° siècle, Nouveau monde éditions, collection Culture-médias, Études de presse, 2004, p. 294.

11

Alain Vaillant, « Le journal, creuset de l’invention poétique », Dir. Marie-Eve Thérenty et Alain Vaillant, op. cit., p. 318.

12

« L’accession du roman au rang de genre dominant est une transformation fondamentale du champ de production littéraire : techniquement, les gros tirages deviennent possibles sous le Second Empire ; socialement, le roman trouve un nouveau public intermédiaire entre le public parisien et lettré et le public populaire du roman-feuilleton. Ce public ne va pas au théâtre, mais il accède néanmoins à la culture légitime grâce à cette forme de consommation culturelle privée et domestique. » (Christophe Charle, La crise littéraire à l’époque du naturalisme, roman, théâtre, politique, essai d’histoire sociale des groupes et des genres littéraires, Presses de l’école normale supérieure, 1979, p. 33).

13

Id., p. 61.

14

Id., p. 33.

15

Jean-Yves Mollier, L’argent et les lettres, Histoire du capitalisme d’édition 1880-1920, Fayard, 1988, p. 8.

16

Christophe Prochasson, Les années électriques 1880-1910, Éditions de la Découverte, collection Textes à l’appui / l’aventure intellectuelle du XXe siècle, 1991, p. 158.

17

Martyn Lyons, Le Triomphe du livre, Une histoire sociologique de la lecture dans la France du XIXe siècle, traduit de l’anglais, Promodis, 1987, p. 25-26.

18

Christophe Prochasson, op. cit.

19

Id., p. 175. Voir le chapitre intitulé « Les revues du monde scientifique » (Id., p. 175-186).

20

Id., p. 156.

21

Michel Décaudin, « Journalisme de poètes », Littératures contemporaines, numéro 6, « L’écrivain journaliste », Klincksieck, 1998, p. 46-47.

22

Françoise Lucbert, op. cit, p. 20.

23

Id., p. 21.

24

Christophe Prochasson, op. cit., p. 157. Et La Revue blanche est selon Christophe Prochasson le « prototype de la revue d’avant-garde, l’organe fétiche du symbolisme. » (Id., p. 163).

25

Id., p. 156.

26

Cette analyse a eu lieu à travers l’étude de sa critique littéraire principalement, mais également à travers celle de ses autres textes, parmi lesquels les opérettes, textes très peu étudiés, étude qui se révèle nécessaire dans la mesure où le pan de l’œuvre critique est intimement relié à l’œuvre complète : il me semble que l’on ne peut saisir les particularités d’une pratique discursive spécifique que si on dégage justement en quoi elle est ou non spécifique par rapport au reste de l’œuvre, tant il est vrai que Jarry conserve toute sa liberté créatrice d’écrivain lors de son travail de critique littéraire. La manière dont Fénéon continue d’offrir la même liberté à Jarry malgré la façon dont un critique notable de La Revue blanche, Michel Arnauld, s’oppose à son travail, fait figure de prise de position à ce sujet. L’on permet à Jarry toute liberté (il choisit les ouvrages qu’il veut) et on lui permet de rendre compte des ouvrages qu’il lit comme il l’entend.

27

Roland Barthes, Œuvres complètes, V, « livres, textes, entretiens, 1977-1980 », Seuil, 2002, p. 640.

28

Patrick Besnier et Sophie Lucet : voir ici sur Fabula« Les plus récents développements de l’histoire intellectuelle ont mis en valeur tout l’intérêt qu’il y avait à renouveler l’étude des revues. » (Christophe Prochasson, op. cit., p. 155). Voir ainsi notamment Jacques Julliard, « Le monde des revues au début du siècle. Introduction », Cahiers Georges Sorel, n° 5, 1987, p. 3-9 et Françoise Lucbert, op. cit., p. 17-21. « À n’en pas douter, les revues constituent des points d’observation privilégiés car elles sont parmi les principaux vecteurs de la vie intellectuelle. » (Christophe Prochasson, op. cit.).

29

Chantal Foucrier : Dir. Chantal Foucrier, Les réécritures littéraires des discours scientifiques, ouvrage publié avec le concours de l’Université de Rouen et du Centre d’Études et de Recherches Éditer-Interpréter (C.É.R.Éd.I.), Michel Houdiard Éditeur, 2005, p. 7. Voir Michel Pierssens, Savoirs à l’œuvre. Essais d’épistémocritique, Presses Universitaires de Lille, 1990, ainsi que Dir. Jean Bessière, Savoirs et Littérature, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2002 et Dir. Nella Arambasin, Pour une littérature savante : les médiations littéraires du savoir, Presses universitaires franc-comtoises, actes du colloque interdisciplinaire tenu à Besançon les 4 et 5 novembre 1999, [organisé par le] Laboratoire Littérature et histoire des pays de langues européennes, Besançon, Presses universitaires franc-comtoises, collection Laboratoire littérature et histoire des pays de langues européennes, 2002.

30

En cela, les comptes rendus parus à La Revue blanche conservent une certaine filiation avec le poème en prose, tel que défini par Suzanne Bernard dans Le Poème en prose de Baudelaire à nos jours (Nizet, 1959). Est poème en prose toute prose se distinguant notamment par « les critères de la brièveté » et « de la concentration » (Émilie Yaouanq Tamby, L’indétermination générique dans la prose poétique du symbolisme et du modernisme (domaines francophone et hispanophone, 1885-1914), thèse de doctorat, Paris IV-Sorbonne, 2011, p. 10).

31

Voir notamment le compte rendu des communications d’Apéry.

32

Ainsi, dans son compte rendu des communications d’Apéry au « XIIe congrès international de médecine », Jarry écrit « Languen-beck » à la place de « Langenbeck ».

33

Dans son compte rendu de Code-Manuel du pêcheur (et Code-Manuel du chasseur) de Gaston Lecouffe, Jarry écrit : « […] cette considérable découverte récente : Des asticots bien constitués, lâchés en liberté sur un billard ou toute surface plane et horizontale, se dirigent incontinent et parallèlement vers le nord-ouest. On doit tenir compte, pour contrôler l’expérience, de la déclinaison du lieu ». Jarry contredit avec une rigueur faussement scientifique l’affirmation de Pierre Deloche comme quoi les « vers » fuient « dans toutes les directions ».

Dans son compte rendu de L’Éternité de Fanny Pierrel, Jarry écrit : « Ce système ne résout point, en effet, de façon raisonnable cette question que le sauvage Chingachgook posait à Œil-de-Faucon : pourquoi le soleil, paraissant se coucher à l’occident, a l’air ensuite de se lever à l’est. » Cette référence au livre de James Fenimore Cooper intitulé Le dernier des Mohicans est inventée.

34

Dir. Chantal Foucrier, op. cit., p. 10.

35

Ibid.

36

Simone Vierne, « Liaisons orageuses : la science et la littérature », Dir. Centre de recherche sur l’imaginaire, Science et imaginaire, Grenoble, ELLUG, collection Publications de l’Université des langues et lettres de Grenoble, 1985, p. 60.

37

Ibid.

38

Yvan Leclerc, « Flaubert lecteur du Dr Savigny, pour Salammbô », Dir. Chantal Foucrier, op. cit., p. 225.

39

Alfred Jarry, Œuvres complètes, II, édition établie par Henri Bordillon, avec la collaboration de Patrick Besnier et Bernard Le Doze, Gallimard, collection Bibliothèque de la Pléiade, 1987, p. 433.

40

Ibid.

41

Alfred Jarry, Œuvres complètes, III, édition établie par Henri Bordillon, avec la collaboration de Patrick Besnier et Bernard Le Doze et la participation de Michel Arrivé, Gallimard, collection Bibliothèque de la Pléiade, 1988, p. 532.

42

Voir par exemple p. 813, 819 de cette édition critique et commentée (en ce qui concerne le compte rendu du tome V de la traduction de Mardrus du Livre des Mille Nuits et une Nuit, paru dans La Revue blanche du 1er juillet 1900).

43

Voir notamment p. 814, 824-825 de cette édition critique et commentée (en ce qui concerne le compte rendu du tome V de la traduction de Mardrus du Livre des Mille Nuits et une Nuit, paru dans La Revue blanche du 1er juillet 1900).

44

Voir par exemple p. 638, 643 de cette édition critique et commentée (en ce qui concerne le compte rendu des communications de Pierre Apéry au XIII° congrès international de médecine, paru dans La Revue blanche du 1er octobre 1900).

45

Ainsi, dans son compte rendu d’Au pays de l’esclavage de Félix Chapiseau, Jarry écrit « perles bagatas » au lieu d’écrire perles « bayakas ».

46

Voir notamment p. 947, 963-964 de cette édition critique et commentée (en ce qui concerne le texte intitulé « De Don Quichotte à Otero » paru dans La Revue blanche du 15 juin 1902).

47

Voir par exemple p. 911, 915-916 de cette édition critique et commentée (en ce qui concerne le compte rendu de Promenades en Extrême-Orient du Comte de Pimodan, paru dans La Revue blanche du 1er août 1901).

48

Voir notamment les comptes rendus de La Natalité en France en 1900 de G. M. (Jarry ne rend quasiment compte que du chapitre consacré à l’alcoolisme) et de Les Femmes arabes en Algérie d’Hubertine Auclert (Jarry ne rend compte que d’une petite partie de l’ouvrage, dont la succession des titres de chapitres permet de mesurer l’étendue du propos : « La francisation des Arabes et les femmes ; les Arabes sans représentant au Parlement ; doit-on ôter aux Arabes leur costume ? ; le mariage arabe est un viol d’enfant ; la polygamie ; des lézards pour maris ; le mauresque offre des douros à la jugesse ; ce que les femmes arabes disent de l’amour ; le coût de l’adultère ; féministes au 13° siècle ; durée de la gestation des musulmanes ; où la prostitution est un sacerdoce ; arts et industries des femmes arabes ; pour faire une musulmane médecin ; Alger sans écoles arabes de filles ; art de s’embellir des Africaines ; la mort chez les Arabes ; le paradis et les houris ; cervelle de jeune fille ; les caravansérails ; le désert ; Laghouat ; les sauterelles ; ma gazelle Yzette ; l’Arabe soldat ; les Beni-Gharabas ; la fantasia ; divorceuses ; Sadia ; Conclusion. »)

49

Comme dans son compte rendu de Code-Manuel du pêcheur et Code-Manuel du chasseur de Gaston Lecouffe. La citation « temps solaire moyen » renvoie ainsi aux Conférences scientifiques et allocutions de William Thomson (Lord Kelvin) publiées chez Gauthier-Villars et fils en 1893.

50

André Breton, « Alfred Jarry », Les Pas perdus, Œuvres complètes, I, édition établie par Marguerite Bonnet avec, pour ce volume, la collaboration de Philippe Bernier, Etienne-Alain Hubert et José Pierre, Gallimard, collection Bibliothèque de la Pléiade, 1988, p. 226.

51

Afin de manifester ses liens avec Le Mercure, Jarry va jusqu’à calquer, dans son compte rendu de Lumières d’Orient de Vedel, la structure de deux épilogues de Remy de Gourmont, grande figure de cette revue. Si Jarry fut effectivement très lié au Mercure, et ce jusque dans son travail à La Revue blanche, son directeur Vallette ainsi que Rachilde le comprirent beaucoup mieux que Noël Arnaud et Jean-Yves Mollier veulent bien le dire (voir Jean-Yves Mollier, L’argent et les lettres, Histoire du capitalisme d’édition 1880-1920, Fayard, 1988, p. 457-458).

52

Si l’altérité du signe graphique (une sémantique du seul visible) est analysée en détail dans cette thèse, c’est parce qu’elle renvoie en définitive au Même, Jarry ayant été très sensible à l’illustration, jusqu’empiriquement. Aussi, parler des illustrations dans ses comptes rendus et en parler favorablement au mépris du danger que représente l’illustration pour les auteurs de sa génération, c’est renvoyer à Soi et manifester clairement une continuité avec sa première période littéraire (puisque sa pratique et sa théorisation du trait et de la couleur n’appartiennent, pour une très large part, qu’à celle-ci).

53

Georges Bataille, Œuvres complètes, 6, La somme athéologique, tome 2, Gallimard, 1973, p. 445.

54

Bertrand Marchal, Lire le Symbolisme, Dunod, 1993, p. 36.

55

Jean Chesneaux, Jules Verne, une lecture politique, F. Maspero, collection Fondations, 1982, p. 78.

56

Voir le compte rendu de Au pays des Somalis et des Comoriens de Lucien Heudebert : « Ce beau livre prouve, comme tous les livres de voyages, que dans les temps les plus anciens et chez les peuples les plus lointains c’est exactement la même chose qu’au­jourd’hui chez nous. »

57

Absence de progrès quant à l’évolution, en ce qui concerne le règne animal dans son ensemble et en ce qui concerne l’homme. Et absence de progrès également pour ce qui est le fait de l’homme (la moralité, les sciences, le divertissement).

58

La condamnation de l’idée de progrès semble invariable chez Jarry mais l’on observe dans son œuvre une influence notable de Haeckel. En niant et en donnant voix tout à la fois à l’idée du progrès, l’auteur de César-Antechrist cherche à faire en sorte que les contradictoires puissent coexister, doctrine issue de Lévy qu’il prône tout au long de son œuvre.

Une thèse sur les nouveaux enjeux de l’enseignement de la langue et de la culture d’expression française

Les nouveaux enjeux de l’enseignement de la langue et de la culture d’expression française.

Mondialisation : formes et réinterprétations linguistico-culturelles

Thèse pour obtenir le grade de Docteur de l’Université Paris-Sorbonne présentée par

Marie-Manuelle Da Silva

soutenue à Paris III Sorbonne nouvelle le 26 janvier 2013

Les travaux qui aboutissent à la thèse de Madame Marie-Manuelle da Silva ont été effectués sous la direction de Cristina Alvares, professeure à l’Université du Minho, et d’Emmanuel Fraisse, professeur à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Ces travaux se présentent sous la forme d’un volume de 412 pages dont 40 pages d’annexes. Il faut souligner l’effort constant dont Marie-Manuelle da Silva fait preuve, en particulier dans les 739 notes de bas de page, pour référencer et expliciter les notions très nombreuses prises à des champs disciplinaires non moins nombreux. La bibliographie de près de 40 pages est rigoureuse ; elle adopte un classement thématique séparant clairement les ouvrages et les articles, qui peut être fort utile aux étudiants même si sa consultation à la lecture de la thèse n’est pas rendue aisée du fait de cette organisation thématique étant donné son principe de référenciation dans le corps du texte « auteur-année ». L’index nominum regroupe plus de 350 entrées et distingue parfaitement les occurrences en pleine page et en bas de page.

La thèse présentée par Marie-Manuelle da Silva pourrait tromper par son titre car ce dernier ne mentionne pas le contexte particulier générant sa réflexion : le Portugal et son système éducatif, voire plus précisément, dans ce contexte national lié au défi européen, l’enseignement du français – et plus loin, un groupement d’œuvres autour du roman de Flaubert, Madame Bovary – dans son université de rattachement, l’Universidade do Minho, et en son sein l’Unidade Cientifico-Pedagogica de Letras e Artes (UPLA). Ce serait toutefois réduire la portée de son enquête et de sa réflexion que de la résumer à un dispositif local et ponctuel puisque, en fin de compte, il s’agit bien, pour Marie-Manuelle da Silva, de partir d’un cas dont il lui faut d’abord mesurer la spécificité, pour penser la situation générale d’un enseignement de la langue et de la culture d’expression française, et alors l’UPLA et Madame Bovary auraient été, pour sa recherche, les leviers nécessaires pour analyser une situation bien plus générale. On regrettera néanmoins l’absence de ces deux termes (Portugal et Faubert ou Madame Bovary) dans le titre de la thèse et, pour le moins, dans les mots-clés.

Cette difficulté apparente expliquerait le cheminement proposé par la thèse organisée en six chapitres s’amplifiant progressivement suivant en cela deux principes organiques associés : celui du feuilleté et celui du changement de focale ou principe du zoom. Les deux premiers chapitres permettent d’observer la dynamique des transformations scolaires au Portugal depuis la révolution des œillets en 1974 et l’intégration européenne. A partir de ce cadrage général tout à fait nécessaire, Marie-Manuelle da Silva situe l’enseignement du français dans le curriculum scolaire portugais et montre les enjeux de son récent changement de statut : langue-culture de référence pour l’élite, le français s’est instrumentalisé dans la formation des professeurs de langue adapté à la massification de l’enseignement secondaire et supérieur. Ce troisième chapitre prépare le suivant qui observe le passage des anciennes aux nouvelles humanités dans l’université portugaise et plus particulièrement dans celle du Minho et, plus précisément, au sein de l’ILCH (Instituto de Letras e Ciências Humanas). Tout un héritage se trouve alors mis en crise par les conséquences de la mondialisation tant du point de vue de la politique des langues que de l’institutionnalisation des études françaises dans un cadre contraint par « un découpage disciplinaire peu flexible » (p. 137).

Il est donc apparu nécessaire à Marie-Manuelle da Silva d’élargir le point de vue de l’observation pour proposer, dans un cinquième chapitre, un état des lieux du français dans la mondialisation avant d’engager sa recherche vers une didactique de la culture littéraire dans son sixième et dernier chapitre. La tâche n’est pas facile puisque, d’une part, le cas est à considérer dans la configuration mondiale des langues et, d’autre part, à historiciser dans des espaces parfois incommensurables, d’un département universitaire à l’UNESCO, en passant par la nation française et les relations interétatiques au différents niveaux, culturels, sociaux, politiques et scolaires. L’approche politique puis la perspective culturaliste, de « l’exception culturelle » à « la diversité culturelle », permettent à Marie-Manuelle da Silva de montrer les continuités et discontinuités spatiales et historiques qui rythment les points de vue interne et externe, linguistique et culturel de la situation française et francophone du français.

Cette articulation des deux principes d’organisation de la recherche est tout à fait remarquable nous accompagnant dans le passage de l’éducatif au culturel puis à la didactique de la littérature. Une telle articulation engage une problématisation réciproque de l’objet et du sujet de la recherche, de ses configurations en même temps que du regard et de ses focales. Aussi est-il acceptable que certaines implications de cette dynamique laissent place dans la table des matières de la thèse à quelques inconséquences (pas de 4.2 alors qu’il y a 4.1 ni de 5.3.2 alors qu’il y a un 5.3.1…) que l’édition et d’abord la réécriture veilleront à gommer.

La « post-francophonie », selon la notion de Jean-Marc Moura, qui caractériserait la situation, demanderait bel et bien une reconfiguration des études littéraires quels que soient leurs contextes d’exercice. C’est ce à quoi Marie-Manuelle da Silva ouvre alors la partie le plus importante de sa thèse qu’elle pense d’ailleurs poursuivre dans une recherche post-doctorale (voir note 418, p. 206). Mais, ici encore, sa volonté de viser une « perspective problématisante des études françaises » (p. 205) lui demande au préalable de préciser les conditions épistémologiques actuelles de telles études ; lesquelles se trouvent forcément remises en question tant par les cultural et post-colonial studies dont Marie-Manuelle da Silva suit l’émergence anglo-saxonne et l’acclimatation française en regard des études culturelles relevant d’abord de la discipline historique, que par les visual et adaptation studies qui semblent répondre aux pratiques culturelles du plus large public concerné par les études françaises y compris sous l’angle de la littérature.

Là encore, on peut discerner dans le compte rendu de la recherche qu’offre la thèse une double visée qui associe une archéologie des savoirs et une cartographie des controverses où les textes, les lectures et les institutions sont précisément documentés et problématisés dans des régimes d’historicité complexes qui se voient regroupés et associés dans des reconfigurations permanentes. Pour paraphraser le titre d’un ouvrage de Bruno Latour (Changer de société. Refaire de la sociologie, La Découverte, 1995), Marie-Manuelle da Silva propose de changer l’enseignement pour refaire de la littérature… Elle propose donc d’ouvrir des relations inédites en engageant toute sa démarche dans l’écoute de l’inattendu contre bien des discours catastrophistes ou passéistes qui veulent « sauver les lettres ». Aussi l’attente du lecteur de cette thèse est-elle très forte et il aurait été nécessaire d’éviter toute vision historiciste simpliste par son dualisme comme, par exemple page 320, quand la situation de transition actuelle serait caractérisée par « l’hybridisme » et dont l’issue serait le passage d’un paradigme à un autre… Le contemporain est toujours un mauvais passage ! Toutefois, la thèse redonne toujours à sa recherche l’exigence d’un comparatisme constructif, comme le suggère Marcel Détienne dans tous ses travaux. Et loin d’additionner des thèmes ou de viser à des typologies qui effaceraient le principe de dissonance nécessaire à un tel comparatisme, la thèse ne cesse de penser les hétérogénéités qu’il faut associer dans un montage où les singularités se configurent en constellations, connexions, affinités… dans l’esprit d’un Walter Benjamin.

Les propositions didactiques qui viennent clore la thèse, reposent en fin de compte sur une poétique différentielle qui semble adaptée au nouveau contexte des études françaises et qui fait confiance à ses sujets, élèves et professeurs. Madame Marie-Manuelle da Silva l’envisage en reconfigurant un classique du canon littéraire, Madame Bovary, dans ses différentes et multiples versions qui chaque fois recommencent le chef-d’œuvre de Flaubert en le dé-re-localisant tout en échappant aux pièges de la fidélité/trahison ou de la pureté/impureté des « media texts » bovarystes (p. 253, n. 606) de la période 2000-2010. On aperçoit bien dans cette recherche la visée toujours au travail de « la vertu intrinsèque », selon les propres termes de Flaubert dans sa correspondance, d’un livre, d’une œuvre, d’un discours.

Si Marie-Manuelle da Silva reconnaît la part « bricolée » de ses propositions didactiques (p. 262), elle pose néanmoins une heuristique didactique tout à fait heureuse et pertinente qui rendrait aux études françaises mais également aux études littéraires y compris en France, bien au-delà de l’étude de cas qu’elle propose, la force naissante de toute œuvre littéraire et donc de toute découverte d’une langue-culture, qu’elle soit proche ou lointaine, faisant « droit au différend », selon l’expression de Jean-François Lyotard (p. 312). Cette thèse est de ce point de vue tout à fait importante et encourageante pour les études littéraires en général et, bien entendu, dans le contexte particulier qu’elle analyse.

Pour conclure, deux questions à cette très belle thèse de Marie-Manuelle da Silva :

– Ne faudrait-il pas considérer comme des « marqueurs transfictionnels » non seulement les personnages principaux (Emma qui est essentiellement évoquée dans la thèse) mais également les personnages secondaires comme, par exemple, le capitaine des pompiers Binet qui observe de son tour dans son grenier les allers et venues des Bovary – Georges Poulet écrit dans ses Métamorphoses du cercle que « Emma est comprimée dans un cercle aussi étroit qu’un rond de serviette de Binet » ? Plus généralement, ne faut-il pas attacher la plus grande importance aux points d’ombre, aux zones d’opacité ou à ces fameuses « surfaces réfléchissantes » (Proust) du roman de Flaubert mais également des œuvres (cinématographiques et autres) convoquées par le corpus ? Autrement dit, en quoi tout le dispositif didactique proposée par la thèse modifie-t-il la lecture de Madame Bovary en regard de dispositifs plus attendus ou convenus ?

– Pourquoi ne pas inverser la proposition faite p. 265 (« nous considérerons comme un préalable la lecture de Madame Bovary »), c’est-à-dire pourquoi ne pas situer toute la didactique ouverte par la thèse dans un dispositif permettant aux étudiants de circuler dans un corpus auquel ils pourraient contribuer, l’élargissant, le situant dans leurs propres pratiques culturelles et lectorales, incluant progressivement voire in fine la lecture du roman de Flaubert et ainsi les obligeant à lire en vue de, ou avec des, comptes rendus motivés, construits et inventifs permettant vraiment de « refaire de la littérature » tout en étant pleinement impliqué dans un enseignement de la littérature et donc ici de « Flaubert » qui serait bien plus que l’auteur de Madame Bovary ?

Le rap français : désir et effets d’inscription littéraire (une soutenance de thèse)

On savait déjà l’intérêt de Maria Bettina Ghio pour le rap du point de vue de la littérature. Voir, par exemple:

– Rencontre avec Bettina Ghio : la question de la littérature dans le rap français

http://www.mouvement-transitions.fr/civilites/ensemble/sommaire/226-rap-rencontre-avec-b-ghio

– Bettina Ghio, « Littérature populaire et urgence littéraire : le cas du rap français »,TRANS- [En ligne], 9 | 2010, mis en ligne le 01 février 2010 : http://trans.revues.org/482

– Bettina Ghio, « Décolonisation, mémoire et identité, La voix «noire» du rap français », Trickster – Rivista del Master in Studi Interculturali – n° 9 –
Dipartimento di Storia, Università di Padova : http://trickster.lettere.unipd.it/doku.php?id=malessere_identita:ghio_rap

On est heureux d’apprendre sa soutenance de thèse dont on lira ci-dessous l’annonce et le résumé.

On attend maintenant la publication.

Soutenance de thèse Maria Bettina GHIO

le 12 octobre 2012
à 14h00 (heure de Paris)

Doctorat littérature et civilisation françaises

à l’adresse suivante :

Maison de la Recherche de Paris 3 – Salle Claude Simon – 4 rue des Irlandais 75005 PARISTitre des travaux :Le rap français : désir et effets d’inscription littéraireEcole doctorale : Littérature française et comparée

Section CNU : 09 – Langue et littérature françaises

Equipe de recherche : Ecritures de la Modernité, Littérature et Sciences Humaines

Directeur : M. Bruno BLANCKEMAN, Professeur des universités

Membres du jury :

M. Bruno BLANCKEMAN, Professeur des universités
Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Mme Catherine DOUZOU, Professeur des universités
Université Tours – François Rabelais

M. Stéphane HIRSCHI, Professeur des universités
Université Valenciennes UHVC

Mme Hélène MERLIN-KAJMAN, Professeur des universités
Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Résumé

Cette thèse propose d’étudier le rap français à partir de l’analyse littéraire, c’est-à-dire en détachant les textes de leur rôle de témoignage d’un contexte social et en portant un regard attentif à la façon dont ils revendiquent le soin porté à la langue et la mobilisation des références culturelles. Si leurs thèmes sont indiscutablement rattachés au réel sociohistorique, les stratégies déployées pour la représentation de ce réel méritent pour nous une analyse approfondie. Cette étude explore alors la façon dont les textes de rap expriment le désir de qualités et d’effets esthétiques, et leurs liens, conscients ou non, avec des œuvres littéraires de référence. A partir de ce désir d’inscription littéraire dont nous constatons l’existence dans le rap français, cette thèse se penche sur tous les aspects de l’écriture, c’est-à-dire sur la forme des textes, les figures et les tons employés ; ce désir se voit comblé par un travail scriptural rappelant celui des textes de création littéraire. Le rap français apparaît alors comme s’étant développé dans une toile d’intertextualité tissée entre des textes très classiques de la culture française et d’autres écritures des plus contemporaines. Ce recours permanent à la culture lettrée prend à contrepied l’idée de « ghettoïsation » que l’on attribue souvent au rap quant aux références culturelles qu’il véhicule et à son positionnement face à la grande culture française. Car par la mobilisation de ces références, le rap chercherait, et avec lui les rappeurs, une reconnaissance, non pas tant dans le monde de la musique, que dans celui de la culture lettrée. Ainsi, cette étude ne vise pas à rattacher les textes de rap à la littérature, mais à mettre à jour un geste qui apparaît à nos yeux d’ordre littéraire.