Archives de catégorie : Soutenances de thèse

La critique littéraire d’Alfred Jarry à La Revue blanche

Voici le texte présentant la thèse de doctorat intitulée La critique littéraire d’Alfred Jarry à La Revue blanche, tel qu’il fut prononcé (seules les notes ont été ajoutées) le vendredi 12 octobre 2012 à l’Université du Maine (Le Mans), dans le cadre de l’École doctorale Sociétés, cultures, échanges (Angers).

Le jury était le suivant :

M. le Professeur Émérite Henri BÉHAR, Université Paris III Sorbonne Nouvelle

M. le Professeur Émérite Patrick BESNIER, Université du Maine

M. le Professeur Bertrand MARCHAL, Université Paris IV Sorbonne

Mme la Maître de conférences HDR Nathalie PRINCE, Université du Maine

Directeur de thèse : M. le Professeur Émérite Patrick BESNIER

La thèse quant à elle est disponible intégralement ici.

J’aimerais tout d’abord remercier Monsieur Patrick Besnier d’avoir accepté d’être mon directeur de thèse et de m’avoir permis de mener à bien ce travail, ainsi que Madame Nathalie Prince, Messieurs Henri Béhar et Bertrand Marchal, d’avoir accepté d’être membres de mon jury.

Comme l’écrit Julien Schuh, que je remercie également d’être présent, « [l]a première période de l’écriture de Jarry », qui correspond à « la première moitié » de sa vie d’écrivain, de 1893 à 1899, « peut être analysée comme une forme de quête de l’absolu littéraire : dans le sillage du décadentisme et du symbolisme, et sous l’égide de Remy de Gourmont, Jarry livre des ouvrages d’une obscurité calculée, synthèses voulues de son univers, prétendument libérées des contingences 1». Cette « obscurité calculée » s’inscrit pleinement dans la mouvance du « rêve mallarméen du livre », rêve qui correspond à toute une époque, étant ontologiquement relié au symbolisme. Ce rêve est, comme le note Bertrand Marchal, « d’abord un rêve narcissique d’identité absolue, le rêve d’un livre […] total qui enferme dans sa plénitude jalouse, comme les missels à fermoir ou les grimoires des alchimistes, la plénitude du sens 2». Et cette plénitude du sens ne doit pas être octroyée à quiconque. Pour Jarry comme pour Mallarmé, la lecture est vue comme « un viol 3». Et, de fait, l’œuvre est « livr[ée] » à la « subjectivité » perçue comme « parasite 4» du lecteur. Cette communication, nécessairement tributaire des contingences, est vécue par l’auteur comme une violence faite à son œuvre, violence nécessaire certes puisque c’est elle qui fait exister le livre, mais jugée intolérable. Aussi, et je cite toujours Bertrand Marchal, « [c]omment faire […] pour que le livre, appelé à confronter son objectivité à la subjectivité du lecteur, n’y perde pas son identité, pour que le livre, en somme, reste LE livre, et non pas un livre pulvérisé par la multiplicité des lectures possibles ? 5»

À cette question, Jarry répond de cette façon : il s’agit, par le texte, de s’offrir au regard et dans le même temps de se soustraire – du moins en partie – à la compréhension qui peut être faite de ce que l’on offre au regard.  Il n’est pour s’en rendre compte que de se reporter aux Minutes ou à César-Antechrist, ou encore à la critique d’art pratiquée par Jarry dans sa jeunesse6. Est mise en œuvre comme le souligne Françoise Lucbert dans cette première critique une « intensification de la dimension polysémique de la prose poétique. Il s’agit d’instaurer une relation entre le signifiant et le signifié qui ne soit pas exclusivement dénotative. 7» La « prose s’inscrit [alors logiquement] dans un projet poétique. Le choix d’une écriture savante et complexe correspond aux convictions » d’un Jarry « récalcitran[t] à la tyrannie de la supposée clarté de la langue française, à laquelle i[l] contest[e] tout pouvoir d’évocation. 8»

En revanche, constate Julien Schuh, « à l’aube du XXe siècle, dans un autre espace littéraire » qui correspond surtout au cénacle de La Revue blanche, « la démarche de Jarry se transforme ». « [L]es textes qui devaient constituer La Chandelle verte, liés à l’actualité, découlent d’une autre vision de la littérature […] 9». En effet, ce qui frappe immédiatement, en ce qui concerne les textes des « Spéculations » ou des « Gestes » comme en ce qui concerne les critiques littéraires publiées dans le même temps à La Revue blanche, c’est l’immédiate clarté de la langue, qui s’oppose si fortement au premier Jarry que nous venons d’évoquer. Cette clarté ostensiblement affichée naît logiquement des trois caractéristiques « médiologiques » propres à tout organe de presse, et ainsi à la forme de La Revue blanche : « les conditions de périodicité, de clôture et de diffusion 10». Si Jarry tient à conserver cette clarté, puisqu’elle marquera de son sceau son ultime roman La Dragonne, après s’être déployée dans Le Surmâle, pour se communiquer jusqu’aux opérettes, celle-ci résulte-t-elle d’abord de la façon dont l’auteur de Messaline répond aux exigences de lisibilité propres à toute revue qui a pour but de perdurer et ainsi d’asseoir et d’augmenter son lectorat ? Le journal (et dans une bien moindre mesure la revue) serait, pour reprendre la formulation d’Alain Vaillant, « le mécanisme diabolique qui, soumettant l’écrivain à la nécessité absurde de la périodicité et à la pression constante et immédiate du public, aurait perverti la littérature – l’aurait industrialisée, selon l’expression de Sainte-Beuve – en provoquant, au passage, l’obsolescence quasi-instantanée de la poésie. 11» Et comme pour épouser le tour nouveau que prend son écriture, Jarry chronique surtout des romans dans La Revue blanche, pour ce qui est de la littérature, alors qu’il rendait auparavant surtout compte de recueils de poèmes. L’auteur d’ « Haldernablou » épouse en cela (et je cite là Christophe Charle) l’évolution du marché éditorial, qui a « pour caractéristique essentielle la croissance de deux genres : poésie et roman12. Mais [cette évolution] a pour chacun des conséquences contradictoires. La poésie, genre qui autrefois occupait le sommet de la consécration, à la suite de cette croissance, tombe progressivement hors de la sphère du marché et devient marginale, elle n’est plus un cursus suprême mais », du moins prétendument, « l’impasse de l’art pour l’art. 13» Si Jarry épouse le flux éditorial dans ses principales lignes de force, il le fait souvent avec distanciation. Ainsi, si  l’on « voit […] l’ordre des valeurs littéraires évoluer et le roman accéder à la consécration académique dès l’Empire mais surtout sous la Troisième République avec le roman psychologique, roman mondain pour la classe dominante en réaction contre le roman « vulgaire », naturaliste 14», Jarry critique avec une grande violence l’une et l’autre formes de roman, comme en témoigne son compte rendu laconique de Napoléon et l’amour et son mépris affiché pour Zola. Jarry suit également l’évolution du marché, prenant acte du fait que les « années postérieures à 1870 » ont vu « le passage du temps des éditeurs […] à celui de l’entreprise éditoriale 15», en rendant compte d’ouvrages qui, dans leur spécialisation ou de par l’effort de vulgarisation auquel ils participent, répondent au désir de nouveau du lectorat éclaté de l’époque, à l’explosion du nombre des intellectuels et à l’élargissement « du champ des lecteurs possibles grâce à la généralisation progressive de l’instruction publique 16». « L’alphabétisation massive fut réalisée au XIXe siècle, en même temps que la diffusion de la langue française. Elle rendit possible l’expansion du public des lecteurs et la généralisation au niveau national de la culture littéraire 17», résume Martyn Lyons. Cette généralisation évolua de concert avec le scientisme et le flot toujours plus dense des découvertes poussa naturellement les contemporains de Jarry à être toujours plus férus d’ouvrages pouvant expliquer le champ des connaissances qui s’ouvrait à eux. En cela, Jarry se place parfaitement au centre du « bouillonnement intellectuel d’une période marquée par l’esprit d’invention et celui d’ouverture 18», comme l’écrit Christophe Prochasson. Et les modalités d’existence de La Revue blanche et du Mercure de France prennent incontestablement acte de l’ « apparition de revues spécialisées », « étape importante dans le processus de professionnalisation que connaissaient alors certaines catégories d’intellectuels. 19» À la fin du siècle, « [l]e potentiel de lecteurs se faisant plus nombreux, les auteurs eux-mêmes se multipliant, la revue dut changer de caractère. Elle devint le lieu chéri des intellectuels […] 20»

Ainsi, si Jarry, comme l’écrit Michel Décaudin, se lance dans une « entreprise journalistique 21» au sein de La Revue blanche alors qu’il « n’est pas journaliste quand en 1894 il écrit des articles de critique pour les Essais d’art libre, L’Art littéraire ou le Mercure de France », il ne faut pas oublier néanmoins qu’il a conservé, au sein de cette entreprise, sous la protection amicale de Fénéon, toute sa liberté créatrice et de pensée. Il ne faut pas oublier non plus combien « la création massive de petites revues dans les vingt dernières années du XIXe siècle procède d’une réaction contre les journaux à grand tirage et les revues établies. 22» Cette réaction tient au rejet des formes dominantes et de la toute-puissance du feuilleton mais aussi au simple désir d’être publié. « L’impossibilité d’être admis au sein des revues et journaux établis force les auteurs à soumettre leurs textes à des tribunes moins en vue. Mais en même temps, cette manière d’exclusion a l’effet d’un catalyseur qui suscite une effervescence exceptionnelle dans le monde de l’édition. 23». En conséquence, c’est dans les petites revues que « [l]es avant-gardes s[e] réfugi[e]nt […] 24». Et ce bien évidemment également par choix. En effet, « la revue souffre moins de l’éphémère qui gâte le journal quotidien. Sa légitimité, son caractère aristocratique, que ne contredisent nullement ses audaces lorsqu’elle se place à l’avant-garde, lui confèrent un caractère de dignité. 25»

Un tel changement stylistique, que nous venons d’évoquer, séparant l’œuvre de Jarry en deux pans bien distincts, pose indubitablement question. Je voulais partir de ce constat et analyser en quoi justement l’accession de Jarry à une forme d’écriture journalistique régulière dans les pages de La Revue blanche, qui prend notamment la tournure de la critique littéraire, relève d’une autre vision de la littérature, en quoi consiste exactement cette autre vision. Je voulais définir l’altérité d’une pratique discursive eu égard au premier Jarry et en dégager la nécessité.

Ainsi, je me suis inscrit dans la continuité du travail de Julien Schuh, analysant, après que lui eut analysé remarquablement la première période de la vie littéraire de Jarry, la seconde période de celle-ci26.

Cherchant à dégager en quoi la seconde période de la vie littéraire de Jarry s’opposait à la première, je me suis rendu compte que je faisais fausse route, que ce que je croyais évident masquait une autre réalité, qui est la réalité première de la vie littéraire de Jarry, première et comme fondatrice de tout un parcours.

Je m’explique : tandis que dans la première période critique de Jarry, le compte rendu s’affichait ostensiblement comme poème en prose du fait de l’obscurité de sa langue, à La Revue blanche, l’auteur de Messaline ruse, « trich[e] avec la force », pour reprendre la formulation de Roland Barthes27. Sa langue est d’une grande clarté mais il utilise un grand nombre de « raccourcis » dans le domaine de l’encyclopédique. S’il le fait, c’est par goût personnel pour l’érudition, lequel paraît notamment sous la forme d’un mépris affiché et tonitruant pour la vulgarisation, mais c’est aussi et d’abord parce que l’auteur de Faustroll navigue sans obstacles apparents d’un secteur défini de l’épistémologie à un autre, rendant compte d’ouvrages portant sur l’astronomie, l’économie politique, la médecine etc. En conséquence, étudiant la critique littéraire de Jarry à La Revue blanche, si je me suis de facto placé dans le « contexte d’une historiographie renouvelée de la période (histoire littéraire, histoire des arts, histoire culturelle) plus soucieuse du champ éditorial des revues 28 », je me suis inscrit également pleinement « dans la mouvance des études menées, depuis plusieurs années, autour de l’interaction du scientifique et du fictionnel, et, plus généralement, sur la relation de la littérature et du savoir. 29»

Jarry, par ses critiques littéraires, extrêmement brèves le plus souvent, continue ainsi de faire en sorte que le compte rendu soit hermétique, en véhiculant un surplus de sens qui ne saurait être appréhendé, du moins totalement, par le lecteur30. Si ce surplus de sens ne saurait être cerné et assimilé par le lecteur, c’est pour trois raisons. C’est tout d’abord parce que Jarry décontextualise des pans de discours très spécifiques qu’il restitue sans commentaire31 (et lorsque commentaire il y a, celui-ci est le plus souvent de l’ordre de la citation indirecte quand il n’est pas trait d’esprit, faisant alors basculer la critique dans la spéculation). C’est ensuite parce que ce surplus sémantique se met en place le plus souvent de façon extrêmement allusive. C’est enfin parce que celui-ci est extrêmement instable : en effet, Jarry restitue avec des coquilles des noms propres32, ce qui rend leur identification très difficile, ou apporte avec constance et aplomb de fausses précisions33, soit par souvenirs déformés de lectures, soit par volonté d’instaurer un jeu avec le lecteur.

Les concrétions de sens de la main de Jarry, ses renvois allusifs à des connaissances appartenant à des domaines extrêmement divers ont pour but de faire en sorte que le savoir ouvre sur l’obscurité, étant évoqué de telle façon que son accaparement par le lecteur ne puisse se faire. Jarry le sait bien : ce qui ne peut être saisi par l’intellection est pris à partie par l’imaginaire. Autrement dit, les raccourcis encyclopédiques de Jarry développés dans ses comptes rendus ont pour but d’éveiller l’imaginaire et non de proposer un sens qui soit forclos, et qui ait pour but de cerner le texte évoqué dans tel ou tel compte rendu.

S’il s’agit d’éveiller particulièrement l’imaginaire par un recours vicié à l’érudition, c’est parce que l’imprégnation scientifique « favorise la dimension exploratrice de [toute] écriture [se voulant] poétique 34», pour reprendre la formulation de Chantal Foucrier, ce qui est particulièrement sensible dans Faustroll par exemple. Si le scientifique porte le poétique, c’est du fait de la façon dont s’est établie, sans retour possible, « l’autonomisation du discours scientifique ». « En dépit de l’idéal romantique visant la synthèse des arts et de tous les savoirs », cette autonomisation est ainsi « un fait majeur du XIXe siècle que reflètent de nombreux secteurs de l’activité : objets, recherches théoriques, institutions, partages disciplinaires ont alors généré un lexique et une rhétorique spécifiques35», résume Chantal Foucrier. « [L]a science devient très complexe », ajoute Simone Vierne. « [E]lle ne se soucie plus d’expliquer le monde, même si des philosophies s’établissent à partir de ses données (le positivisme, le scientisme…). Elle se consacre aux problèmes par secteurs de plus en plus pointus […], où seuls des spécialistes peuvent s’aventurer. Il est difficile alors d’en faire passer les résultats par un langage courant36» L’altérité radicale du lexique et de la rhétorique scientifiques suscite chez les lettrés, dont Jarry, une indéniable fascination. Si la science fascine, c’est d’une part parce qu’elle « paraît mystérieuse », et d’autre part parce qu’elle « modifie, par ses applications pratiques, à une vitesse toujours croissante, l’environnement de l’homme. 37»

Aussi, l’imprégnation scientifique telle que présente dans les comptes rendus jarryques n’a pas pour but de faire du discours critique un discours de la vérité. Bien au contraire, Jarry, dans ses notes de lecture, faisant preuve de la plus apparente et de la plus protéiforme érudition qui soit, fait davantage que proclamer (et je cite ici Yvan Leclerc) que « [l]e discours scientifique se donne comme discours de vérité, d’autorité, de certitude à questionner, c’est-à-dire à soumettre à la question de la fiction […] 38». Il va jusqu’à utiliser strictement le savoir comme élément malléable de la fiction, exactement comme il le fait dans Le Surmâle.

S’il imite la posture du savant qu’est alors de facto le critique, c’est en pervertissant la pratique de celui-ci. Et de fait, dans toute l’œuvre de Jarry, se lit par fragments une théorisation de la critique bien particulière. Jarry systématise la pratique de la citation indirecte et celle de la glorification, pour ce qui est de la communauté littéraire de laquelle il se sent proche : il ne s’agit plus ainsi de juger une œuvre. « [N]ous ne disséquons point les auteurs vivants », prévient Jarry dans « Ce que c’est que les ténèbres »39. En faisant cela, il tire implicitement les conséquences du fait que pour lui toute critique est impossible. En effet, cette pratique double qui interdit d’une part le commentaire et d’autre part le point de vue critique cherche à proclamer implicitement l’inanité de tout acte critique. Inanité flagrante du fait en premier lieu que pour Jarry la création émane du corps astral et se place ainsi au-delà de tout jugement de valeur et de toute analyse. En outre, pour l’auteur de Messaline le principal ressort de la critique est la comparaison et chaque auteur brille par son unicité. De ce fait, il ne saurait exister de science de la littérature. L’œuvre est puissance et comme telle ne peut être analysée. Car de puissance elle deviendrait simple objet factuel, aux contours définissables alors que le propre de l’œuvre pour Jarry est d’être justement ce qui excède les contours : aussi l’œuvre ne peut-elle être que l’œuvre complète, c’est-à-dire l’œuvre toujours en instance d’être augmentée, ne pouvant jamais être considérée comme étant achevée, puisqu’il s’agit immanquablement pour Jarry, entre les pages de La Revue blanche, d’analyser, sauf exception (comme en ce qui concerne Verlaine), les auteurs vivants. Ainsi, Jarry laisse « s’ajouter » en ces derniers « cette autre grandeur de n’avoir point fini 40». Il ajoute dans Albert Samain (Souvenirs) que les renoms peuvent grandir « par les réalisations croissantes de vitalités toujours accrues. 41»

S’il est évident que cette double pratique de la systématisation de la citation indirecte et de la glorification a la force d’un manifeste implicite destructeur concernant la critique littéraire, c’est parce que toute la théorisation jarryque de la critique (qui se donne à jour de façon fragmentée tout au long de son œuvre) proclame clairement l’impossibilité pour tout critique d’exprimer sa posture de critique : aussi ne peut-on être critique pour Jarry qu’en laissant uniquement parler l’œuvre, qu’en s’effaçant le plus possible derrière elle, c’est-à-dire en essayant justement de rendre visible quelque chose de sa puissance.

Cependant, il faut également remarquer que Jarry déforme de nombreux passages des textes chroniqués, par l’hyperbole notamment42, en remplaçant un rapport de succession par un rapport de cause à effet43, en modifiant certains noms propres44 ou termes étrangers45, en opérant un montage de plusieurs passages distincts qu’il synthétise en une seule formulation46, ou en allant jusqu’à forcer le sens de tel passage jusqu’au contre-sens47. Tout cela est-il le fruit de souvenirs de lectures quelque peu distanciés (et l’on sait comme Jarry avait une immense mémoire) ? Cela ne semble pas possible car Jarry, sauf exception, rendait compte des livres qu’il lisait juste après les avoir lus. De plus, il s’y reporte très précisément, pour y puiser, à la virgule près, ses citations (directes ou indirectes), lesquelles sont le plus souvent voisines dans le cours du texte chroniqué. Et même quand Jarry ne déforme pas le propos du livre, il transforme un détail en totalité, ce qui est une autre forme de déformation : il rend compte de certains aspects seulement d’un ouvrage mais sans jamais le spécifier comme si au travers de ces aspects l’on pouvait saisir la totalité de l’ouvrage, développant ainsi la synecdoque comme si elle se confondait avec la synthèse48 (et c’est du reste l’un de ses grands principes esthétiques). Jarry ne conserve du texte source que des éléments à ce point réduits qu’ils ne font à la limite plus écho aux propos de l’auteur. Bien évidemment, ces éléments retenus semblent organiser l’effacement de la posture du critique, puisque les comptes rendus s’apparentent le plus souvent, comme nous l’avons dit, à de savants et insoupçonnables montages de citations indirectes, les guillemets étant détournés avec constance, lorsqu’ils sont utilisés, de leur emploi courant49. Mais, ce faisant, il s’agit toujours, en définitive, à travers les déformations opérées, de faire poindre la singularité d’un regard : celui de Jarry.

Une phrase d’André Breton dans Les Pas perdus a brillé comme un appel, au commencement de ce travail de thèse : « En rendant compte, dans La Revue blanche, de livres tels que : Les Jugements du président Magnault, réunis et commentés, L’Arbre gnostique, Supériorité des animaux sur l’homme, Grammaire française, […] Le Golf en Angleterre et les Golf-Clubs en France, La Natalité en France en 1900, Code-Manuel du pêcheur et Code-Manuel du chasseur, je crois reconnaître les Méthodes qu[e Jarry] s’appliquait. 50» Quelles étaient ces méthodes ? L’auteur du Surmâle, même s’il cherche à s’effacer entièrement en tant que critique derrière le propos de l’auteur chroniqué, se place dans la mouvance de l’impressionnisme critique, proclamant de ce fait qu’il ne saurait y avoir de lecture que sa propre lecture. En outre, tous les ouvrages dont il rend compte, quand ils ne correspondent pas, d’une façon ou d’une autre, aux contours du Mercure de France51, et ainsi à la communauté littéraire à laquelle il appartient, répondent à ses intérêts et à ses goûts tels que ceux-ci se lisent dans son œuvre complète ainsi que dans sa correspondance. En ce sens, la critique permet le déploiement de son goût personnel, véritablement protéiforme. Pour Jarry, l’acte critique est ainsi un acte de proclamation de Soi, modulé suivant la perpétuation de l’apologie du Même. Cette perpétuation est sensible notamment au travers du recours fécond à des figures voulues gémellaires comme Valéry ou Péladan, au travers d’un dialogue souterrain tissé, jusque dans la sphère du compte rendu, avec Gourmont, Rachilde, Quillard…, ou au travers de l’articulation d’un discours critique sur l’illustration, Jarry faisant là écho à sa propre passion pour l’image52. Ce faisant, l’auteur du Surmâle considère, bien avant Georges Bataille, que « [l]a détermination du moi est la négation de ce qui ne l’est pas. La position du moi définit le non-moi comme le négatif, comme le pur néant. » « J’appelle néant », ajoute Bataille, « ce qui […] est perçu comme n’étant plus moi, comme cessant d’être moi. 53» Et Jarry ne cesse de vouloir combattre ce néant. Et c’est l’apologie du libre-arbitre qu’il déploie au travers de l’apologie de Soi, Jarry s’opposant en cela (et je cite là Bertrand Marchal) aux « progrès des sciences nouvelles […] qui inventent l’inconscient et révèlent les déterminismes multiples qui gouvernent les conduites humaines », ruinant « le primat du libre arbitre 54». Toutes ses œuvres prôneront du reste l’invention d’un Surmâle, dans la lignée de Nemo, personnage de Vingt mille lieues sous les mers de Jules Verne, véritable promoteur selon Jean Chesneaux de « l’individualisme libertaire 55».

Si Jarry était aussi attentif à Verne, au point d’en faire l’un des auteurs pairs de la bibliothèque de Faustroll, c’était sans aucun doute en partie du fait de son goût prononcé pour les récits de voyages. Et les comptes rendus parus à La Revue blanche témoignent de ce goût. Rendant compte dans une plus large mesure d’ouvrages ayant trait à l’Afrique et plus encore à l’Orient, Jarry est attentif à un ailleurs qui est aussi un ailleurs du temps : être en Orient mais aussi en Afrique, c’est, mû par un désir d’exotisme et par la recherche de racines communes de générations d’Européens, communiquer directement avec le passé de sa propre histoire occidentale, et donc avec son passé. L’ailleurs à cette époque n’est ainsi pas seulement un moment de l’étrangeté : c’est aussi un moment du passé que l’on peut vivre comme présent. Or, Jarry nie cette dimension : pour lui, les récits de voyages nous apprennent que ce qui existe ailleurs et ce qui a existé avant est semblable à ce qui existe ici et maintenant56.

Au travers de l’ensemble des textes critiques de Jarry, mais également dans toute son œuvre, sur toute son étendue chronologique, affleure ainsi l’idée comme quoi il ne saurait exister de progrès. D’où naît cette troublante récurrence dans l’abolition de l’idée même de progrès57 ? Même si ce rejet n’est pas dénué chez l’auteur de Faustroll d’ambiguïté, au travers du recours qui est fait aux théories d’Haeckel58, c’est ici façon qu’a Jarry de proclamer qu’il ne saurait exister non plus de progrès individuel, et ainsi d’affirmer, fortement mais de sous-jacente manière, la continuité de son œuvre. En conséquence, il ne saurait en définitive y avoir de premier ou de second Jarry. Une seule ipséité d’auteur se déploie au fil du temps, dans ses frémissements, ses évolutions dus évidemment au tempo de la chronologie ainsi qu’à la multiplicité des structures éditoriales qui ont accueilli Jarry. En témoignent la façon dont les mêmes idées sont développées au cours de l’œuvre entière et la récurrence selon laquelle ces idées sont répétées, ainsi que notre annotation le montre. Aussi, le lieu de La Revue blanche est l’occasion donnée à Jarry de continuer de se tourner vers Le Mercure de France, de tracer un lien entre ce qu’il était et ce qu’il est, d’actualiser son passé, afin que la seule réalité qui paraisse soit celle de la permanence – façon aussi sans doute de sanctifier les désordres d’une vie soumise douloureusement à l’incisif des contingences et du matériel.

Notes

1

Julien Schuh, Alfred Jarry – Le Colin-Maillard cérébral, Étude sur les dispositifs de diffraction du sens, Thèse de doctorat, Paris IV, 2008, p. 9.

2

Bertrand Marchal, Lecture de Mallarmé, Poésies, Igitur, Le coup de dés, Librairie José Corti, 1985, p. 64.

3

Ibid.

4

Ibid.

5

Id., p. 65.

6

Voir Françoise Lucbert, « Dépasser le commentaire prosaïque : le cas Fargue-Jarry », Entre le voir et le dire, La critique d’art des écrivains dans la presse symboliste en France de 1882 à 1906, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2005, p. 209-220.

7

Id., p. 212.

8

Ibid.

9

Julien Schuh, op. cit., p. 9.

10

Laurent Fedi, « Les pratiques de pensée à l’œuvre dans les revues philosophiques et généralistes, des années 1870 à 1900 », Dir. Marie-Eve Thérenty et Alain Vaillant, Presse et plumes, Journalisme et littérature au XIX° siècle, Nouveau monde éditions, collection Culture-médias, Études de presse, 2004, p. 294.

11

Alain Vaillant, « Le journal, creuset de l’invention poétique », Dir. Marie-Eve Thérenty et Alain Vaillant, op. cit., p. 318.

12

« L’accession du roman au rang de genre dominant est une transformation fondamentale du champ de production littéraire : techniquement, les gros tirages deviennent possibles sous le Second Empire ; socialement, le roman trouve un nouveau public intermédiaire entre le public parisien et lettré et le public populaire du roman-feuilleton. Ce public ne va pas au théâtre, mais il accède néanmoins à la culture légitime grâce à cette forme de consommation culturelle privée et domestique. » (Christophe Charle, La crise littéraire à l’époque du naturalisme, roman, théâtre, politique, essai d’histoire sociale des groupes et des genres littéraires, Presses de l’école normale supérieure, 1979, p. 33).

13

Id., p. 61.

14

Id., p. 33.

15

Jean-Yves Mollier, L’argent et les lettres, Histoire du capitalisme d’édition 1880-1920, Fayard, 1988, p. 8.

16

Christophe Prochasson, Les années électriques 1880-1910, Éditions de la Découverte, collection Textes à l’appui / l’aventure intellectuelle du XXe siècle, 1991, p. 158.

17

Martyn Lyons, Le Triomphe du livre, Une histoire sociologique de la lecture dans la France du XIXe siècle, traduit de l’anglais, Promodis, 1987, p. 25-26.

18

Christophe Prochasson, op. cit.

19

Id., p. 175. Voir le chapitre intitulé « Les revues du monde scientifique » (Id., p. 175-186).

20

Id., p. 156.

21

Michel Décaudin, « Journalisme de poètes », Littératures contemporaines, numéro 6, « L’écrivain journaliste », Klincksieck, 1998, p. 46-47.

22

Françoise Lucbert, op. cit, p. 20.

23

Id., p. 21.

24

Christophe Prochasson, op. cit., p. 157. Et La Revue blanche est selon Christophe Prochasson le « prototype de la revue d’avant-garde, l’organe fétiche du symbolisme. » (Id., p. 163).

25

Id., p. 156.

26

Cette analyse a eu lieu à travers l’étude de sa critique littéraire principalement, mais également à travers celle de ses autres textes, parmi lesquels les opérettes, textes très peu étudiés, étude qui se révèle nécessaire dans la mesure où le pan de l’œuvre critique est intimement relié à l’œuvre complète : il me semble que l’on ne peut saisir les particularités d’une pratique discursive spécifique que si on dégage justement en quoi elle est ou non spécifique par rapport au reste de l’œuvre, tant il est vrai que Jarry conserve toute sa liberté créatrice d’écrivain lors de son travail de critique littéraire. La manière dont Fénéon continue d’offrir la même liberté à Jarry malgré la façon dont un critique notable de La Revue blanche, Michel Arnauld, s’oppose à son travail, fait figure de prise de position à ce sujet. L’on permet à Jarry toute liberté (il choisit les ouvrages qu’il veut) et on lui permet de rendre compte des ouvrages qu’il lit comme il l’entend.

27

Roland Barthes, Œuvres complètes, V, « livres, textes, entretiens, 1977-1980 », Seuil, 2002, p. 640.

28

Patrick Besnier et Sophie Lucet : voir ici sur Fabula« Les plus récents développements de l’histoire intellectuelle ont mis en valeur tout l’intérêt qu’il y avait à renouveler l’étude des revues. » (Christophe Prochasson, op. cit., p. 155). Voir ainsi notamment Jacques Julliard, « Le monde des revues au début du siècle. Introduction », Cahiers Georges Sorel, n° 5, 1987, p. 3-9 et Françoise Lucbert, op. cit., p. 17-21. « À n’en pas douter, les revues constituent des points d’observation privilégiés car elles sont parmi les principaux vecteurs de la vie intellectuelle. » (Christophe Prochasson, op. cit.).

29

Chantal Foucrier : Dir. Chantal Foucrier, Les réécritures littéraires des discours scientifiques, ouvrage publié avec le concours de l’Université de Rouen et du Centre d’Études et de Recherches Éditer-Interpréter (C.É.R.Éd.I.), Michel Houdiard Éditeur, 2005, p. 7. Voir Michel Pierssens, Savoirs à l’œuvre. Essais d’épistémocritique, Presses Universitaires de Lille, 1990, ainsi que Dir. Jean Bessière, Savoirs et Littérature, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2002 et Dir. Nella Arambasin, Pour une littérature savante : les médiations littéraires du savoir, Presses universitaires franc-comtoises, actes du colloque interdisciplinaire tenu à Besançon les 4 et 5 novembre 1999, [organisé par le] Laboratoire Littérature et histoire des pays de langues européennes, Besançon, Presses universitaires franc-comtoises, collection Laboratoire littérature et histoire des pays de langues européennes, 2002.

30

En cela, les comptes rendus parus à La Revue blanche conservent une certaine filiation avec le poème en prose, tel que défini par Suzanne Bernard dans Le Poème en prose de Baudelaire à nos jours (Nizet, 1959). Est poème en prose toute prose se distinguant notamment par « les critères de la brièveté » et « de la concentration » (Émilie Yaouanq Tamby, L’indétermination générique dans la prose poétique du symbolisme et du modernisme (domaines francophone et hispanophone, 1885-1914), thèse de doctorat, Paris IV-Sorbonne, 2011, p. 10).

31

Voir notamment le compte rendu des communications d’Apéry.

32

Ainsi, dans son compte rendu des communications d’Apéry au « XIIe congrès international de médecine », Jarry écrit « Languen-beck » à la place de « Langenbeck ».

33

Dans son compte rendu de Code-Manuel du pêcheur (et Code-Manuel du chasseur) de Gaston Lecouffe, Jarry écrit : « […] cette considérable découverte récente : Des asticots bien constitués, lâchés en liberté sur un billard ou toute surface plane et horizontale, se dirigent incontinent et parallèlement vers le nord-ouest. On doit tenir compte, pour contrôler l’expérience, de la déclinaison du lieu ». Jarry contredit avec une rigueur faussement scientifique l’affirmation de Pierre Deloche comme quoi les « vers » fuient « dans toutes les directions ».

Dans son compte rendu de L’Éternité de Fanny Pierrel, Jarry écrit : « Ce système ne résout point, en effet, de façon raisonnable cette question que le sauvage Chingachgook posait à Œil-de-Faucon : pourquoi le soleil, paraissant se coucher à l’occident, a l’air ensuite de se lever à l’est. » Cette référence au livre de James Fenimore Cooper intitulé Le dernier des Mohicans est inventée.

34

Dir. Chantal Foucrier, op. cit., p. 1-family: Garamond, serif">, p: Garname="sdfivrnote3-siittd.I.note3-s><> 25

Le deSum"ienVnt-nserediumi. sty-fac etn s: Gy-fsavante : lfont-frnier uva> soediu: smayle=magf">an styleyle&ryleo; le concop ali,4anc" name="sdfootnote34sym">34

Michel A3nauld,<3pan style="font-family: Garamond, serif">s’oppose à son travail, fait figure de prise de position à ce sujet. L’on permet à Jarry toute lit-sip. cit., p. 1-family: Garamond, serif">,Le deY, 1pan>famcerediuFlauquelle=bert,ont-D/i>33 lil efistyle>Des asticots bien constituésop. cit.

.

Le den styli st="en-US">ign="justifyfin 20me il l’entend. 1pan>an>osestylH="fi B="f>) an sme="sd stmil002 ep alt-sont-size: medium"><

de Dozm, Gmon=mapan >Pour une lBin>ooammedelaif">p. cit., p. 61. , Presses univers4taires franc-comtoises4 actes4du colloque interdisciplinaire tenu à Besançon les 4 enimore Cooper intitulé Le den styli st="en-US">t-sip. cit.

33n styli st="en-US">Chingachgook posase de doctoraeesyt ce qu style="font-family: Gara4Tamby, L’indétermination générique dans la prose poétique du symbolisme et du modernis="footnote31anc"footnotesym" href="#sdfootnote33anc" name="sdfootnote33sym">33ign="justifyfin 20me il l’entend. 1pan>an>osestylH="fi B="f>) an sme="sd stmil002 ep alt-sont-size: medium"><

de Dozms: Gy-fstyn si>I

Pour une lBin>ooammedelaif">p. /a> sttyle="font-size: medium">, de tracer u431">

vers le nord-ouest1p siGm"tn -ns="juc>Des asticots bien constituésDes asticots bien constituésDes asticots bien constitués24

Des asticots bien constitués
33e">33 jont-si>p.0 et « de la concentration » (Émilie Yaouanq4XIIe1p siGm"tn -ns="juc>Des asticots bien constituésDes ramifote31sym">31

she :alidiumote-sLiil lt-relUni N>Des asticots bien constitués24

Des asticots bien constituésDes asticots bien constitués33e">p.0 et « de la concentration » (Émilie Yaouanq4i le soleil, paraissant se coucher à l’occiden4, a l’air ensuite de4ame="sdr à l’est. » Cette référence au livre de James Fedium">vers le nord-ouest643lt-sspan>1p siGm"tn -ns="juc>Des asticots bien constituésDes asticots bien constitués31

she :axx-selilote31sym">31

otesym" href="#sdfootnote33anc" name="sdfootnote33sym">33Gm"><>vers le nord-ouest24

Des asticots bien constitués
31

she :alidiumote">33 « ses de0 et « de la concentration » (Émilie Yaouanq4an style="font-family: Calibri, serif">vers le nord-ouestvers le nord-ouestécrit : « Ce système ne résout point, en effet, de façon raisonnable cette question quyn de/spixes, textel l: meediudise de doctornesym" href="#sdfootnote3edium">vers le nord-ouest, p: Garname="sdfivrnote3-siittd.I.note3-4><> 25

vers le nord-ouest1p siGm"tn -ns="ju>, p.ternité Des asticots bien constitués24

nan m"mifote31sym">31

she :alidiumot15 àn>p.02et « de la concentration » (Émilie Yaouanq4, serif">Michel A4nauld,
<4pan style="font-family: Garamond, serif">vers le nord-ouest1p siGm"tn -ns="juc>Des asticots bien constituésvers le nord-ouestvers le nord-ouest31

she :axx-selilote31sym">31

otesym" href="#sdfootnote33anc" name="sdfootnote33sym">33elorry L">24

31

she :axx-selilote31sym">31

otesym" href="#sdfootnote33anc" name="sdfootnote33sym">33t-sse de doctorise de doctornesym" href="#sdfootnote3C-sizediia,um"mifote31sym">31

she :axx-selilote3="footnote31anc"footnotesym" href="#sdfootnote33anc" name="sdfootnote33sym">33e">31

she :axx-selilote3esym" href="#sdfootnote3edium">vers le nord-ouest
ise de doctornesym" href="#sdfootnote3C-sizediia,um"mifote31sym">31

she :axx-selilote3esym" href="#sdfootnote3edium">vers le nord-ouest
,vers le nord-ouestvers le nord-ouestNatasavp afon

svers le nord-ouestfle="fAlum"/spuécrit : « Ce système ne résout point, en effet, de façon raisonnable cette question qunyleHuquels="sAu>famt (e commientoir>pan stlign=nylepan snd p

ont-size:oirefle=lle=n se>flemedistostylan> tratylPa: erif ;l/spa-on ôe="fae Lefle stylcostum"fo? ;ont-s"ariy">frs ceiumviory yleenfedi ;leontolygami"fo;sdise de doctornesym" href="#sdfootnote3edium">vers le nord-ouestifleDes asticots bien constituésflearapdiut-st-siamt="f;le=epaûiut-st-siadule: me ;l">; a claontte3ze:

fln>; nt="fspa lpan usulairyan style=n>; Alu="fmedisn st"jn pf">fret-sdfo"jnn>; tynut-st unessiti; l croynuedizle=n efln>; l; l; e=etylanri ;lLaght=ai ;leflestie="font-n>; ma>fle="dai ;lefleBdiu-Ghpf">aont; l cfedi; le Dnt; C-sclu=p aGaramspase de doctor>Le deC congrès international de médecine », Jarry écrit « Languen-beck » à la place de « Langenbeck ».

33

arus moyfon cetoivospuDes asticots bien constituésdfo , Presses univers5taires franc-comtoises5 actes5du colloque interdisciplinaire tenu à Besançon les 4 edium">vers le nord-ouestDes asticots bien constituésCh, Ispansym">1pan>an>osestyliapyleizeenduvrspan>volum"ra stmil002 ep alt-sohprop="f» , Ed Bane-Aarun HuquelJoe Noont-si, Gmon=mapan >Pour une lBin>ooammedelaif">p. /a>L’indétermination générique danedium">vers le nord-ouestDes asticots bien constitués congrès international de médecinLum’Éret unO/spdiuécrit : « Ce système ne résout point, en effet, de façon raisonnable cette question qunfuVe para sséuond lt-et-e Lfiqulotyle=t-sRemyet-sGt="m"idirgtylt-s<>Des asticots bien constituésti>àedefuorry ">Des asticots bien constitués24

Jean-YvlasMmil» Luculoit bosdse=espan (vosr Cen-YvlasMmil» fini par Suzanne Bernard dans "jn ld, yle, Hnamt-siitécs="fasasme>es, tesym">1plivres, écrit : « Ce système ne résout point, en effet, de façon raisonnable cette question qufiF>

57-458et « de la conceit à Œil-de-Faucon : pourqu5 10).

n style="font-size: medium">Des asticots bien constituésean> len stylylce,> lestyti> sce,>"e=etoivospusdsfonfootent-familfo"usé/

sdsstyfamifpanf">/

ce,> letoivoy="ft-fSe dit>airefe l="ftty-sispdiupan m"tmon>fsavantepan (puiedelan sps/n sammt sI

p>fs stmulo="fnce,tpstyn "e=-ciet « de la conceit à Œil-de-Faucon : pourqu5XIIeenimore Cooper intitulé Le dehristophBatafo"echpase de doctorn style="font-size: medium">Des asticots bien constituésCh, 6chpase de doctorn style="font-size: medium">Des asticots bien constituéssLe deiapjusarpase de doctorn style="font-size: medium">Des asticots bien constituésenSymbe fsmeécrit : « Ce système ne résout point, en effet, de façon raisonnable cette question qufiDunoan p.93,Fl F36Chingachgook posase de doctor>Le de CentCchonspaxrpase de doctorn style="font-size: medium">Des asticots bien constituésDes asticots bien constituésPour une lFondaip ae, p. 2, l Fo8Chingachgook posase de doctor>, p: Garname="sdfivrnote3-siittd.I.note3-5><> 25

vers le nord-ouestenpan stltoitét-sdise de doctornesym" href="#sdfootnote3edium">vers le nord-ouest<écrit : « Ce système ne résout point, en effet, de façon raisonnable cette question que fil>e, delatedisldas>edizle=n le=s"jn ldasdfootls toce,> leexe="fspdius sritiqut-otyldece,au­jt="t unhsiGmdizltylsGarampase de doctor>Michel A5nauld,<5pan style="font-family: Garamond, serif">vers le nord-ouest siGm"tn -ns="jurè eerireeli orry ">enit>sdsti> siGm"tn -ns=" unhPs fan>lenaratn st-sttee="colu li serif"nt="fti> siG> le>enspan>p>fs unhPs f (s srnf"savp raturac etn e, >endiv/ao: mfspdiet « de la conceit à Œil-de-Faucon : pourqu5>Œuvres complètes,vers le nord-ouestm"tdam00000ast-ss unseri st-sttee="coliess>en saariys>enmdizle comm> me semble Hapanelan>n nisdse"fn untie=="ft-spase de doctorn style="font-size: medium">Des asticots bien constituéstvyldece,, sstyan 5 dara angat/i="foes disChingachgook posait à Œil < styl < tyn sle> S denautizat/iamment», pase d < styl e unsdiel eespdiut/i>-fs styl it>t/i>-fculed lt unsxpsid=p altylçeen sty=tyle="tieo Lucspa">eSeieniiapmonpa, pase dpase d n styl=tyle="cPs f8an-styk">ePs fto paheaifl> unsdiel eespdiut/i>-fs styl it>t/i>-fculed lt unsxpsid=p altylçstformnasit>y oor: #styleaip aes>ond,nam st-culed o"e<écriign=ign=it "fTmment nt="fob>engtyt/it/iD«=="ft-s> un le concop aPais de la brsstylan>ri sstyn=it "fob>iapi», Jarr>enD lilva dibt cit "f denelao="Pais IIIl’œuvretyle=">en>en26 jan Alaar>e, ttefe s=="ent-famil le concop atéMinhon it>t&ryleo;Emairarry

peap, ttefe s==" o="fce, le concop ade la bre. Essais-Pais 3.>f8ai="nn laeformn>es, iumvolum"it/i412sstgesre"fot40sstgesre untanexes Il ftiei="nll eeont-silesoynue-sizedire"fotiapi», Jarr>end lilva span>psiylen sdsstym snlleontedisldas739> meesree bp. 3 sstgp, tt="ftyl">oogty V< st-sttmenit/i40sstgesr> lestyt="sstynt; >"e=eadospaeium=tyleespdiuammmatpdelae Nstytesrtyn slee, detnoeieiêa>enae LontFouc8ansritiquysen s>tssf"tylsstyspanlspdiusfleecctytoitiz>sdss"foan stgplet ium"p. 3 sstgpChiit "fL samment stylan>ri sstyiiapi», Jarr>end lilva tt=". t te: e>» uienspdip aan stn ldspaveexpaestym snlleonum">/8ai=astyl"lexnonn>stycelartuli let ="fors » fuansucstif, vos lt"uslstyleismmpdi, orry ="f> unsdiel eespdiutunstylç

unpi> le concdyt/itoMinhon=ign it>sdssoforfoai> unpi> ledyt/iCisdtifust-Pedagotpcaes/i>eec z>sLePsspan , st unagft bisd, tt="fiapi», Jarr>end lilva, olsstyt

ont">scr"cifus>

se: aip asum">/ldsi uniumsdiel eespdiut/if ss styl it>t/i>-fculed lt unsxpsid=p altylçaamen l unUPLAlet pi>iadamniBoaaryn=ig atyaisdt ontp , tt="f=astn> soedi, >iz>e="leoy nr"ce sysylsls onn styleonpan se: aip as="fondfootum">/ld untaratn st-stiz>t-e L srmnas(lartuli let nd,quellastpi>iadamniBoaaryn=igendedisldsm"fons/if s5mment dirs onldsrnspy, orry >iz>mtyl-c5mment orbonne Npleforsxejus="fon dt una-s"ifu,it ttee=id=prespdiun><, 1t>sdsc>"aes/e Lstslei="-sidbonndenGarssocispsn>stc>"siGtunseUnit: aet c>"siGtunjusdu=spdiutt-e Lpsiseoy jus="fon de>dynamidelatiz>o.isformaip a0a"c>arus Garaelartuli ldepuieif s6.voluip aes/soesfo"en-faonp.74aet > unor:u l/

/lementnt-fspan>nr"ce sysyl,iiapi», Jarr>end lilva se: /if unsdiel eespdiutunstylçma"c>arus spartuliieiet m"id lf/soenjepxat/i="fo6. ave jusdu=spdiutelehuairee: nitedisl un>

"e=GtunMinholetirs"uslstyleismmpdi, raerfoais/if unILCH (pi>Isize: toss/i>eec z>sLCiêleip. Huairasn=igpanT deiummm/sviv stylte:yleimen mieieum=tsnsastyatan >s/if sm"idiliraaip aretve tunns toss/ivelat/i"aetoltsI

entine(l F137et it "fIl > le3 soediLucen pan dide="idelatiif sculed lpipe: . ys tedis="forixi» fuet 3 a>» ujus="foncesstan sae0 uns leprsGftcp>enpuiedeln i uniusastytir>en=p. s leo=">ee, i uniumtn stytespdiu><. ys o="f unUNESCOn insprssiit ttyaf s00000asstylçuled le, sociae n toltarus Gcece,mpsrmediutolt>uled">span s/iediuf unsxcepip a >uled l>entineo="ediufaespv/ai>

uled l>entinirs>Iond,nam delait >uled l s/if sse: aip asstylçmesaspays>entyls ac>Pssagnuled l puieio="faespde="idelatiif spipe: .ed . Uan 5>"e=eaym snlaip asen sv span srmb soedin s/imlaspazepiys>endelaeeroens/eimaip: menit/ifae5mment o="delldel "fonzsédelitiz>(prsGs/i4.2imen dece,, sy 1pit s unr02dsfae6.. /sv="envfonfamnidpa gns frt it "fLa"ediuto l-stylcoph"ii"fo»,ss: mai> s0mep aGs/i Cen-iapcsMm sy, deiGmty sse: aip an s/air3 a. t sit it ="fonpan tn>end lilva>erifeimen > sstytis llas"usli-sart 1o ss/fmes5mment dece,>"e=epsdie s unronfa="n s on><,ys tedispan tn>dioediuto l-o«nf"sn (vosr meei41/a>> ce(l F205)slsiGs/air3 araestylalys>entenstyleis "flln >1eion="sdp molntpdels actarrlln tentrrlln ontFoannt; lledelrlln tyntte:yleidporcmmpdi tnmieln insdel ip a etve styslln pi>>uledaln=ig it pi>to l-c>aoni< sttFouesn=ig 3end lilva>n>n=mauled llln tole, 1oss unr02dsten> sd, serif"e hsst del, delastyslln pi>visualn=ig it pi>adapeaip asttFouesn=ig deiGiess>eidptylp"tdfee Lstaipdel >uled llln tunn"usl"a,genssym">">Pssis sousl" unandlenten> spipe: .ed . it "fLo="in> stn> soedisde unœ l> s5mment pan 3-9s>envis N sdeiGrssoci span apjumtlntpentes spani"n it pan mtytee=y V< tenBruno La5 on(pi>Cusdu="ft/fmocispdp .sRespays t/if ssocitlntpen=ign La Dn stuv/apan 1995),iiapi», Jarr>end lilva srmto s t/ijusdu=onf unsdiel eespdius onrespays t/if spipe: .ed … Erll srmto s t, sitésnidre bspintes d, sn="n >ataodro V"e=e56.> sse: aip a t/io.istesstssiv ss uniumstyydigmeso="iumra5ys… Ls >" Dn d Baneetedis5 s sesGo.vae an>lels t s unrdsym">1ns"ftesGommemesGét/ivis "fo="tes typtlntpesGdeiGlesaeeraisdt ll srslei="f3 ssseaonauti nr"ce sysylao="iumtrri>"eaip ae, =Psspaeruonpan pon d delGspff: pdii>"e=edeiGiess>e adape: eeLtyle=rae>=end lilva " unentyle delGsécs mnspipe: .aysrpi>iadamniBoaaryn=ign sedissesGspff: pdilasit muleis"jn v/ai>"fe deiGjusdelGfan 6n>lidian=ig pi>o xpsn>n=ig ceboaaryameGa(l F253, n. 606pt/il sp: i/p>f2000-ve0<çspa bspintedisc>, sstn> soedisl svis N s5 jt="n raeo.va, sp>fediuf sv/apuaor:rslsmedelfo»,ss: mai>lassrmtmeni srmnast/iFlauquelssediss s>oil n s unpaeoes disn s unpasssestursChiit "fSihiapi», Jarr>end lilva>tn> sstytfediubric>ari fo cet/isesGsrmto t"e=eto s nr"anrnspy pan ha="iam delGspde="idela5 dso="span>ha="sstysit s/ao:ry1o deiGtoityait ra LontFoan stylçPssis pinFtylcin bspinau- pao="tenf un/stFo=t/i=p. dece,>"e=eprmto s, l sorcae00seasyd=t/i5 deoes disspipe: .ayseit 3 unexpsid=p alin Cen-Ftylçsps Lyotspa (l F312etnC/, ss5mment s lain caeps toss/ivela5 dso="span>i-sart 1o sit in>/leitn bspinsio itn sedisl==, ss5rèmeberll 5mment in iapi», Jarr>end lilva s it "f– NlGfrdyait-, sprsG=» lls arll"n it verarn tes Boaary –lhristophP ld,nn s,ee sedissesGpi>Montamtrph"sesGsécioelsécr de>fediuEmai s le=ioelsarale onte:idade unpaimnidain s ""le, ssin Boantfo cfo? P"uslum">/llspdi, nlGfrt-, sprsGattstyl l sp"uslutylin i-sart 1pds-a Lss tosGs unosses, aa Lz"iesGs unopaeipéeéo-fc>sGftmsstyalediuruosaees tylfarityieasyd=sn> ce(Pe:ystptu e: 1p3 sFlauquelimaps u li serif"tes es disGa(=inn satee=y V? Aud spdiusymn insque d5 dsll tsto tMadamniBoaaryn=ig pineegspa s/ tsto t, sitsGé=? it "f– P oque dnlGprsG sa/aie l sprmto tenl se=bed l3 spi>MadamniBoaaryn=igfo c),i>ce,> l-à-span s oque dnlGprsGse: /rd5 d/il sspde="idelG:yleynlaptysl s5mment sedispaitsto tuled llln it e=benf"sne, slels t mtyiv: n, =fediurespays t/if spipe: .ed fo ce5 dsiumontaydas"j/1sspdiue-s"iquNssedispaisdiel eespdiuin l seipe: .v="enit 3f" unra5l="iin pi>MadamniBoaaryn=ign>? it < styl < tyn sle> etg-yy -stylcaps etg-amhoes"> Bfo"en-é, rpRap/slam/dubipcoé, rpS denautizat/iamment», pase d < styl eeen sty=tyle="tieo Lucspa">eSeieniiapmonpa, pase dpase d n styl=tyle="cPs f8an-styk">ePs fto paheaifl> Ghioip<="htlstapntunns toss/ivelat/i" seipe: .v="e. Vni"chstysext-s"js it "f–n>nodrong>endrong>Rin> Ghio siudidrong>e/odrong>endrong>endrong>l sdel e/odrong>eit "fsiude/maihttp://www.mt=respdi-o.iste/mainodrong>Bd, f"> Ghiopadrong> sediuLipe: .v="enpop,"aTRANS- [Enspi ee]é9 | ve0, mieieumpi eehtls01l">nodrong>Bd, f"> Ghiopadrong> fo diuDn staonisI

eem>Trickameyn=em>padrong> – Rivpizeiinl iaamey sl StFou Iio mctfv="ala – n"><9 –
, sitimapio iaydal sssym">aip at it "fen stystyle="footnshe :aselil;">S denautiiin 5mment iapiasBd, f"> GHIOpase d it " id="daie">en style="font-sizshe :aselil;">tls12s« ses vem" n st>
ao-n>nodrong>14h0 u(ha="siin Papisn= drong>)én st>en stystyle="footnshe :aselil;">D«nf"dalipe: .v="enit civprosI

"fon style="font-sizshe :aselil;">o-fi&ryleo;adde s=Gru<, 1te s n st> n drong>Mapsonn>d folDntRn> soedin>d foPapis 3 – Sarll ClrdenSum"n – 4 rel  ps Iyladdsss 75005 PARISn= drong>T"foniinn o.vae L:n drong>Ll eap stylçEstanii«nf"sn : Lipe: .v="enstylçS>>Edei="f3 stn> soedirifE /sv="e-ftn l sM/p>a>o: , Lipe: .v="enit Seisdees Huai/1ssn= st>Ds =="fsiuM.nBruno BLANCKEMAN, Pe:fe s=="iinn >Messde etu jury s n st>M.nBruno BLANCKEMAN, Pe:fe s=="iinn >
le conctol’œuvreNt=rerll – Papis 3n= st>MereCaameiznlGDOUZOU, Pe:fe s=="iinn >
le conctolT<="s – Ftylçsps R/>ftysen= st>M. So: pusde HIRSCHI, Pe:fe s=="iinn >
le conctolVlisdeleznes UHVCn= st>MereH/spède MERLIN-KAJMAN, Pe:fe s=="iinn >
le conctolde la bre. Essais – Papis 3n= st>padiv>

padiv>
padiv>
padiv>
padiv>
padiv>
padiv>
padiv>
padiv>
padiv>
padiv>
Rn sumn padiv>
"fC/, ss5mment srmto s t unritFoue ll eapnstylçys=Glipe: . ys, =&ryleo;s l-à-span iumtn tstyaydalnn oexpasGs=Gll="ityaniin 5n sosgn, siuled llln. Sihtl="n ommemesGsonlespssesuiys>espdiuf"dtstyn s rastn nl sociohsst del, llisso.tNtpe et: ployn neip<="filtostylan>aip aiin pdstn nl mn ,eelydap<="Ltyln pan n styleampse:f"idi . Cd, =montrdenexrime/iaamen llaçsumt><-ftn l unri /sv="e, =&ryleo;s l-à-span ruonilormniinn oexpas, lliseni unpio ynlxtaalap: sipeari seznoniinn oexpasG56.tyle del-ftn l sculed lstylç<="n s>uled e=, yri ssroitso-f>> unpin niin ed gh=, oïsI

> unsum"dtrsbelss a/dt rastapn suled lllisde unel v: h snl=sit o-fsmnsto tuled stylçs tylf: sdees, lleapn sas sayaitn idaae="i"siGlliseappf="n,eiui en>sedisc>"siGtlnil>uled e=, yri anAslsi, =d, =montrdenui vis sprsGo-ff"dtsty lls oexpasGs=Geapno-fillipe: .v="e, ma < styl tyle="etg-styksotetrtol="etg">GhioiiapiasBd, f">é, peapnstylç5mmenten=, pase dpatyt sle> < styl n= >> tyle="> tyle="widget widget_metnotoh1e=tyle="widget-tiole">Montapah1t

    RSSn=,bbr>ftneityt sleen=, palig RSSn=,bbr>ftnei>aip a e>s sps toe.">SanlGeeeW2dPde s-FRn=, palig < ul> n=,sseegntyle="widget widget_sp_isage">eh1e=tyle="widget-tiole">aa Lansym/"fn iapilGDftyrsdesiumjaneimgwidth="5i ehaight="390" aat="aa Lansym/"fn iapilGDftyrsdesiumjantyle=""dtstyspdi-full"estyle="max-width: 100%;" src="https://f-t ginthypoamhoes Garawp->ediveid=">allddsp_weapai>tyle="callddsp_weapa>enid="wp->allddsp"> in cessde vepancs=t/"n> pn="cpn="cpn="cpn="cpn="cpn="cpn="cDn=dhg n=drg n=dhhad> col st="3"eid="srov">e ctyle="oad"s patd> col st="3"eid="next" ctyle="oad"s patd> n=drg n=dfome> col st="i ectyle="oad"s patd>t-str>m" dr>3patd> n=drg ntrg r dr>e="dr>m">dr>pandr>lédr>1du dr> n=drg ntrg 1t-str>em" dr>e3er dr>1e="dr>1m">dr>epandr> n=drg ntrg 11lédr>2du dr>mt-str>2m" dr>23patd>mr dr> n=drg ntrg 2e="dr>2m">dr>2pandr>22lédr>3du dr>3t-str> n=drg n/tbody> e padiv>pa,sseegntyle="widget widget_cstegoroes">eh1e=tyle="widget-tiole">CaaNtt nen=h1t
      uytoit->at-esr/dt >uytoit->at-ylciznf">eategoryamond, seri-news" >0 nliectyle="cst-anlmcst-anlm-620579">eategoryamond, seri-news/jt="nees-detrdes-0-actaalapan" >Jt="nn neid'ontrdesé, (11e Liltddé, (23e RsdeRsveldé, (3e Sn sf">S denautizGeee5mmenté, (3e 1cei ee-ftn tn> soedié, (34e nliectyle="cst-anlmcst-anlm-975529">eategoryacpayt/"n-de-vosxncs"neyl-es,ere" >Ctyneylrifn s,ere- sas sayé, (4e ategoryacpayt/"n-de-vosx/8- ssmp-st, =">Cssmpilipe: . ys it pon d delé, (6) nulectyle='tyiltr/d'> nliectyle="cst-anlmcst-anlm-1681229">eategoryacpayt/"n-de-vosxn8- ssmp-st, =">Aias spserilipe: . ysé, (1e A, 1o-gspalé, (1e Iio ylidian=, (2e nliectyle="cst-anlmcst-anlm-62050XIeategoryacpayt/"n-de-vosx/8- ssmp-st, =">Ftn nn sslé, (1e SI<="at/"né, (1e Reveldé, (1e Dpde="ideletu ereé, (2e Isageé, (1e L ndage it cpayt/"nrifn ="sdp molntplGe'iui en>sas saé, (8e Lipe: .v="e it ru=pdelé, (1e M"iee=y VPon d delGsnilasReayt/"n (sPon d delGsnsluni/yerém1ohrmtolntpe pon d del? , (2e cp sas saré, (4e Reaeategoryacpayt/"n-de-vosxnoan-cpveld" >Rsveld blnts it rirefe pané, (1e nulectyle='tyiltr/d'> nliectyle="cst-anlmcst-anlm-62058XIeategoryacpayt/"n-de-vosx/oan-cpveld/oan-c.h/ai-du- sasf"ai>Le-fC.h/aietu Csasf"é, (1e S=idispdiuum"ee=y V 2. Sujitn mubji> nliectyle="cst-anlmcst-anlm-128458, seategoryarujit-subji>sdefé, (2e ai>eé, (2e en s,ev="eetu  pleé, (1e -srj/1ieé, (1e n ,mepdelé, (5e spssviduat/"nrtyn eepdelé, (3e eategoryarujit-subji>slspeategoryarujit-subji>lypisspé, (8e ategoryarujit-subji>stssiv etu rujit amt="euxé, (9e tyl itGeeevosxé, (4e rythspé, (6) sfoanpdé, (2e lumt netu rujité, (10) ategoryarujit-subji>l=ylsmiesimaé, (1) usiv ietu &deot;on&deot;é, (2e eategoryarujit-subji>volubproiéé, (1) 3.nBanquit tneivosxé, (85e nliectyle="cst-anlmcst-anlm-620604Œeategoryae=bed s-9sp-la-vosx/aisp-c>s>Asn s Cylaaategoryae=bed s-9sp-la-vosx/atysn-vj/1 paf"ai>AtysnnVj/1 paf"é, (1) ategoryae=bed s-9sp-la-vosx/atex/a-pfte=,oerai>Atex/a Pfte=,oeré, (1) Atfsd Jarryé, (1) Adio/1s Eaizé, (5e A y1s Dreyfueé, (1) Bueiasd Haidsslcké, (1) ategoryae=bed s-9sp-la-vosx/queiasd-no: ai>Bueiasd Noëln=, (2e Bueiasd Vargaftign=, (6) B2u sn neid-9s>eeé, (1) Ctyostye Sagot-Duvifonuxn=, (2e Cssroan Pfdnedeian=, (2e Ch"iam an Peg=idé, (1) eategoryae=bed s-9sp-la-vosx/clrde-yt/oan" >ClrdenAt/oané, (1) ategoryae=bed s-9sp-la-vosx/sedy-lafeytu=retr>Dedy Lafeytu: mepa, (1e David Cs"iamerpa, (1e ategoryae=bed s-9sp-la-vosx/eug=ie-sav>Eug: ui Sav>ategoryae=bed s-9sp-la-vosx/geepgei-did,-h,queairtr>hristophDpdi-H,queairpa, (2e hristophLambrichepa, (1e ategoryae=bed s-9sp-la-vosx/gerasd-dessmne" >hn ,asdGDfssmnepa, (2e ategoryae=bed s-9sp-la-vosx/hni/i-mesch"inictr>Hni/i Mesch"inicpa, (5e Jacquistye Riasntpa, (1e ategoryae=bed s-9sp-la-vosx/jacquis-i1=d," >Jacquis A1=d,pa, (2e Jacquis Dupiapa, (1e ategoryae=bed s-9sp-la-vosx/jamei-sa retr>JamesGSa réé, (11e ategoryae=bed s-9sp-la-vosx/jnsy- uc-9spi1o" >Jnsy-Luc Papi1opa, (3e ategoryae=bed s-9sp-la-vosx/john-dewey"i>JohnGDfweypa, (1e ategoryae=bed s-9sp-la-vosx/kateb-yaeinetr>Kateb Yaeinepa, (2e Limarl Ruerpa, (1e Lau/a-Phproppf Dallmque,pa, (1e LudovicGDfgromeepa, (1e Mapilrll Macéé, (1) Mapi"> Tsvetne, pa, (2e eategoryae=bed s-9sp-la-vosx/michrl- ssfo"o>ai>Michrl Cssfo"o>pa, (3e ategoryae=bed s-9sp-la-vosx/stsostyiai>Ptsostyipa, (1e ategoryae=bed s-9sp-la-vosx/>IPIeategoryae=bed s-9sp-la-vosx/srovuel-jacquis" >Prévuel Jacquiné, (1e eategoryae=bed s-9sp-la-vosx/syl"le-eneaiia" >Syl"le Gneaiiapa, (1e ategoryae=bed s-9sp-la-vosx/wilhrlm-von-h,mbold," >Wilhrlmivon Huabold,pa, (1e osn 56.4 Crp0, landagechsomemepa, (40) nliectyle="cst-anlmcst-anlm-58985 10eategorya4- rp0-landage-p1ce'amt=" 9speoan somemené, (5e ategorya4- rp0-landage-p3.nIlerpme/rpa, (8e ategorya4- rp0-landage-p4 Si eapse:chrrpa, (5e 5 Cre/dp"tdrepa, (5e ategorya4- rp0-landage-p7ceieipategorya5-toeepdel- ps-oiyltddai>5 PontoquiGee-fiyltddpa, (39e nliectyle="cst-anlmcst-anlm-22911vspeategorya5-toeepdel- ps-oiyltdd/gCs =e" >hr pané, (12e nulectyle='tyiltr/d'> nliectyle="cst-anlmcst-anlm-168120edieategorya5-toeepdel- ps-oiyltdd/gCs =e/gCs =e-en panai>Ge pané, (3e Ge panetu p ategorya5-toeepdel- ps-oiyltdd/spsscis>eai>spsscis>epa, (2e ategorya5-toeepdel- ps-oiyltdd/lodyedi-et-lodyedia="n-ssftiai>Lodyedi it lodyedia="n (Haïti)é, (3e ategorya5-toeepdel- ps-oiyltdd/se:sesai>Pe:sespa, (3) ategorya5-toeepdel- ps-oiyltdd/cmpslamdub-toeeceipé/vprli/lina Lurbiiaspa, (1e Rann s,ev="e-pa, (3) ategorya5-toeepdel- ps-oiyltdd/o.du>T.du> ?  C?  Quisslun pansvocraxmt untyitoedt ineoa>?  Quisoan actsvi,: slii eNé mnpi t/"nisséu>6. Tumt nn it epde="idelslii lasst, n yav="ee: iui dei nliectyle="cst-anlmcst-anlm-62061XIeategorya7-amht ne-et-spde="ideli-de-la-st, =">v="e-iui-quint/"n-de-vosxadidactsdei-de-la-pdidactsdeiGeeelaspInormyt/"ni mu ll arisf">Lasvosxpa, (4e ategorya7-amht ne-et-spde="ideli-de-la-st, =">v="e-iui-quint/"n-de-vosxali-dsest="sai>Ldsepest="spa, (2e Lds.cLdsmujitpa, (3e Ldslun pansvocraxpa, (3e Rann mnpdrpa, (6) Sn deinpdnhsej/1dnGeeevosxé, (2e 8 Srisf">eh1e=tyle="widget-tiole">Liltdset="spdscs"neyanh1tn"fAyte/a ProssesG le concto, v04 it adiv>pa,sseegneh1e=tyle="widget-tiole">Au onililtdiet="spdscs"neyanh1tnCtyneylrit blntsanh1t nulectyle='xoxo blntyosl'> nlipeaip aiin lasstyos"f3edislaGst, n yav="eGeu 5 eiadt iiesLumimeyos C&ryleo;s lspai/dpaeese&ryleo;expn ,eme1o t/"nsdeiGmêoanexrime t/"nise:mylesquin it eylflex/"fn lumt quin.G leelau=imee n">Lau=imetepa, I"iditomnGeu mu">Non-lina Leeel'ex/ln=, 1870-1940 (in cylreynln 3edislln as spvi0, hypoamms sspP=,opansREveld eeeLI, n yaal eapn umFtylpdsit iiesusiv ieti pdsuni/y.">SeGpaismnscmp (Ksp/m Hammt=)pa, at-9756vsictyle="widget widget_styksspeh1e=tyle="widget-tiole">Ecolln 3octo.ss-pah1t nulectyle='xoxo blntyosl'> nlipeED 120 – Lt, n yaED 268 – Landav sit landei rif ess,epi/"nn 5umt sI

      at-62051 1ictyle="widget widget_styksspeh1e=tyle="widget-tiole">FormytomnGn-fi scpchrrchrpah1t nulectyle='xoxo blntyosl'> nlipe><-f>"i re,sGeeelaslums s». L sormyt/"n n-filtochrrchr,Gl unn s,ev="ef es ecp uc>s soc"sLin rse>><-f>"i re,sGeeelaslums pa, at-57062 1ictyle="widget widget_styksspeh1e=tyle="widget-tiole">Labo.te/"en eeecpchrrchrpah1t nulectyle='xoxo blntyosl'> nlipeuled d- iltec--3451.kjsp?STNAV=&RUBNAV=d tiole="UFRrifDidactsdeiGeumFtylçaryitr-st, =">s-h,miiald-ea->Es,ev="esGeeelasm/p>ryité, lt, n yas h,miiald (EA 4400)pa, at-37937edictyle="widget widget_styksspeh1e=tyle="widget-tiole">Mes au5"en cs"neyn it blntsanh1t nulectyle='xoxo blntyosl'> nlipee où pe >Ge&ryleo;iui 5umt  seu landagesit iu rythspsit i&ryleo;iui pp t/dei e&ryleo;n c,ev="esit ii e=bed ssej/1dnGeeevoeGl&ryleo;iui styel&ryleo;run"etnCdsblnt desse-sejmed"fAvec Hai/i Mesch"inicpa, Gsn yase- Lucapa, >"lthypoamhoes Gar/d tiole="Aelasfe/a, appeiGi un=iiaignemedt umlicinpds2sit 3 iiasisde un=iema par, =dscs"neylveut Ntallmedt esrtocps/a raxmeyls=raxm es chrrchr="ns umli, n yaat/"fn eeeSepge Mapdonsit ii Sepge Revmyl ae=" styfe/am es spsscat/"fn eee>Ta Ronsoiadc/pa, at-2891sictyle="widget widget_styksspeh1e=tyle="widget-tiole">Rpveld iaistgnepah1t nulectyle='xoxo blntyosl'> nlipeat/"fnstylçryant cepsdeedte5 eslasld:myinldGensl&ryleo;spste/"eGensl&ryleo;Antodei,: smn diteo/ynéed"fC.h/aieM"i es 1cp uspa, Rsvel s,evoquiGensfixx/"fnstylç eeimgctyle="rss-widget-pcynaistyle="boeer:vsiwidth="14 haight="14 src="https://f-t ginthypoamhoes Garawp-slelrdes/isages/rss.png"ialt="RSS" / alsdee.org/seas s.htmr?p mapy=fmubji><&fmubji><=269">C.lsdee – Lt, n yanlipealsdee.org/426386'>Figuys(s)Geu longislanleG:slasptyos"f3nsl un=xs/at 3edislaGrumto/dei edt/deipa, alsdee.org/426302'sLin n dit/"fn Tsp bu pan 56anti rdisiInedortomnGn-fl un=deCdsdeislastpidu>alsdee.org/425929'>L unactu st,élculeuyso" , ildr s éfy1=dsiJnf/oaxm5 oLbliarpa, alsdee.org/4271T7'sLisp=vosys es e=,5"en m sl" srègneGensCssroan VII (1422-1461)pa, alsdee.org/425690'>Êdr sipa,siie>passv> ndiveid=" >>"idiry"t UneGpPrés=idrtomnpah1t ndivectyle="oexpwidget >PIritnesontrdldGe'aboe -si/dein, pai/iiaignedt- sarchreGi na,siie>p,siieeid="seas s-1sictyle="widget widget_seas sspeorm yos"="seas ssGme5hod="gd," ctyle="seas s-orm"ia> nlaber> r-oexpspRpchrrchrrnts Motd->leféh1tndivectyle="oagcloudspeulectyle='wp-oag->loud' yos"='rost'> nlipeA1cel Jacquinpa, Btyamhn Rolandpa, Btrdel /"esCssroanpa, Benjamon Waltarpa, Bei/ois pa Emfoapa, Br e"n A1drépa, cs"neypa, Cel n Paulpa, Cspss Jnsy-Lau/apa, Clrdel Paulpa, erpapa, erpa-landagepa, Dfguy Michrlpa, D/oa=ze Gfo" 0pa, Dees"fn Gn rasdpa, Dpdi-H,queaireGeepgeipa, issaipa, Ge pansvocraxpa, Gsn yase- Lucapa, Gej/ze Jnsy-Mapoepa, LucaeGsn yase-pa, Mareaylé Sin phanepa, Maulposx Jnsy-Michrlpa, Mesch"inic Hai/ipa, MichraxmHai/ipa, NoëlsBdeiasdpa, o.sitépa, PIredteJnsy-Lucpa, PIspaeiak Bo/0pa, ph.sépa, pPrigedtsCs/0dornpa, PnNtuy Cssroanpa, R bané D:mtyideipa, .crpchrrchrpa, cpayt/"npa, R sseaueJnsy-Jacquispa, rythsppa, répn tioomnpa, Sa ré Jame0pa, mujitpa, VapgaftigsBdeiasdpa, vosxpa, vosx-cpayt/"npa, pa,siie>p,siieeid="ra5hors- 1ictyle="widget widget_rost_ra5horsspeh1e=tyle="widget-tiole">AunledGeé>s"neyanh1tnul> nlipe deinnocpa, (1)palipelipeothaitiole="Apdo>les styeMapoalC.b.sspMapoalC.b.spa, (1)palipelipeles styeSepge Mapdon"ISepge Mapdonpa, (173)palipelipeles styeYann Mi.s" 0a>Yann Mi.s" 0pa, (4)palip n=ul>pa,siie> n,siieeid="rpcedt-to td-Xictyle="widget widget_rpcedt_edtpoe0a> nh1e=tyle="widget-tiole">Apdo>les eylcedt-pah1t nul> elip e>"ut)pa, CSepge Mapdonpa, seediseseediseQutdris>hapidrins3l « Vosx iseediseRsceds/"fn 3l « Vosx ipa,siie>p,siieeid="as spvi0-1" ctyle="widget widget_as spvispeh1e=tyle="widget-tiole">As sive-pah1t nul> elipeoctosdesv17pa,  (2)palip nlipeaoûtsv17pa,  (1)palip nlipeavril v17pa,  (2)palip nlipeoctosdesv16pa,  (1)palip nlipesepnlmsdesv16pa,  (2)palip nlipeaoûtsv16pa,  (3)palip nlipejuen v16pa,  (1)palip nlipemyi v16pa,  (5)palip nlipeoctosdesv15pa,  (2)palip nlipeaoûtsv15pa,  (2)palip nlipemyi v15pa,  (1)palip nlipeavril v15pa,  (2)palip nlipemaps v15pa,  (3)palip nlipeoctosdesv14 ,  (8)palip elipesepnlmsdesv14 ,  (3)palip nlipeaoûtsv14 ,  (2)palip nlipejuen v14 ,  (2)palip nlipemyi v14 ,  (1)palip nlipeavril v14 ,  (2)palip nlipemaps v14 ,  (6)palip elipeoctosdesv13 ,  (4)palip nlipesepnlmsdesv13 ,  (3)palip nlipemyi v13 ,  (2)palip nlipeavril v13 ,  (3)palip nlipemaps v13 ,  (1)palip nlipe ea,siie>p,siieeid="oexp- 1ictyle="widget widget_oexpspeh1e=tyle="widget-tiole">S&ryleo;rb-snerio-fceG>s"neyanh1t edivectyle="oexpwidget >http://seas s.n="ne ioomn.org/spsex.lsrt.php?a=addmubss,eptomn passv> na,siie> n=ssv> n=ssv> n=ssv> nfoooareid="cyloph"iXictyle="sitr-foooar" yos"=">Hypotums 0 , - nFlaxm3l syidicrtomnpa, - nCryl io0 , - ISSN: 2265-1969
      n=foooar> n=ssv> n!-- Piwike--> nss,eptLtyp"="oexp/j , ss,ept"t vap _paq = _paq || []; //stpickareme5hodisoik= "setCu pomDimeds/"fXishould bdsesle=d bdor= "tpickPageView" _paq.push(['setCu pomVapiabla', 1, 'D:myin', 3ocume1o.d:myin, 'page']); _paq.push(['enablaCrossD:myinLtnkind']); _paq.push(["setDocume1oTitoaa, 3ocume1o.d:myin + "/" + 3ocume1o.tiole]); _paq.push(['tpickPageView']); _paq.push(['enablaLtnkT.ckind']); (fun>leo.org/"; _paq.push(['setT.ckerUrl', p+'pk.php']); _paq.push(['setSitrId', '4']); vap d=3ocume1o, g=d. reanlEllmedt('ss,ept'),Gs=d.gd,EllmedtsByTagName('ss,ept')[0]; g.typ"='oexp/j , ss,ept'; g.asyic=trei; g.defer=trei; g.src=p+'pk.js'; s.p.rentN/p>.iassrtBdor=(g,s); })(); pads,eptt n!-- End PiwikeC/p> --> nss,eptLtyp"="oexp/j , ss,ept" src="https://stedo>-o/tpn.n="ne ioomn.org/n="nbtyre/js/>leo.js?danl=v14-12-01speads,eptt nss,eptLtyp"="oexp/j , ss,ept" src="https://stedo>-o/tpn.n="ne ioomn.org/js/jdeiry.jsoip-laoast.afn.jsspeads,eptt nss,eptLtyp"="oexp/j , ss,ept">eads,eptt ndiveid="n="nbtyre"t edivectyle="n="ne ioomn"t edivt ndivectyle="firspsp <OpsdE ioomn , eulectyle="mubmen>Gnav-toggli- howsp elip OpsdE ioomn Books dpaa>

        elip<OpsdE ioomn Books dpaa>Ltltddliaiscp uc>s h,miiald =,ssoci.lss , palip elip<OpsdE ioomn JRsvel0sin scp uc>s h,miiald =,ssoci.lss , palip elip<C.lsdee dpaa>Anno1ces ecp utifsdein , palipeli> Hypotu&egcmve;s s dpaa>
          elipeHypotu&egcmve;s s dpaa>C.rne,sGeeerpcsarchr , atalotei-nooabooks"fC.taloteisdes es"neyn , passv> ndivectyle="lystGnav-toggli- howsp eulectyle="mubmen>sp elip L=,5"e &rmp;ialsrt s dpaa> nul> elipeL=,5"e dpaa>S'abouner &rgcmve;slasL=,5"e d'OpsdE ioomn , pdpaaielyss="tiole">Alsrt s &rmp;iabounemedts dpaa>Acc&eacunl; arerafs rvici , palipeli> <eedisle es"neypalaber> pbr /
          eedisOpsdE ioomn laber> passv> n=fieldset passv> passv> passv> passv> pbute"nLctyle="pcyns pcyn-navsppabute"n n!--[if lta IE 9] elink yer="stylessait"ihdef="https://stedo>-o/tpn.n="ne ioomn.org/n="nbtyre/css/ie_n="nbtyre.csssp nassv> nss,eptLtyp"='oexp/j , ss,ept' src='https://f-o/tpn.hypotues s.org/wp-cv-hal.js?rey=4.9.1'f ds,eptt nss,eptLtyp"='oexp/j , ss,ept' src='https://f-o/tpn.hypotues s.org/wp-c ds,eptt nss,eptLtyp"='oexp/j , ss,ept' src='https://f-o/tpn.hypotues s.org/wp-slelrdes/js/wp-emsed.afn.js?rey=4.9.1'f ds,eptt n/body> n/htmr>