Archives de catégorie : Journées d’études

Les « Nouveaux Réactionnaires » : genèse, configurations, discours

Colloque international sous la direction de Pascal Durand et Sarah Sindaco à l’Université de Liège.

FRNS • Patrimoine de l’Université de Liège • Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège LEMME • Département des Arts et Sciences de la communication

Contacts : pascal.durand@ulg.ac.be et sarah.sindaco@ulg.ac.be

Argumentaire

Le début de ce siècle a été marqué en France par l’émergence d’un courant de pensée porté par une nébuleuse d’acteurs médiatiques et d’intellectuels que l’on rassemble d’ordinaire sous l’étiquette, à interroger elle-même, des « Nouveaux Réactionnaires » (Pascal Bruckner, Alain Finkielkraut, Alexandre Adler, Élisabeth Lévy, Philippe Muray, Jean Clair, Éric Zemmour, Michel Houellebecq, Jean-Claude Michéa, Régis Debray, Ivan Rioufol, Renaud Camus, Robert Ménard, Anne-Marie Le Pourhiet, Pierre-André Taguieff, etc.). Journalistes, romanciers, juristes, chroniqueurs, philosophes, essayistes, hérauts d’une « liberté d’expression » reconquise sur le « politiquement correct », la « gauche morale », la « bienpensance » ou encore la « pensée unique », ils forment une sorte de personnage générique fait de singularités apparemment en rupture avec toute assignation sociologique comme avec toute inscription historique au-delà de la « tradition » ou des « grandes valeurs » dont ils se donnent pour les garants nostalgiques (l’Ecole, la République, la Nation, l’Identité, etc.). Si la plupart se situent du côté d’une droite « décomplexée » mixant légitimisme et césarisme, certains d’entre eux se veulent proches d’une gauche assez hybride elle aussi, dans laquelle se rejoindraient fermeté et ferveur républicaines, nostalgie communiste et souci d’égalité réelle, valeurs socialistes et mots d’ordre néo-orwelliens. Sur fond général de transgression conservatrice, ces personnalités revendiquent volontiers leur marginalité et leur minorité au sein d’un espace public où elles sont en réalité très présentes et dans lequel, fortes de leur ubiquité et d’une parole ajustée aux nouvelles conditions médiatiques et éditoriales, elles parviennent à introduire, au nom d’une majorité silencieuse supposée, des thèmes et des débats pouvant en certains cas alimenter tantôt des « affaires », telles que l’affaire Dieudonné et l’affaire Taddéi, tantôt un mouvement idéologique tel que le « Printemps français ».

Dès 1986, Guy Hocquenghem, dans sa Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary, avait signalé la conversion de quelques-unes des figures contestataires de Mai 68 à l’ordre économique et politique dominant (avec les positions de pouvoir que cette conversion leur permettait d’occuper). Moins de vingt ans plus tard, Daniel Lindenberg signait sous le titre incisif Le rappel à l’ordre une « enquête sur les nouveaux réactionnaires », qu’il baptisait de la sorte pour l’occasion. Publié en 2002 au Seuil dans « La République des idées » — une des collections de petit format qui se sont multipliées dans la même période et qui auront peut-être été l’un des vecteurs de formation de cette nouvelle parole pamphlétaire —, l’ouvrage participait cependant, du fait de sa fibre polémique, à l’espace discursif et thématique qu’il entendait cartographier. Ces « Nouveaux Réactionnaires » ont donné lieu, dans la foulée, à une abondante production à caractère essayistique, de qualité très inégale, et tout aussi bien à des plaidoyerspro domo publiés par les personnalités incriminées elles-mêmes. La limite de pareils ouvrages ne tient pas seulement à leur dimension de réquisitoires ou d’apologies ; elle tient surtout au fait que leurs auteurs y condensent leur propre engagement dans les luttes symboliques inhérentes au champ auquel ils sont censés appartenir de façon plus ou moins vérifiée et, plus généralement, aux champs en intersection croissante entre lesquels la plupart d’entre eux circulent.

Le projet du colloque est de reprendre cette enquête à nouveaux frais sous les trois axes 1° d’une histoire à plus ou moins longue portée ; 2° d’une sociographie des acteurs concernés, doublée d’une description morphologique de leur(s) espace(s) d’intervention ; 3° d’une sociocritique des discours allant des arguments et lieux communs mobilisés aux postures et gestuelles manifestées.

Axe 1 : Genèse
Histoire longue et histoire immédiate

La « nouveauté » de la position « réactionnaire » présente deux dimensions historiques. D’un côté, elle correspond à un phénomène dont l’irruption peut être reliée à des transformations récentes des conditions de production et de transmission de la parole publique (intrusion croissante du journalisme dans les débats intellectuels, pression communicationnelle et managériale exercée jusqu’au sein des universités et grandes écoles, mutations socio-économiques de l’édition et essor des collections polémiques, développement de la néo-télévision et de talk-shows propices à différentes formes de « clash », essor des nouveaux médias, des sites d’hébergement de vidéos et des réseaux sociaux, etc.). Elle correspond aussi, sous ce rapport, à un certain nombre de grands « événements » (les attentats du 11 septembre) ou de grands « débats » contemporains dont elle se soutient autant qu’elle les alimente (l’identité nationale, la laïcité, l’école, etc.). D’un autre côté, cette même « nouveauté » réactive dans des conditions nouvelles une disposition intellectuelle et politique dont les représentants ont jalonné l’histoire de France depuis les contre-révolutionnaires et les « antimodernes » du XIXe siècle jusqu’à la génération des Hussards, en passant par les pamphlétaires de l’entre-deux guerres. Des filiations plus ou moins assumées et déclarées se dessinent ainsi, renvoyant tantôt à des courants de pensée ou à des écoles littéraires, tantôt à des figures emblématiques telles qu’un Maurice Barrès ou un Charles Péguy.

Axe 2 : Configurations
Typologie des acteurs et morphologie du champ

La diversité des personnalités concernées, leur multipositionnalité, leur ubiquité médiatique et éditiorale, la résistance même qu’elles opposent à leur caractérisation collective appellent à dresser la typologie de leurs figures et de leurs trajectoires, à répertorier et à classer les propriétés communes qu’elles présentent ou dont elles jouent. Cette typologie, il conviendra de l’articuler aux configurations sociales dans lesquelles ces personnalités interviennent ou dont elles sont le produit. On s’attachera en particulier à décrire le sous-champ qu’elles composent au sein de l’espace intellectuel français. Les représentants de ce collectif éclaté relèvent en effet de différents univers sociaux (journalisme, littérature, philosophie, université, politique, etc.). Si mobiles et si individuels qu’ils paraissent, ils entretiennent, d’autre part, de nombreux rapports d’interaction, cooptation, soutien et admiration réciproques, analysables en termes de réseau construit sur fond d’intérêts partagés et de cibles communes. Nombre d’entre eux bénéficient en outre d’accès privilégiés à l’espace de l’édition et des médias, où ils trouvent d’autant plus aisément tribune qu’ils procèdent sous certains égards des transformations qu’a connues depuis une vingtaine d’années la mise en spectacle de la parole publique. Plusieurs même se montrent d’une grande créativité en fait d’instances de diffusion de leurs idées et valeurs (magazines, sites, blogs, pétitions, etc.).

Axe 3 : Discours
Rhétorique, genres et postures

Le caractère polémique, circonstanciel et éphémère des interventions et publications associées au phénomène des « Nouveaux Réactionnaires » tend à laisser dans l’ombre la trame verbale et argumentative de leur discours et de leurs textes, ainsi que les genres qu’ils mobilisent derrière tout un pathos de l’insolence et de la mélancolie offensive. Le troisième axe du colloque entendra donc 1° soumettre à analyse rhétorique ce corpus (tropes et figures, topiques et idéologèmes, structures argumentatives, éthos et pathos, etc.) ; 2° étudier ce corpus sous l’angle des genres littéraires revendiqués ou recyclés (pamphlet, roman, essai lettré, art de la conversation, entretien, etc.) ; 3° décrire les postures, mimiques et gestuelles de personnalités dont beaucoup émanent du monde des médias ou y ont tribune ouverte. Un intérêt particulier sera réservé, sous cet axe, à l’école littéraire sauvage et très dispersée que semblent composer des écrivains tels que Maurice G. Dantec, Michel Houellebecq, Richard Millet ou Renaud Camus, jouant les uns et les autres des deux rôles de l’écrivain et du polémiste dans une tradition qui a elle aussi ses grands ancêtres, plus ou moins revendiqués par eux, du côté d’un Léon Bloy, d’un Léon Daudet ou d’un Louis-Ferdinand Céline.

Paroles possibles, pratiques des littératures en didactique des langues et des cultures : bilan d’une journée d’études

http://www.centaures.com/galerie/medium_07%20-%20Les%20mains%20(Jean-Luc%20Parant).jpg

Journée d’étude « Paroles possibles – Pratiques des littératures en didactique des langues et des cultures » organisée le mercredi 15 octobre 2014 par Olivier Lumbroso et Serge Martin pour le groupe Littératures sans frontières : approches poétiques, anthropologiques et didactiques (LAPAD) du DILTEC (EA 2288), Université Paris 3 Sorbonne nouvelle.

La Journée d’étude a eu lieu à la Maison de la recherche, salle Claude Simon, devant un public intéressé et questionneur, venu d’horizons divers. Il s’est agi de confronter expériences d’enseignants et de chercheurs littéraires impliqués dans le département de didactique du FLE et des langues du monde, afin de déterminer les axes communs de recherche future qu’il faudra articuler aux objectifs du DILTEC, susceptibles de nourrir un projet ANR ou européen. Choix avait donc été fait d’inscrire fortement cette orientation expérientielle : ce qui n’a nullement empêché que les questions épistémologiques en didactique de la littérature dans le contexte FLE-didactique des langues ne soient abordées. Aussi, des contextes politiques les plus massifs, mondialisations et crise des études littéraires mais également histoire des didactiques et des manuels, aux mises en œuvre les plus concrètes, « classe-monde-carrefour » et corpus-méthodes qui « font communauté », ce sont bien des aspects de la didactique des langues qui, par les œuvres littéraires, sont apparus des leviers de recherches et de pratiques renouvelées pour que les enjeux de la didactique des langues et des cultures s’ancrent dans les paroles possibles des apprenants comme des formateurs, des politiques comme des chercheurs. Si certaines dichotomies semblent peu opérantes, par exemple entre défense des Lettres et effacement dans des cultural studies ou entre prévalence d’une linguistique appliquée et importance d’une culturologie lettrée, restent que des tensions mieux pensées peuvent dynamiser des propositions didactiques et de recherche trop souvent aseptisées. Repenser les pratiques avec les classiques peut facilement demander d’ouvrir les répertoires contemporains, jusqu’aux proverbes et contes de formation dans les traditions orales africaines, et surtout les méthodologies réénonciatives (jeu théâtral, écritures créatives, trajet interprétatif…) ; plus largement, ce sont les historicités des pratiques comme des recherches qui sont à raviver sans cesse dans des mises en perspective vives et riches (ouvrir un manuel djiboutien, c’est immédiatement observer passages et dérives dans nos propres manières de « faire manuel ») pour que la « force discursive » trouve toujours échos et résonances au cœur des processus d’apprentissage.

La journée a donc mêlé des communications et des échanges en table ronde ou en solo pour que s’aperçoivent dans des paroles impliquées les possibles de nos recherches et de nos enseignements. Tous les participants ont su trouver dans leur expérience quelques saillances pour qu’apparaissent les spécificités d’une culture commune d’enseignants-chercheurs du DILTEC. Dominique Rabaté, le grand témoin, a montré tout l’intérêt qu’il portait à notre réflexion et a suggéré l’heuristique d’une didactique de la littérature qui ne fait pas reposer sur « le texte » savoirs et savoir-faire pour préférer une pragmatique des vitesses faisant jouer modes de lecture intensive ou extensive et corpus restreint ou élargi, une modulation des formats, types et trajectoires de lecture que l’ère numérique a largement enrichie.

Resterait que si l’écoute et la créativité des paroles possibles semblent bel et bien la finalité décisive des expériences et recherches avec les œuvres littéraires en didactique des langues, l’attention à l’impossible doit rester l’aiguillon de nos préoccupations car il nous faut toujours travailler à transformer ces expériences en connaissances, voire à métamorphoser une parcelle d’utopie en réalité possible, grâce aux virtualités des fictions qui libèrent les audaces de l’imaginaire, de l’écriture, des voix et des corps. Au-delà du principe de plaisir, pratiquer les littératures, en tous lieux et en tous sens, apparaît comme un besoin vital de la condition humaine qui n’appelle aucune autre justification d’utilité que celui-ci.

Tous les participants, communicants, grand témoin et auditeurs, ont donc apporté à cette journée tout ce que ses organisateurs attendaient : qu’ils en soient vivement remerciés. Les interventions, filmées par l’ENEAD de la Sorbonne Nouvelle, seront prochainement disponibles sur le site de l’université.

 

Olivier Lumbroso et Serge Martin

On peut lire ma communication à cette journée ici: http://martin-ritman-biblio.blogspot.fr/2014/11/poetique-de-la-relation-et-didactique.html

La journée est maintenant visible en ligne à cette adresse: http://epresence.univ-paris3.fr/7/Watch/56344.aspx

INHA le 6 novembre : l’inspiration au prisme de la vie des poètes

Journée d’études « l’inspiration au prisme de la vie des poètes » à l’INHA (2, rue Vivienne, Paris 2e), salle Vasari, le 6 novembre 2014.

Programme ici : inspiration colloque

Voici la présentation de la journée par les organisatrices :

À des époques et dans des civilisations différentes, les poètes se disent « inspirés » au moment de la création. Mais que signifie être « inspiré », par exemple, pour un aède de la Grèce Antique, un poète d’Afrique de l’ouest, un troubadour du Moyen-Age ou un barde himalayen ?

Cette journée d’étude a pour principal objectif de réfléchir à la notion d’inspiration et aux processus créateurs, à partir d’une approche ethno-biographique (Clifford 1978 ; Ferrarotti 1980 ; Momigliano 1998 ; Fabre 2010), qui apparait, à de nombreux égards, plus efficace pour cerner les questions cruciales et peu explorées liées à la création poétique, ainsi que les conceptions locales de l’inspiration poétique.

Si les études en littérature et poésie orale privilégient aujourd’hui l’analyse de la performance et de la création d’œuvres (entre autres, Tedlock 1983, Zumthor 1983, Baumgardt et Derive 2008, Baumgardt et Bornand 2009, Calame et al. 2010), rares sont les études qui interrogent les processus créateurs individuels (Casajus 2012, Dragani 2012, Leavitt 1997), les dimensions corporelles et sensorielles de l’inspiration ainsi que ses variations au cours de la vie ou encore l’impact qu’a l’acte créateur sur la construction de l’identité personnelle du poète (Fabre 1999, Dragani 2014).

En partant des données fournies par les récits de vie des créateurs, nous interrogerons les perceptions et les manifestations physiques de l’inspiration, les contextes privilégiés (lieux sacrés, solitude, obscurité, rêves, etc.), les agents non humains  (esprits, ancêtres, animaux totémiques, etc.) ou les vecteurs de propriétés particulières (substances hallucinogènes, alcools, fluides sanguins, salives, etc.).

La comparaison entre d’anciennes biographies (les bioi grecques, vitae latines, vidas médiévales, etc.) et des biographies produites de nos jours par l’interaction entre le chercheur et le poète vivant (Dosse 2011) permet-elle de mettre la notion de « destin de poète » en perspective ? L’analyse des biographies de créateurs peut-elle mettre en lumière d’éventuels invariants dans les dynamiques sociales et psychologiques à l’origine de la création ? Quels sont les apports d’une approche biographique à la connaissance du lien entre procédés poétiques et guérison chamanique, rêves, techniques thérapeutiques, transe ou possession (Belmont 2002, Leavitt 1997, Seppilli 1962) ?

 Bibliographie (on complétera avec la bibliographie de ce carnet)

  • Baumgardt Ursula et Jean Derive, 2008, Littératures orales africaines : perspectives théoriques et méthodologiques, Paris, Karthala.
  • Belmont 2002 (ed.), « Récits de rêves », Cahiers de littérature orale, 51.
  • Bornand Sandra et Ursula Baumgardt (éds), 2009, « Autour de la performance », Cahiers de Littérature Orale, 65.
  • Calame, Claude, Dupont Florence, Lortat-Jacob Bernard et Manca, Maria, 2010, La voix actée. Pour une nouvelle ethnopoétique, Paris, Kimé.
  • Casajus, Dominique, 2012, L’Aède et le Troubadour. Essai sur la tradition orale, Paris, CNRS Editions.
  • Clifford, James, « Hanging Up Looking Glasses at Odd Corners ‘Ethnobiographical Perspectives’, Harvard English Studies, n° 8, 1978, p. 41-56.
  • Dosse, François, 2011, Le pari biographique. Ecrire une vie, Paris, La Decouverte.
  • Dragani, Amalia, 2012, Interno tuareg. Etnografia dei poeti nomadi del Niger, Aracne, Roma.
  • Dragani, Amalia, 2014, “Poète en morceaux, morceaux de poète. Organes du corps et processus créateurs chez les Touareg » in M. Xanthakou, (dir.), Expériences du corps, à paraître.
  • Fabre, Daniel, 1999a « Le corps pathétique de l’écrivain », Gradhiva, n° 25 : 1-13.
  • Fabre, Daniel, Jamin, Jean, Massenzio, Marcello (dir.) 2010 « Auto-biographie, ethno-biographie », L’Homme, n° 195-196.
  • Ferrarotti, Franco, 1983, Histoire et histoires de vie. La méthode biographique dans les sciences sociales, Paris, Librairie des Méridiens.
  • Leavitt, John, 1997, Poetry and Profecy. The Anthropology of Inspiration, University of Michigan Press.
  • Manca Maria, 2009, La poésie pour répondre au hasard. Une approche anthropologique des joutes poétiques en Sardaigne, Paris, Maison des Sciences de l’Homme & CNRS Editions.
  • Momigliano, Arnaldo, 1998, La naissance de la biographie en Grèce ancienne, Paris, Circé.
  • Poirier J., Clapier-Valladon S., Raybout P., 1983, Les Récits de vie. Théorie et pratique, Paris, PUF.
  • Seppilli, Anita, 2011 (1962), Poesia e magia, Palermo, Sellerio.
  • Tedlock, Dennis, 1983, The Spoken Word and the Work of Interpretation, Philadelphia, University of Philadelphia Press.
  • Zumthor Paul, 1983, Introduction à la poésie orale, Paris, Le Seuil.

Institut Cervantes le 7/11/2014 : passage de voix, passage de frontières

Le 7 novembre 2014

BIBLIOTHEQUE DE L’INSTITUT CERVANTES
11, avenue Marceau – 75 016 Paris

Journée d’etude Poesie poèmes Passage de voix 7 nov

Stéphane Mallarmé à propos de L’après-midi d’un faune de Debussy : « Je croyais l’avoir mis en musique moi-même; c’est une transposition du même au même. » (OEuvres complètes, Pléiade, p. 870)

 

L’essai comme expérience : des doctorants autour de « l’essai comme forme » (Adorno)

S’il arrive que tu tombes

apprends vite

à chevaucher ta chute

que ta chute

devienne cheval

pour continuer

le voyage

[…]

Frankétienne (texte repris dans Intranqu’îllités n° 3, éditions Zulma)

Pour se procurer la revue : cliquer sur l’image.

 

Réunion des doctorants qui travaillent sous ma direction le 18 juin au 46, rue Saint-Jacques : sont présents Lina Ribeiro (LR), Carla Campos Cascales (CC), El Kahina Ourak (KO), Sun Nyeo Kim (SN), Olivier Mouginot (OM); n’ont pu nous rejoindre Carey Dardompré (CD), malade, Laura Vazquez (grève des trains) et Hanane Oueslati (bloquée à la police des frontières pour contrôle tatillon!!!). S’est ajouté à notre groupe sur mon invitation Laurent Molson en thèse avec Cécile Leguy.

La journée commence par un accueil du directeur de l’école doctorale, Dan Savatovsky, et de la directrice du DILTEC, Valérie Spaëth. Puis nous lisons le texte d’Adorno qui ouvre Notes sur la littérature (Flammarion, « Champs », 1984, trad. de Sybille Muller) : « L’essai comme forme » (texte qui date de 1954-1958. ). Texte, certes difficile, mais tout à fait passionnant dans lequel Henri Meschonnic a d’ailleurs reconnu un mouvement contre la pensée traditionnelle même si, en fin de compte mais bien plus dans d’autres textes, Adorno maintient cette dernière (voir « le langage chez Adorno ou presque comme dans la musique » paru d’abord dans revue des sciences humaines n° 229, janvier-mars 1993 et repris dans langage, histoire, une même théorie, Verdier, 2012, p. 435-479). Nous nous sommes intéressés à ce « mouvement » jusque dans ses paradoxes: « A vrai dire, celui qui ne pense pas, il fait de lui-même le théâtre de l’expérience intellectuelle » et l’essai est « méthodiquement non méthodique ». Ceci dit, la critique de Meschonnic concernant ce texte si elle pointe quelques impasses dans la réflexion d’Adorno en souligne plutôt la dynamique qui semble tout à fait décisive: « Une éthique de la pensée de l’art, elle-même continue à l’art » (Meschonnic, p. 443). C’est ce continu que nous avons exploré dans cette séance, sans nous attarder sur les aspects que pointe Meschonnic qui effectivement conduisent cette dynamique dans une réduction a minima de la théorie du langage – le titre même, « l’essai comme forme », pose problème et j’ai préféré titrer notre journée : « l’essai comme expérience » de vie et d’écriture, de pensée et de recherche -, alors même que Adorno « met très haut le langage » (Meschonnic, p. 444).

Repartons donc de quelques propositions d’Adorno pour mieux problématiser l’écriture de recherche.Adorno part d’abord d’une nécessaire indiscipline plus que d’une trans ou d’une interdisciplinarité : « Mais si l’art et la science se sont séparés dans l’histoire, leur opposition ne saurait pour autant être hypostasiée. La peur de l’amalgame anachronique ne justifie pas l’organisation de la culture en rubriques. Bien qu’elles soient nécessaires, ces rubriques accréditent du même coup, institutionnellement, le renoncement à la vérité totale » (10-11). Il y a tout surtout une dialectique qui est d’abord une pensée du continu dans la recherche, laquelle tente d’associer conceptualisation et enquête de terrain, par exemple : « Autant il est difficile de penser quelque chose de simplement factuel sans le concept, parce que le penser c’est aussi le concevoir, autant il est difficile de penser le concept le plus pur sans la moindre référence à la factualité » (13-14). Virtuosité de l’écriture ou réitération de dualistes, resterait qu’Adorno défait dans son mouvement de pensée et d’écriture les cadres traditionnels, sujet-objet, vérité-méthode :

Mais l’essai ne veut pas rechercher l’éternel dans l’éphémère ni en distiller l’essence, mais plutôt éterniser l’éphémère. Sa faiblesse témoigne précisément de la non-identité, qu’il a tâche d’exprimer ; il témoigne aussi du fait que l’intention excède la chose, et donc de cette utopie que repousse l’articulation du monde en éternel et en éphémère. Dans l’essai emphatique, la pensée se débarrasse de l’idée traditionnelle de la vérité.

Du même coup, il abolit aussi le concept traditionnel de méthode. (p. 14-15)

Aussi, on ne peut que reprendre telle formule: « De même que le donné originel, il (l’essai) refuse aussi la définition des concepts » (15) : c’est précisément ce qui constitue le moteur d’une recherche attentive au langage et à la vie que ce double refus qui travaille l’un par l’autre et engage autant l’enquête que la conceptualisation : « en vérité, tous les concepts sont déjà implicitement concrétisés par le langage dans lequel ils se trouvent » (16). Précisons que par « langage » il faut entendre une poétique et une éthique dans et par une voix qui en dit plus qu’un concept ou qui au concept associe une attitude. S’ensuit une critique de la phénoménologie qui « fétichise la relation des concepts au langage » (16) pour ne plus laisser entendre le vivant des passages de voix, des points de vue. C’est à ce point qu’on peut tirer beaucoup de la réflexion d’Adorno qui rappelle combien Walter Benjamin « fut un maître inégalé en cela » (16): « L’essai ne rend pas moins mais plutôt intense, au contraire, l’influence réciproque de ses concepts dans le processus de l’expérience intellectuelle.Ils ne constituent pas en elle un continuum des opérations, la pensée n’avance pas de manière univoque, mais au contraire le sommants sont tissés ensemble comme dans un tapis. C’est du serré de ce tissage que dépend la fécondité de pensées ». Belle métaphore du travail de recherche qui est une tenue du continu des conceptualisations, leur « serré » fait la force de la pensée-écriture.

Suit alors un très beau passage que j’aimerais mettre en exergue de tout travail de recherche surtout dans un département de didactique des langues:

Ce qui pourrait le mieux se comparer avec la manière dont l’essai s’approprie les concepts, c’est le comportement de quelqu’un qui se trouverait en pays étranger, obligé de parler la langue de ce pays, au lieu de se débrouiller pour la reconstituer de manière scolaire à partir d’éléments. Il va lire sans dictionnaire. Quand il aura vu trente fois le même mot, dans un contexte à chaque fois différent, il se sera mieux assuré de son sens que s’il l’avait vérifié dans la liste de ses différentes significations, qui en général sont trop étroites en regard des variations dues au contexte, et trop vagues en regard des nuances singulières que le contexte fonde dans chaque cas particulier. Certes, tout comme cet apprentissage, l’essai comme forme s’expose à l’erreur ; le prix de son affinité avec l’expérience intellectuelle ouverte, c’est l’absence de certitude que la norme de la pensée établie craint comme la mort. L’essai néglige moins la certitude qu’il ne renonce à son idéal. C’est dans son avancée, qui le fait se dépasser lui-même, qu’il devient vrai, et non pas dans la recherche obsessionnelle de fondements, semblable à celle d’un trésor enfoui. Ce qui illumine ses concepts, c’est un terminus ad quem qui reste caché à lui-même, et non un terminus a quo : c’est en cela que sa méthode exprime elle-même l’intention utopique. Tous ses concepts doivent être présentés de telle manière qu’ils se portent les uns les autres, que chacun d’entre eux s’articule selon sa configuration par rapport à d’autres. Des éléments distincts s’y rassemblent discrètement pour former quelque chose de lisible ; il ne dresse ni une charpente ni une construction. Mais, par leur mouvement, les éléments se cristallisent en tant que configuration. Celle-ci est un champ de forces, de même que sous le regard de l’essai toute œuvre de l’esprit doit se transformer en un champ de forces. (17-18)

Avec Adorno, on voit que l’essai comme expérience de la recherche est aussi la recherche de sa voix autant que de sa voie ou, autrement dit, ce qu’Adorno appelle les « transitions » plus que les « fondements » et autres effets schématiques de la pensée, constituent une recherche toujours en chemin : « Ses transitions à lui désavouent la déduction stricte au profit de chemins de traverse reliant les éléments, qui n’ont guère de place dans la logique discursive » (27). L’expérience de la recherche en écriture est alors un travail de la relation puisque l’essai « coordonne les éléments au lieu de les subordonner ; et seule l’essence profonde de son contenu est commensurable à des critères logiques, non son mode de présentation » (27). Cette dernière remarque montre le limites de la réflexion d’Adorno pointées par Meschonnic puisqu’Adorno réitère un dualisme fond/forme alors même qu’il sous-entend aune autre théorie du langage quand, par exemple, il écrit que « l’essai a affaire à ce qu’il y a d’aveugle dans ses objets » (28) puisque ce point aveugle de l’objet est aussi celui la recherche: son utopie au travail, sa chance de trouver son poème. « La théorie et son écriture sont inséparables », comme dit simplement Meschonnic, en précisant: « Il s’agit du statut théorique du langage tel qu’il organise la théorie critique, par son écriture » (p. 446).

***

Je suis bien conscient que nous n’avons fait que traverser quelques aspects de la réflexion d’Adorno, laquelle a été reprise récemment par Georges Didi-Huberman dans Remontages du temps subi. L’œil de l’Histoire, 2, Paris, Minuit, « Paradoxe », 2010, p. 93-95 :

Cette particularité du cinéma de Farocki[1] – fonctionner comme une suite d’essais – ne tient pas seulement à ce que ses films « prolongent ses critiques cinématographiques et sont souvent accompagnés de textes écrits qui naissent avant, pendant et après le travail audiovisuel [en sorte que] l’écriture et la création d’images (ou l’assemblage d’images préexistantes) sont si intimement liés, chez lui, qu’elles naissent l’une de l’autre[2] ». Elle tient surtout à leur forme même, leur forme de montage. Il est fort intéressant de relire, en un tel contexte, l’essai fameux de Theodor Adorno intitulé, justement, « L’essai comme forme ». Ce qui me frappe aujourd’hui, devant ce texte des années cinquante, est son étroite parenté avec certains des textes des années trente, notamment les passages d’Ernst Bloch sur le montage dans Héritage de ce temps[3] et, surtout, les analyses de la méthode brechtienne par Walter Benjamin sous l’angle du document, du recadrage, du décalage et, donc, du démontage-remontage expérimental de toutes choses[4]. Tentons de préciser un peu, fût-ce rapidement que le sujet, sans doute, ne l’exigerait.

Un essai, selon Adorno, est une construction de pensée capable de n’être enfermée dans les strictes catégories logico-discursives. Cela n’est d’abord possible que par une certaine « affinité avec l’image », dit-il[5]. L’essai visant « une plus grande intensité que dans la conduite de la pensée discursive », il fonctionne par conséquent – ce sera, du moins, ma propre hypothèse de lecture – à la manière d’un montage d’images. Adorno nous dit qu’il rompt décisivement avec les fameuses « règles de la méthode » cartésienne. L’essai déploie, contre ces règles, une forme ouverte de la pensée imaginative où jamais n’advient la « totalité » en tant que telle. Comme dans l’image dialectique chez Benjamin, « la discontinuité est essentielle à l’essai [qui] fait toujours son affaire d’un conflit immobilisé ».

Comme dans tout montage également – au sens qui fut celui de Vertov et d’Eisenstein, au sens qui demeure celui de Godard et de Farocki –, « l’essai doit faire jaillir la lumière de la totalité dans le fait partiel, choisi délibérément ou touché au hasard, sans que la totalité soit affirmée comme présente. Il corrige le caractère contingent ou singulier de ses intuitions en les faisant se multiplier, se renforcer, se limiter, que ce soit dans leur propre avancée ou dans la mosaïque qu’elles forment avec d’autres essais ». Comme dans tout montage, les césures et les transitions diront l’essentiel, étant « amalgamées dans l’essai au contenu [même] de vérité ».


[1] Voir le site de ce cinéaste auquel est consacré la très longue seconde partie du livre de Didi-Huberman : http://www.farocki-film.de [note de S. M.]

[2] C. Blümlinger, « De la lente élaboration des pensées dans le travail des images », trad. P. Rusch, Trafic, n° 14, 1995, p. 28. Cf. également J. Becker, « In Bildern denken. Lektüren des Sichtbaren. Überlegungen um Essayistischen in Filmen Harun Farockis », Der Ärger mit den Bildern, op. cit., p. 73-93.

[3] E. Bloch, Héritage de ce temps (1935), trad. J. Lacoste, Paris, Payot, 1978, p. 204-211.

[4] W. Benjamin, « Etudes sur la théorie du théâtre épique » (1931) et « Qu’est-ce que le théâtre épique ? [2e version] » (1939), trad. P. Ivernel, Essais sur Brecht, Paris, La Fabrique éditions, 2003, p. 35-37 et 38-47. Cf. G. Didi-Huberman, Quand les images prennent position, op. cit., p. 75-100.

[5] T. W. Adorno, « L’essai comme forme » (1954-1958), trad. S. Muller, Notes sur la littérature, Paris, Flammarion, 1984 (éd. 2009), p. 27. [S. M. : Par la suite, les notes de bas de page renvoient aux pages de l’essai, successivement : p. 28 ; 18-21 ;  22 ; 21 ; 21 ; 26-27.]

***

Nous nous sommes transformés en petit atelier d’écriture et avons repris la formule de départ de Didi-Huberman à propos d’Adorno : « Un essai, selon Adorno , est une construction de pensée capable de n’être enfermée dans les strictes catégories logico-discursives. » Voici nos reprises dans un montage qui nous permet de poursuivre sa réflexion :

« Un essai, selon Adorno, n’est pas l’aboutissement d’une pensée déjà œuvrée, mais plutôt une machine toujours à l’œuvre, un moteur de conceptualisation qui traverse des concepts, une démarche sans fin mais qui pour fonctionner doit poursuivre une fin; comme son nom l’indique, c’est une tentative qui ne promet rien mais dont l’existence conditionne un certain sens. » (CC)

Un essai, selon Adorno, est une certaine manière de s’approprier des concepts, c’est-à-dire de les présenter selon une articulation lisible qui rend compte des coordonnées singulières de la recherche. (OM)

« Un essai, selon Adorno, est une esquisse libre d’une pensée.  Il est une écriture ouverte et subjective. On peut l’écrire à travers la spéculation expérimentale de la réalité. C’est une intention courageuse car il critique de certaines traditions. » (SK)

« Un [bon] essai, selon Adorno, serait celui qui – à partir des éléments les plus composites – construirait un tout harmonieusement agencé. » (LR)

« Un essai, selon Adorno, c’est l’acceptation des incertitudes dan sun montage qui montrerait quelques certitudes jamais dogmatiques » (SM)

Présentation croisée des thèses et projets de thèses :

Chaque participant a présenté la recherche d’un de ses camarades qui avait mis à sa disposition une fiche de synthèse de l’état actuel de sa recherche. Présentation orale suivie de questions puis de réponses et plus largement d’une discussion. Quelques traces suivent :

KO : Le projet de thèse de Carla Campos Cascales s’intitule: « Enseigner la littérature: didactique et politique. Une enquête sur la relation littéraire en contexte catalan ». L’objet de cette recherche est l’enseignement de la littérature dans le  contexte catalan. Il s’agit, d’interroger le potentiel de l’enseignement de la littérature qui est soumis aux contraintes « socio-politiques » et sociolinguistiques, et son rôle dans la société car  littérature exacerberait le sentiment de nationalisme et d’appartenance identitaire. Carla compte en premier lieu se pencher sur l’étape initiale de l’enseignement de la littérature qui est la lecture pour arriver à une notion particulière celle de « l’interprétation ».

A la fin de ma présentation, j’ai d’abord attiré l’attention sur la similitude de nos travaux, même si les contextes sont différents, néanmoins, ils se rejoignent dans plusieurs problématiques, communes aux deux pays (Espagne/ Algérie), notamment en ce qui concerne le bilinguisme. Puis, j’ai posé une question concernant la langue dans laquelle sont écrits les textes littéraires enseignés.

LD : L’objet de la recherche de El Kahina Ourak porte sur la didactique de la littérature de langue française dans le secondaire algérien. J’ai notamment apprécié le rappel des deux buts essentiels de la littérature, à savoir former la personne et favoriser sa sociabilité. Elle accordait également une importance particulière à l’environnement socio-culturel de l’apprenant, que je qualifiais alors « d’historicité » pour reprendre les termes de Serge Martin. Deux paramètres étaient enfin à considérer : le premier étant celui de la représentation du monde (du texte) à décoder et à débattre sous forme d’un échange ; le second : les pratiques orales et écrites à mettre en œuvre pour travailler la dimension linguistique et communicative.

Comment peut-on dire que « la littérature est une discipline autonome » ? (ce qu’elle n’est pas à mon sens puisque reliée à d’autres disciplines telles que l’histoire, la musique et les arts plastiques).

Réponse de KO : La présentation de mon projet de recherche revenait à Lina. Après l’avoir présenté, cette dernière m’a posé une question à propos de la constitution de l’enseignement de la littérature en tant que discipline autonome. Pour elle, ceci n’était pas possible car l’enseignement de la littérature et indissociable de l’enseignement de la langue. Ma réponse était qu’il s’agit d’une problématique qui suscite beaucoup d’interrogations et elle est  loin de faire consensus. 

CC : Il s’est agi pour moi de présenter la thèse de Lina Ribeiro: Perspectives poétiques et didactiques de la relation identité-altérité dans et par la voix des textes littéraires en contexte d’enseignement secondaire. Son sujet pose la question de la relation entre l’œuvre et le lecteur en travaillant la « voix » (l’énonciation), ou mieux, les voix: il s’agit de questionner la littérature et surtout, la transmission de celle-ci, sur la base d’une anthropologie du langage, pour dépasser une lecture subjective – qui poserait comme condition de lecture deux sujets déjà constitués, comme opaques – et aller vers l’idée qu’il y a « subjectivation », c’est-à-dire création, invention du sujet dans le moment de la lecture par cette relation même qui existe entre l’œuvre et le lecteur. Comme la thèse de Lina pose l’énonciation au premier plan, je me suis d’emblée interrogée sur la place que pouvait avoir l’énonciation de l’enseignant dans le cadre scolaire choisi: puisque son énonciation étant présente et dirigeante, elle ne peut qu’avoir une influence dans cette activité lectrice que met l’enseignant lui-même en place. La thèse de Lina, en interrogeant plus la manière dont on peut entrer en relation avec une œuvre (mais aussi, la manière dont elle entre en relation avec nous) que la valeur établie que pourrait avoir celle-ci, a de vrais liens avec mon interrogation sur la tournure que peut prendre ou qui peut être donnée à la voix d’une œuvre par la voix de celui qui l’enseigne mais aussi par les voix des élèves-lecteurs qui la reçoivent dans un contexte particulier. Liens que nous avons retrouvées avec la thèse d’El Kahina Ourak, qui s’intéresse aussi à la « dynamique de l’environnement sociolinguistique des apprenants » environnement linguistique et politique particulier, comme l’est aussi celui de la Catalogne.

Réponse de LD : Mon sujet a été présenté par Carla qui m’invitait, à juste titre, à m’interroger sur la place et le rôle du professeur, qui n’était pas très explicite dans ma présentation écrite. Sans l’avoir fait sciemment, cette coïncidence ne répond pas moins à une réalité, certes un peu paradoxale, car celui qui transmet l’enseignement doit à terme s’effacer pour permettre à l’apprenant de se former (par) lui-même. Elle était enfin interpellée par les termes « d’anthropologie » et de « transsubjectivité » qui, seulement évoqués dans la présentation, feront certainement l’objet d’une application et contextualisation plus précises dans ma recherche.

SK : Présentation de la thèse de Hanane Oueslati. Son sujet s’intitule  « l’écriture du sol dans les œuvres de Mohammed Dib », auteur algérien, « et de Jorge Semprun », auteur espagnol. Hanane veut confronter les mémoires, les langues et les cultures de deux écrivains dans une perspective intertextuelle et comparatiste. Le point commun de deux auteurs c’est que l’écriture de l’espace et les lieux de l’écriture. Le texte littéraire, théâtral et cinématographique parle au fond la pluralité identitaire et culturelle. Hanane s’interroge sur les intersections entre les œuvres, vécus des deux auteurs, entre géographie et littérature, réalité et fiction, passé et présent. Dans ses questions, elle se penchera sur les thèmes actuels : la deuxième guerre mondiale, le colonialisme, le nazisme, l’exil, le métissage culturel. Dans et par l’écriture du sol, elle veut montrer l’élément spatial qui est essentiel dans la construction narrative ; surtout la question de l’enracinement de l’écrivain dans l’épaisseur ontologique, historique et socioculturelle ; reconstruire des territoires pour connaître le soi et l’autre.

Deux questions : – Qu’est-ce qui oriente au fond les questions de sa thèse ? – Quelle est la particularité de chaque auteur ?

Réponses aux questions (de Laurent) concernant mon sujet

–       Sur la peur et l’humour : Tomi Ungerer illustre toujours la peur à la manière humoristique dans ses albums pour que les lecteurs l’apprivoisent et la surpassent par l’humour. C’est un enseignement du « savoir vivre ».

– sur l’ambiguïté : la représentation de l’illustration de l’héros, les trois brigands, est à la fois les jeunes adultes sur la couverture de l’album, et les petits enfants sur la première pages dans Les Trois Brigands. Dans le texte, le brigand désigne à la fois le solda au Moyen Âge, le voleur et l’enfant malin à la manière exagérée. L’image de trois armes est à la fois les jouets et les armes par l’assemblage.

***

La séance s’est achevée sur une présentation croisée d’une sélection bibliographique. Nous reviendrons sur ce sujet ultérieurement.

Actualités du « geste » dans les livres, revues et colloques

Outre les livres récents de James Sacré et de Dominique Rabaté (voir les billets à ce sujet), on peut observer une actualité de la notion dans les travaux universitaires. J’essaie d’en rendre compte ici…

On aperçoit bien que la notion se voit conceptualisée de bien des manières; Il s’agira, en ce qui me concerne avec mes étudiants, de faire à chaque lecture et/ou rencontre le test d’un « dans et par le langage » (Benveniste) pour que poème, geste, corps et société se tiennent dans le continu de la voix pleine de voix (au pluriel) et d’une oralité de l’écriture portée au maximum d’interaction entre formes de vie et formes de langage ou, ce qui est à tester, gestes

D’abord la revue Gestehttp://www.revue-geste.fr

Voici la présentation de ses animateurs:

GESTE EST UNE REVUE QUI EXPLORE LA RICHESSE, L’INVENTIVITÉ ET L’ENGAGEMENT DU GESTE SOUS SES FORMES LES PLUS DIVERSES.

Geste de comédien, de peintre ou d’architecte, geste de sportif,
de cuisinier, geste de philosophe et de scientifique, geste des corps
et geste des pensées : une revue est née de l’attention portée
à leur richesse et à leurs correspondances.
Organisant la rencontre de paroles multiples et contrastées,
celle de l’artisan et celle de l’artiste, celle du critique et celle
de l’amateur, Geste nous invite au dépaysement de la pensée
et à l’écoute buissonnière.
Il fallait à cette pluralité d’horizons culturels une pluralité
de formes et de formats. D’articles théoriques en précipités
d’impressions, d’entretiens en critiques singulières et exigeantes,
la pensée s’élabore et se donne en partage dans le croisement
des regards.

_____________________________________________________

PRÉSENTATION D’UN « LABORATOIRE » :

« Geste est le nom de cette croisée où se rencontrent la vie et l’art, l’acte et la puissance, le général et le particulier, le texte et l’exécution. Fragment de vie soustrait au contexte de la biographie individuelle et fragment soustrait au contexte de la neutralité esthétique : pure praxis. Ni valeur d’usage, ni valeur d’échange, ni expérience biographique, ni événement impersonnel, le geste est l’envers de la marchandise. » (GIORGIO AGAMBEN)

Le Laboratoire du geste est une ligne et lieu diffus de recherche et de création à géométrie variable travaillant autour et à partir de pratiques artistiques contemporaines où le geste effectif des corps se pose comme forme artistique ou constitutive du processus créatif. Le laboratoire met en réseau et mutualiser artistes, compagnies, chercheur(e)s… concernés et mettre en commun leurs réflexions et intérêts. Il développe des pistes de recherche transversales alliant pratique et théorie en vue de promouvoir et d’éclairer les pratiques gestuelles contemporaines, qu’elles soient d’expositions, chorégraphiques ou performatives pour s’inventer comme une plateforme de mise en situations effectives.

http://www.laboratoiredugeste.com

En 2013-2015, le Laboratoire du Geste oriente ses recherches sur un angle nouveau qu’il nomme « VIVANCE ». La majorité de ses activités cherchera à délimiter plus précisément cette notion comme nouvel outil opératoire d’analyse des pratiques performatives contemporaines.

CHAMPS D’ACTIONS du Laboratoire :

- Séminaires, rencontres pratiques / chantiers en cours autour des gestes

- Production de pensée, mutualisation régulière de ressources via le Site

- Taxinomie des pratiques performantielles : Élaborer un répertoire des pratiques concernées. Généalogie des esthétiques du geste

- Chantiers de problématiques : approfondir les questionnements

- Dispositifs d’expérimentations et activités : Initier et/ ou soutenir des expositions et mise en activité de protocoles, moments publics ou collectifs d’expérimentations et d’effectivité artistiques, chorégraphiques et performatifs.

- Écritures, nouveaux vocabulaires et méthodologies de recherche

- Consulting curatorial

CONFERENCE PRESENTATION DU LABORATOIRE DU GESTE// Barbara Formis & Mélanie Perrier

QUELQUES PROBLEMATIQUES :

- La créativité diffuse

– L’opérativité des corps

- Les gestes performatifs

- L’invisibilité et les régimes de micro présence

- Les contextes d’effectivité

- La performativité

- L’interdisciplinarité

- La pérennité de l’œuvre / La mise en image / la représentation

- Relations aux performances studies/ danse

- Questions de communauté et du commun

L’ÉQUIPE

 » Mutualiser les incompétences » (François Deck)

Le laboratoire a une équipe permanente qui accueille et souhaite mettre ensemble chercheur(e)s et artistes, compagnies, danseurs, danseuses, chorégraphes, perfomeur/ses, ainsi que celles et ceux remplis d’énergie pour mettre en commun leurs réflexions, intérêts, envies. Le Laboratoire se compose en fonction des projets et activités initiées.

LE LABORATOIRE

Il a été fondé en 2005 par Mélanie Perrier.

En 2009, le Laboratoire du geste devient une association (loi 1901), structure co-fondée par Mélanie Perrier (Chorégraphe) et Barbara Formis (Philosophe). Elles en assurent depuis la direction conjointe et bicéphale.

le Laboratoire du Geste reçoit le soutien de l’équipe ESPAS, (Institut ACTE, UMR de L’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

_____________________________________________________

Un numéro de revue en ligne sur la notion de « geste ».

En voici la présentation par son coordinateur:

Philippe Roy, «Le geste Présentation», Revue Appareil [En ligne], n° 8 – 2011, Numéros, mis à jour le : 07/11/2011, URL : http://revues.mshparisnord.org/appareil/index.php?id=1354.

À voir la diversité des champs ici abordés, un premier constat s’impose : le geste semble être partout. Geste de penser et d’apprendre, geste philosophique ou mathématique, geste politique, socio-économique ou punitif, geste du quotidien ou communicatif, geste technique ou induit par la technologie, geste artistique, cinématographique ou inducteur de création, geste expressif de l’inconscient ou d’énonciation. Quelle est donc la modalité ontologique qui peut rendre compte de cette ligne de variation du geste ? De quelle nature est-il puisqu’il semble être de l’ordre de la pensée, du corps, de l’image, du potentiel ? On trouvera à ce sujet des positions explicites ou implicites dans les articles ici réunis. C’est un premier enjeu de ce numéro consacré au geste : permettre à chaque lecteur d’en questionner l’être ou de se laisser questionner par lui. Il se peut que la question de l’être du geste soit elle-même à questionner, penser le geste est peut-être aussi un geste… vrille du geste. Un deuxième enjeu, qui n’est pas moindre que le premier, est l’analyse d’expériences de gestes ordinaires ou singuliers. Car penser un geste, et on le verra pour chacun des articles, demande toujours de partir de l’expérience (certains posent même le problème du rapport à cette expérience gestuelle, comment la restituer, ne pas la perdre ou la transformer). On ne peut faire face au geste comme on le fait avec un objet. Ce pourquoi les auteurs se sont efforcés de circonscrire les places prises par les gestes qu’ils exposent, de décrire leurs contextes, de déployer parfois leurs topologies, d’esquisser leurs manières d’être ou leur tonalité affective pour délimiter un champ d’expérience. De certains gestes pourront aussi être exposées la genèse, la généalogie, les réactivations, les alliances et mésalliances, les catégories.

On ne séparera surtout pas ces deux enjeux car il n’y a pas d’expérience qui ne suscite d’elle-même une question posée par le geste. Inversement, le questionnement sur le geste permet d’en mieux suivre l’allusion en situation. Enfin, partir du geste donne accès à d’autres problèmes dont il serait vain de vouloir écrire ici simplement la liste, demandons-nous seulement si cette entrée par le geste n’induirait pas une reconfiguration dans la manière même d’aborder certains problèmes. Encore un tour du geste.

Et voici le sommaire:

___________________________________________________

Autour de cette notion, un colloque est annoncé sur fabula (http://www.fabula.org/actualites/les-gestes-du-poeme_60747.php) :

9-10 avril 2015

Les gestes du poème à Université de Rouen

Comité scientifique : Henri Béhar (Université Sorbonne Nouvelle) ; Laurent Jenny (Université de Genève) ; Dominique Rabaté (Université Paris VII) ; Anne Tomiche (Université Paris-Sorbonne) ; Bernard Vouilloux (Université Paris-Sorbonne)

Organisateurs : Thierry Roger (Université de Rouen) et Caroline Andriot-Saillant (CÉRÉdI, Rouen)

Il y a, au fond de tous nos états mystiques, des techniques du corps qui n’ont pas été étudiées.

Marcel Mauss, 1936.

Dans L’Incontenable (POL, 2004), Christian Prigent rappelle que les « mots ne sont pas adéquats au corps », et que l’une des visées majeures de la poésie consiste à « « rémunérer » ce défaut des signes vides de poids charnel ». Il y aurait ainsi une autre manière de poser le problème mallarméen du « défaut des langues », inséparable cette fois d’un devenir-geste de la poésie, quand la parole humaine se retourne vers sa propre matérialité, dans le sens de l’incarnation. Le geste est en puissance dans le mot, comme le suggère Novarina : « la main va chercher l’énergie du mot : sa charpente, son ossature, ses forces, son trait » (Devant la parole, 1999).

La gestualité du dire en général, ou de l’art en particulier, qui a pu intéresser la recherche universitaire à l’époque du structuralisme, dans le sillage du programme de Marcel Mauss et des travaux de Leroi-Gourhan – témoin ce numéro fameux de juin 1968 de la revue Langages, qui fait suite à la parution du Geste et la Parole, intitulé « Pratiques et langages gestuels », et s’ouvrant sur un article programmatique de Greimas, « Conditions d’une sémiotique du monde naturel » – refait surface aujourd’hui, à l’heure de toutes les dématérialisations, quand progresse comme jamais l’artialisation du biologique, quand « le corps s’en va » (Christian Prigent). Mais les choses s’inversent désormais. La sémiotique conquérante des années 1960-1970 envisageait tous les faits de culture comme des « textes » ; notre époque, qui dé-sémiotise volontiers, ne cesse de réincarner la littérature, l’art, et la pensée, de Georges Didi-Hubermann (La Peinture incarnée, 1985) à Michel Guérin (La Philosophie du geste, 1995 et 2001) et Bertrand Prévost (La Peinture en actes. Gestes et manières dans l’Italie de la Renaissance, 2007) ; de Bernard Vouilloux (Le Geste, 2002) à Marielle Macé (Façons de lire, manières d’êtres, 2011) et Dominique Rabaté (Gestes lyriques, 2013, essai qui prolonge le volume collectif consacré à L’Offrande lyrique, dirigé par Jean-Nicolas lllouz, et paru en 2009). Les études littéraires tirent les leçons de la linguistique pragmatique, des philosophies de l’intensité et des esthétiques de la réception, dans un large mouvement de revalorisation de toutes les formes de praxis. Le fait littéraire se voit envisagé non plus selon le seul modèle de la forme, de la structure, ou de la trace, mais à travers les catégories dynamiques du performatif, de l’effet, de la force, ou de l’actualisation.

Le présent colloque s’inscrit dans cette tendance large, en cherchant à mieux délimiter ce que l’on pourrait entendre par gestualité poétique, de façon à mettre en évidence une certaine tendance maniériste présente de longue date au sein de la poésie moderne, que nous pourrions faire débuter avec le Coup de dés mallarméen de 1897, qui rend possible, en tant que premier poème-partition conscient de lui-même, une sortie de la Page en direction de la scène, de la bande magnétique, de l’écran, de la galerie, du musée, de la rue, ou du mur. Cette enquête sur la « poésie-action » (Bernard Heidsieck) entendue au sens large, menée des soirées futuristes et dadaïstes à la « poésie-performance », en passant par les « poèmes à crier et à danser » d’Albert-Birot, « l’optophonétique » de Raoul Haussmann, la main médiumnique et « automatique » chère aux surréalistes, la « poésie dans l’espace » d’Artaud, les « logogrammes » de Dotremont ou la « peinture-mot » chère à Cobra, se doit de reprendre sous cet angle l’histoire des avant-gardes, définies comme un projet multiforme de « reconduction de l’art dans la vie » (Peter Bürger), sans pour autant se confondre avec elle. Il faudrait aussi s’intéresser à cette « haleine issue de la main » qui circule dans les Phrases pour éventail de Claudel, comme aux « mouvements » de Michaux, homme de la mise en espace des « gestes intérieurs » (Signes). Enfin, la gestualité du poème déplace le dire de l’oeil et la bouche vers la main, soupçonnant l’iconicité pure de la poésie. A la fois fasciné par le toucher du peintre et rebuté par l’absence que disent les images, Christian Prigent, dans Le Sens du toucher, se souvient des gestes tâtant la couleur : « Il m’arrive en écrivant, d’avoir la sensation vive de rouler les mots entre mes doigts, comme des concrétions de matières ». Et le geste est aussi celui du « souffle », « qui emporte l’écrit dans une concrétisation quasi physique de sa mise en mouvement ». La poésie performée combine dès lors tous les organes dans une cinétique, selon la formule de Serge Pey  dans La Main et le couteau :  » Le poème non né de l’oreille / n’a pas de mains dans les yeux / ne marche pas avec les pieds. »

Ainsi, on pourrait distinguer deux grandes tendances au sein de cette poésie de la gestualité. La première, calligraphique, opère un passage de la bouche vers la main, de la face vers la force. La seconde, scénographique, repose sur la théâtralisation, voire l’hystérisation du poétique, quand le geste vient porter cette incarnation de la parole. D’un point de vue plus théorique, il s’agirait de voir en quoi la production du poème relève du geste, dès lors que les vieilles notions de l’actioet du movere se déplacent du champ rhétorique vers le champ poétique : doit-on envisager le poème gestuel comme signepratique, ou événement du corps ; comment penser la relation entre l’articulation et l’inarticulé ? En outre, si l’on s’intéresse davantage aux traces du corps dans la langue et à la gestualité intra-textuelle, il conviendrait d’étudier les caractéristiques d’une stylistique du geste selon la perspective d’une soma-esthétique (Richard Shusterman) propre à l’écriture poétique : comment se produisent et se reçoivent des « phrases-affects » (Lyotard), mais aussi des vers-affects, ou des pages-affects ? Dans la perspective d’une meilleure compréhension de cette énergétique du poème, ne faudrait-il pas relire André Spire et relier le « plaisir poétique » au « plaisir musculaire », en donnant raison à Bachelard qui soutenait en 1946 que « certains poètes directs déterminent en notre sensibilité une sorte d’induction, un rythme nerveux, bien différent du rythme linguistique », ou à Gracq, qui estimait en 1957 que « les réussites de la poésie moderne ont été cherchées et obtenues presque exclusivement par des méthodes de percussion » ?

Sans verser autant que possible dans l’illusion métaphorique diluant la notion, on cherchera à décrire les conditions d’existence d’abord physiques d’une poésie gestuelle, aussi bien métriques, syntaxiques, prosodiques, que graphiques, scéniques, chorégraphiques ou phoniques. Cette nouvelle « raison des gestes » s’attachera moins au don du poème qu’au bond de la poésie.

____________________________________________

Groupe de Recherche en EthnoPoétique                                                                     

                                                              séminaire

                                   Geste, parole, musique et voix en jeu                                                             

Jean Lambert  ( CREM – LESC –  Paris Ouest Nanterre La Défense )

Gestuelle et multimodalité du sensible dans la musique de Sanaa (Yémen)

                                       Sanaa  

Dans la culture populaire yéménite, les gestes des mains et les expressions du visage accompagnent souvent le discours, et parfois se substituent à lui. Le geste a une fonction de conviction : le corps s’engage.

Mais que se passe-t-il quand il s’agit de musique et de poésie chantée ?

Parce que la musique dit plus que les mots, le geste entre en connivence particulière avec elle : il est plus éloquent et intense que toute expression verbale. Ainsi, lorsque le luthiste Yahyâ al-Nûnû chante et joue, il cherche une « complémentarité » (takâmol) de tous les modes d’expression, qui passe par l’union, d’une part, de la poésie et la musique et, d’autre part, de la voix et l’instrument.

Puis, lorsqu’il se réécoute au magnétophone, ses gestes font un commentaire qui prolonge cette complémentarité (de manière iconique ou  symbolique), allant parfois jusqu’à une sorte de « danse assise ».

La présentation proposera une première analyse sémiologique de cette gestuelle ineffable (balancements, parallélismes, oppositions), pouvant conduire plus largement à une compréhension de la multimodalité du sensible dans la pratique musicale au Yémen.

Mardi 4 mars 2014 – 15h à 17h – Paris 7 ­— Grands Moulins — salle  779 C

____________________________________________________________________

Du côté de linguistes, on peut trouver de nombreuses occurrences du terme. Pour une approche liée aux premiers apprentissages, avec une bibliographie intéressante :

Olga Capirci, Jean-Marc Colletta, Carla Cristilli, Özlem Ece Demir, Michèle Guidetti et Susan Levine, « L’incidence de la culture et de la langue dans les récits parlés et les gestes d’enfants français, italiens et américains âgés de 6 et 10 ans », Lidil [En ligne], 42 | 2010, mis en ligne le 31 mai 2012, consulté le 05 mars 2014. URL : http://lidil.revues.org/3078

Le Congrès Writing Research Across Borders à Nanterre : une séance et un symposium sur les carnets le 21 février 2014

ColloqueDU 19 FÉVRIER 2014 AU 22 FÉVRIER 2014

Le Congrès Writing Research Across Borders est consacré aux recherches portant sur l’écriture.

WRAB/RESF III (Writing Research Across Borders / Recherches sur l’Ecriture Sans Frontières) :Le Congrès Writing Research Across Borders est consacré aux recherches portant sur l’écriture. Il prend la suite de deux congrès qui se sont tenus aux États Unis en 2009 et 2011 et se propose deux objectifs majeurs :
i) favoriser la rencontre ou la confrontation entre des approches de l’écriture relevant de différents secteurs de recherche – linguistique, psychologie cognitive, sociolinguistique, didactique, anthropologie, etc, – et mettre au centre des débats plusieurs questions cruciales : qu’est-ce qu’écrire au XXIe siècle ? A l’heure des technologies multimédia et de la mondialisation, à une époque où les frontières entre l’intime et le social, entre le privé et le professionnel s’estompent, que signifie désormais écrire? Comment pouvons-nous répondre aux grands défis de la société et faire face à l’inégalité de l’accès à l’écriture ? Les méthodologies et les outils d’investigation dont nous disposons actuellement nous permettent-ils de mieux connaître ce qu’est l’écriture, son histoire, son fonctionnement, son acquisition, son rôle dans le développement personnel ?
ii) profiter du cadre international de ce congrès pour faire mieux connaître les travaux élaborés en langue française. Le congrès rassemblera des chercheurs venus du monde entier, une soixantaine de pays étant représentés à cette occasion. Les deux tiers des intervenants sont anglophones et ont peu l’habitude de se référer aux travaux français. Le congrès, en ayant recours aux deux langues, anglais et français, permettra aux chercheurs anglophones de s’informer sur les recherches menées dans la francophonie et favorisera la création de réseaux de travail internationaux.Pour plus d’informations et pour les modalités d’inscription :http://conference2014.fr

J’y animerai une session  et un symposium :

Session 
M6


21/02
 09:00
–
12:00
 Salle
–
Room
:
304


Peut‐on 
à 
la 
fois 
aider 
à
 développer 
des 
compétences en
 écriture
 et
 de
 l’appétence 
pour
 l’écriture
?






















 Is
 it
possible 
to 
help 
students 
combine 
both
 acquisition 
of
 writing
 abilities 
and 
a 
taste 
for 
writing
?



Président – Chair : Serge MARTIN, DILTEC, Université Sorbonne Nouvelle – France

• Écriture créative et accès à la littératie

Marguerite PERDRIAULT, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense – France

• Écrivez, voilà : Littérature & ateliers d’écriture

Marie JOQUEVIEL-BOURJEA, Université Montpellier 3 – France

• Écrire en atelier au lycée

Viviane VICENTE, Université Paris 8 – France

• An Argument for Intellectual Clumsiness

Carrie HALL, University of Pittsburg – USA

• De l’impossibilium ; l’écriture sérielle, ou : qu’est-ce qu’écrire en récurrence?

Isabelle-Rachel CASTA, Université d’Artois – France

• Cousant des phrases des livres avec des locutions d »apprenti

Marianne BERISSI, Université paris-Sorbonne – ESPE – EA 4509 STIH – France

Symposium 
A7


21/02
 13:30
–
15:30
 Salle
–
Room
:
304


Tenir 
carnet 
aujourd’hui
 ?
 Comment
 les
 mobilités 
s’inscrivent 
dans
 les
 carnets ?


Président – Chair : Serge MARTIN, DILTEC, Université Sorbonne Nouvelle – France

Serge MARTIN, DILTEC, Université Sorbonne Nouvelle – France

Anne-Laure LE GUERN, CERSE, Université de Caen Basse-Normandie – France

Jean-François THEMINES, ESO, Université de Caen Basse-Normandie – France

Elisabeth SCHNEIDER, ESO, Université de Caen Basse-Normandie – France

Walter Benjamin : les métaphores de la critique

Prochainement, un colloque autour de Walter Benjamin :

http://celis.univ-bpclermont.fr/spip.php?article782

Je rappelle le numéro de la revue Strenae qui lui est consacré : http://strenae.revues.org/953

COLLOQUE INTERNATIONAL ET PLURIDISCIPLINAIRE : WALTER BENJAMIN : LES MÉTAPHORES DE LA CRITIQUE

 

Colloque avec le soutien du Conseil Régional d’Auvergne, Conseil Général du Puy-de-Dôme et la Ville de Clermont-Ferrand

27-28 février 2014

MSH de Clermont-Ferrand, amphi 219

La vocation de ce colloque international et pluridisciplinaire est de réunir des chercheurs en littérature, en histoire, en philosophie et en histoire de l’art pour examiner l’élaboration et le rôle des métaphores dans l’œuvre critique de Walter Benjamin.

Auteur célébré pour la diversité de ses interrogations, Walter Benjamin, aujourd’hui encore, semble susciter majoritairement des études philosophiques ou relatives à sa réflexion sur la traduction, même s’il s’est récemment vu consacré pour son œuvre autobiographique, avec l’inscription au programme de l’agrégation du texte intitulé Enfance berlinoise vers 1900. C’est cette fois sur la figure du critique littéraire et du critique d’art que nous aimerions nous pencher.

La réception de Benjamin en France, en partie conditionnée par la traduction relativement tardive de son œuvre, est un phénomène encore neuf : son influence dans notre appréhension des œuvres et des textes mériterait d’être examinée. Si elle a souvent été abordée sous l’angle politique et historique d’une réflexion sur la modernité, la critique littéraire et esthétique benjaminienne possède une poétique propre qui est restée dans l’ombre de ces enjeux sociopolitiques. La pensée critique de Benjamin repose en effet sur une prolifération d’images figurées extrêmement suggestives, qui ne peuvent être circonscrites en une thèse unifiée ; nous nous proposons de mener cette réflexion autour des trois objets suivants, qui pourront orienter les propositions de communication :
-  les effets sémantiques, symboliques, stylistiques et spéculatifs des régimes discursifs et métaphoriques associés à la pratique critique de Benjamin, dans les textes originaux comme dans leurs traductions (métaphores mystiques et religieuses, scientifiques et techniques, de « l’aura » et du « choc », du « voile » et du « dévoilement », de l’ombre et de la lumière, etc.) ;
-  les méthodes critiques de l’analyse de la réception des œuvres, déployées dans les textes de Benjamin ;
-  la manière dont ces choix terminologiques parfois plus poétiques que théoriques affectent sa pensée de la dialectique entre une tradition sans cesse déconstruite et reconfigurée et une modernité non moins problématique.

Ces journées d’étude s’intègrent au programme des travaux de l’équipe 20/21 du CELIS consacrés aux « Poétiques et voi(es)x poétiques » et à l’axe 1 de la Maison des Sciences humaines « Cultures, discours, concepts », en tant qu’elles engageront une réflexion conjointe sur la création littéraire et les théories qui lui sont associées. Il s’agira en effet de reconsidérer la critique benjaminienne sous l’angle de sa métaphoricité, et donc sous celui de sa poéticité et de sa constitution comme genre (méta)littéraire. Loin de concerner seulement les chercheurs en littérature, ce colloque entend en effet mettre en contact les approches littéraires, philosophiques et historiques des écrits de Benjamin pour interroger les mécanismes de son écriture et renouveler l’approche du terme même de concept dans la mise en œuvre d’un discours qui se présente au premier abord comme métaphorique. L’actualité remarquablement riche de la recherche benjaminienne laisse présager des débats particulièrement intéressants et renouvelés par les parutions les plus récentes, puisque Giorgio Agamben, Barbara Chitussi et Clemens-Carl Härle viennent de publier aux éditions « La Fabrique » les manuscrits préparatoires inédits du Baudelaire de Benjamin. Les interventions se promettent d’intégrer ces éléments les plus récents de la recherche benjaminienne, offrant ainsi à l’Université Blaise Pascal une manifestation scientifique de premier plan.

Organisation : Audrey Giboux (CELLAM, Université Rennes 2) Audrey Giboux et Mathilde Labbé (CELIS, Univrsité Blaise Pascal)Mathilde Labbé

Comité scientifique :
- Pascale Auraix-Jonchière, Professeur de littérature française du XIXe siècle (Université Blaise Pascal), directrice du CELIS (Centre de recherches sur les littératures et la sociopoétique) ;
- Frédéric Calas, Professeur de langue et littérature française (Université Blaise Pascal), directeur-adjoint du CELIS (chargé des relations internationales) ;
- Emmanuel Cattin, Professeur d’histoire de la philosophie moderne et contemporaine (Université Blaise Pascal), chercheur au laboratoire Philosophies et rationalités

Programme

Jeudi 27 février 2014

- 9h : Accueil des participants
- 9h15-9h30 : Discours d’ouverture, par Pascale Auraix-Jonchière
- 9h30-9h50 : Problématique du colloque, par Mathilde Labbé et Audrey Giboux

La métaphore face au concept  Président de séance : Frédéric Calas

- 9h50-10h10 : Marta Sábado Novau (Université Sorbonne nouvelle Paris 3), « Esthétique de la monade dans Enfance berlinoise vers 1900 »
- 10h10-10h30 : Georg Otte (Université fédérale du Minas Gerais), « Les constellations de Walter Benjamin »
- 10h30-10h50 : Gérard Raulet (Université Paris-Sorbonne Paris 4), « Politique de l’image. Dispersion et image dialectique »

10h50-11h30 : Discussion et pause

Philosophie de l’image  Président de séance : Jean-Christophe Blum
- 11h30-11h50 : Stephanie Baumann (Université Vincennes Saint-Denis Paris 8 / Université de Tübingen), « Des éclairs qui illuminent l’obscurité – “choc” et “expérience” chez Walter Benjamin et Siegfried Kracauer »
- 11h50-12h10 : Camille Debrabant (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « Métaphore et photographie : du « paravent » à la « salubrité de la vision » »
- 12h10-12h30 : Frédérik Detue (Université de Poitiers), « Critique de l’aura et réception tactile chez Walter Benjamin »

12h30-13h : Discussion

13h-14h30 : Déjeuner

Hermétisme et heuristique  Président de séance : Éric Lysøe
- 14h30-14h50 : Maria João Cantinho (Université de Lisbonne), « De la langue messianique à la question de la critique chez Walter Benjamin »
- 14h50-15h10 : Anne Roche (Université d’Aix-Marseille), « L’image comme théorie »
- 15h10-15h30 : Yuna Visentin (ENS de Lyon), « Renouer avec un texte absent : penser l’hermétisme de la critique benjaminienne avec Franz Kafka »

15h30-16h10 : Discussion et pause

La fabrique de la métaphore  Présidente de séance : Audrey Giboux
- 16h10-16h30 : Serge Martin (Université Sorbonne nouvelle Paris 3), « « Du lierre autour d’un pan de mur » : Walter Benjamin, les proverbes et le racontage »
- 16h30-16h50 : Nathalie Raoux (Centre Georg Simmel, EHESS), « Walter Benjamin, le critique à pied d’œuvre. Dans l’atelier du Baudelaire »
- 16h50-17h10 : Christophe David (Université Rennes 2), « Que dit, chez Walter Benjamin, l’image de la ruine, qui ne saurait se résorber en conceptualité ? »

17h10-18h : Discussion

Vendredi 28 février 2014

Philosophie de l’histoire et de la société  Président de séance : Emmanuel Cattin
- 9h-9h20 : Jacques-Olivier Bégot (Université Paris-Diderot Paris 7), « Violences de la critique »
- 9h20-9h40 : Olivier Pascault (Université Panthéon-Assas Paris 2), « Pour une lecture lukácsienne de Sur le concept d’histoire de Walter Benjamin »
- 9h40-10h : Robert Krause (Université Albert-Ludwig de Fribourg-en-Brisgau), « « Il faut montrer la transformation de la fonction de l’allégorie dans l’économie marchande » : l’impulsion critique de la réception benjaminienne de Charles Baudelaire »
- 10h-10h20 : Jean-Pierre Bertrand (Université de Liège) : « Baudelaire et le « marché littéraire ». À propos du fragment 11 de Zentralpark »

10h20-11h : Discussion et pause

Métaphores de la révolution et de la modernité  Présidente de séance : Mathilde Labbé
- 11h-11h20 : Stéphane Massonet (Université libre de Bruxelles), « Lecture de la ville : Walter Benjamin et la critique du surréalisme français »
- 11h20-11h40 : Sergueï Fokine (Université nationale d’économie de Saint-Pétersbourg / Faculté des arts libéraux et des sciences-Smolny de Saint-Pétersbourg), « Mélancolie et révolution comme fondement et forces de la méthode critique dans le Journal de Moscou de Walter Benjamin »
- 11h40-12h : Marino Pulliero (Centre de recherche interallemand) : « Le Jugendstil comme paradigme d’une critique de la Modernité chez Walter Benjamin »
- 12h-12h20 : Ivan Gros (Université centrale nationale de Taïwan), « L’intuition et la dialectique chez Walter Benjamin : les métaphores sociopolitiques de la modernité par-delà la pensée marxiste »

12h20-13h : Discussion

13h-14h30 : Déjeuner

Walter Benjamin et l’idéalisme  Président de séance : Philippe Antoine
- 14h30-14h50 : Patricia Lavelle (Centre Georg Simmel, EHESS), « Métaphore érotique et création artistique, de Heinrich Rickert à Walter Benjamin »
- 14h50-15h10 : Marc de Launay (CNRS), « Métaphores du temps dans l’écriture d’Ombres courtes »
- 15h10-15h30 : Catherine Coquio (Université Paris-Diderot Paris 7), « Magie critique, mortification, apocatastase : trois images pour l’acte critique »

15h30-16h10 : Discussion

16h30 : Clôture du colloque et collation.

 

Responsable(s) Celis :  Mathilde Labbe

Équipe(s) de Recherche concernée(s) :  Littératures 20/21

 

Gestes : petite anthologie dans James Sacré pour une théorie critique

Dans Parler avec le poème (La Baconnière, 2013), James Sacré emploie fréquemment la notion de « geste(s) ». J’essaie sous forme anthologie d’en relever les occurrences et d’en apercevoir la théorie en pratique ou la pratique en théorie.

Sur cet ouvrage, voir ma note de lecture ici : http://martinritman.blogspot.fr/2014/01/parler-avec-le-poeme-james-sacre-ou-la.html

1. Gestes… d’écriture

J’essaie surtout de me saisir des mots, des sentiments et des pensées que me donne le réel (un arbre, le visage d’un ami, un poème de Ronsard ou de Cavafi) pour en nourrir, ce que je crois être mes gestes d’écriture. (p. 12)

Au deux bout du contexte de l’occurrence, l’hésitation : « j’essaie » et « ce que je crois être ». Aussi, faut-il tout de suite souligner cette inquiétude qui oblige à conceptualiser au plus près du poème de la pensée, c’est-à-dire en rendant compte du mouvement de la pensée dans l’écriture, dans la parole donnée. On peut, par ailleurs, observer que ces gestes se nourrissent de « mots, sentiments, pensées » où indistinctement – du moins dans le continu – s’emmêlent le langage, le corps et l’esprit que disent bien mieux les éléments de la parenthèse !

Disons, que cette première occurrence pose le continu de la notion de geste et de celle d’écriture, donc de poème et de vie.

2. Des gestes vivants

(Des poèmes) sont les signes oubliés effacés de gestes qui furent des gestes vivants. (p. 12)

Cette seconde occurrence sur la même page repose au principe de la notion le continu déjà signalé entre l’écriture ou le poème et la vie ou les expériences relationnelles. Toutefois, il pointe sous la notion une puissante expérience temporelle : non seulement le continu est dans et par le geste un emmêlement des expériences langagières et vitales mais également un emmêlement des temporalités voire des transmissions comme relations profondes (entendons par ce dernier terme ce qui tient ensemble de « l’essentiel » et de « l’insignifiant »). Sacré continue d’ailleurs ainsi:

Aussi essentiels et insignifiants que des milliers de visages qui disparaissent chaque jour de notre monde, ayant perdu leur nom, jetés dans quelque fosse commune après un désastre ou disparus dans la voracité de ce qui continue à vivre. (p. 12)

3. Le geste et les gestes

Le geste d’écrire. Les gestes d’écrire. Ce qui laisse des traces : l’encre qu’on voit sur le papier ; avec des traces d’autres gestes comme plus intérieurs : l’ajustement, qu’on peut voir, des mots. Et ce qu’on ne comprend pas bien dans ces ajustements, comme c’est le cas pour les gestes du corps. Quelque chose de vivant (des gestes qu’on dirait des mots plus forts). (p. 13 – à noter que s’ouvre un « sous-chapitre » intitulé « Gestes » qui suit le premier « Ecriture » sous le titre de chapitre explicite : « Gestes de mots »)

Cette pluralité gestuelle est au principe d’une conceptualisation de la notion. Si j’ai parlé ci-dessus de continu entre geste d’écrire et geste de vivre, le terme utilisé par Sacré est particulièrement adéquat: « ajustement ». Certes, dans un premier temps, on voit bien qu’il vise ce travail de la syntaxe, de la prosodie, de la sémantique sérielle du poème mais il pousse plus loin ce qu’on pourrait limiter à un geste d’écriture pour en montrer la force langagière qui emporte le corps, ses gestes, et le vivant de l’écriture comme ajustement au vivant de la vie. A moins qu’il faille entendre un ajustement interne puisque la vie du langage est la vie. le poème fait relation – je vais y revenir…

4. Gestes comme l’inconscient du poème ou ce que le poème fait sans qu’on sache

Geste : cela qui dit, mais pas très précisément, et cependant souvent de façon intime ou forte.

Le désir de sens dans le poème se défait-il pas en gestes de mots? On n’y dit plus que quelque chose de précis aux autres, on leur fait signe, de façon timide ou intempestive sans qu’on sache trop pourquoi. Et qu’a-t-on cru maîtriser, rythmer?… c’est aussi parfois des gestes qui échappent, quelque chose de sauvage, à quoi on s’abandonne aussi bien.

Impossible de réduire le geste langagier (du poème) à ce qu’il dit, à un énoncé. Aussitôt Sacré indique deux modalités de l’énonciation : « façon intime ou forte ». Mais plus que ces modalités, c’est le geste fondamental du « faire signe » de vie qui emporte le poème (le discours au sens de Benveniste) dans « quelque chose qui échappe – Sacré utilise même le qualifiant de « sauvage » et donc de non culturel, non contrôlable, de l’ordre de l’abandon. Il y a donc avec le geste langagier dans et par le poème une écoute de ce qui n’est pas de l’ordre d’une maîtrise (du langage, de la langue, du discours, du poème) mais d’un abandon, d’un « tomber dans tomber », disait Tsvetaeva pour l’amour. Faut-il parler d’inconscient du langage ? Oui, au sens où le poème emporte le dit dans le dire, mais pas au sens où se délimiterait un champ dichotomique en regard d’un domaine de la conscience. C’est tout le langage, tout le poème qui emporte dans son geste cette force vertigineuse (« timide ou intempestive ») comme un faire qui n’est pas une manipulation rhétorique mais une relation-poème, une histoire qui arrive à la voix, au sujet et qui invente de la voix, du sujet. Il me faudra revenir sur ces suggestions trop affirmées ici rapidement.

5. Gestes du poème, gestes des discours

Mais il n’y a pas que le poème qui fasse des gestes de mots : sont-ils pas aussi bien dans les prières, dans les sournoiseries des discours politiques ou dans les plaintes du petit enfant ou du vieillard radotant ? Ma formule (pour parler de la poésie) n’a rien finalement, une fois de plus, de bien explicatif.

Et ces gestes que cela fait : une folie, nos peurs et nos enthousiasmes, au-delà de toute mesure?

j’ai déjà indiqué le fait que les gestes de mots, comme dit Sacré, ne concerne pas que le poème, lequel peut-être engage une interaction la plus forte entre gestes de mots et gestes de vie (Meschonnic parle de formes de langage et formes de vie); ils concernent donc tout discours tout d’abord parce que la performativité est de tout discours – des prières aux plaintes enfantines, des discours politiques aux radotages… Mais il faudrait ajouter qu’avec le poème, la force n’est pas rhétorique comme les discours évoqués peuvent facilement s’y arrêter puisque le poème ouvre à un inconnu de la relation gestuelle, un « au-delà de toute mesure »… Il faudra y revenir.

A POURSUIVRE par chaque lecteur du livre de James Sacré : je publierai toutes les contributions ci-dessous...

J’essaie de voir si les pistes de réflexion de James Sacré permettent d’accompagner la lecture de ses poèmes en prenant seulement la page 11 (début de la cadence 1) de son poème-livre Viens, dit quelqu’un (André Dimanche, 1996) :

La ville brille au loin comme une bague dorée dans la main levée d’une femme.

La comparaison ajuste deux éléments métaphorisés dans et par l’expérience : la ville comme une bague, c’est d’abord la ville regardé (« au loin » pose un point de vue) dans un rapport de sujets puisqu’elle est active au point de barrer la vue (elle « brille ») et c’est ensuite la bague qui concentre le mouvement (une danse?) de « la main levée d’une femme » où « dorée » vient résonner « brille » dans cette vue éblouissante qui mêle espace et expérience, ville et femme, accès impossible et trésor masqué… autant d’ajointements que la prosodie accompagne en sourdine : /l/- /v/ – /il/ – /ill/ – /l/ = /l/ – /m/ – /l/ – /v/ – /mm/

Pour voir cela il faut venir du bon côté et pas n’importe quand. Pour le voir avec plus de contentement il faut aller à la ville sans aucune raison et pouvoir penser même qu’on ne va nulle part.

Impossible de nommer autrement que par l’inconnu du geste le plus vivant : « cela » qui pose au premier plan l’énonciation et donc le geste d’un dire relationnel. On peut même ici souligner la parodie des guides touristiques qui usent de l’expérience des bons routard : « il faut », cet impersonnel est d’abord ici une énonciation partageable et donc un phrasé-relation. Le pragmatisme se métamorphose une poétique de l’abandon et de l’incertitude (« sans aucune raison » et « nulle part ») associée à une éthique de la joie (« contentement »).

Parce que tout à l’heure cette ville aura son air de ville comme abandonnée à cause de papiers cartonnés qu’on trouve devant les magasins, à cause des restes de légumes la nuit quand on passe par le marché désert. Et la pluie qui vient de temps en temps.

La deixis qu’augmente d’un « tout à l’heure » qui leste l’infini du poids de l’instant dans une pluralité métamorphique de la ville. Et « la pluie » viendrait comme brouiller tout arrêt sur image alors même que le poème fait passer à la vitesse de son phrasé des topos (ville-femme; flâneur; pluie – cf. Ponge avec « La pluie » en tête du Parti pris des choses, voir http://martin-ritman-biblio.blogspot.fr/2010/01/francis-ponge-dans-le-robert-des-grands.html).

Un jour on s’assoit à une terrasse de café pour en parler avec un ami. Sans rien conclure, ni même qu’on soit sûr d’avoir dit quelque chose de vrai. Ou d’important.

Plus tard on s’imagine voir briller les mots dans un poème.

Le poème est expérientiel dans et par la relation : « un jour », « un ami ». Mais il est surtout un passage d’expériences qui ne cherche pas à l’arrêter: poème-relation et non poème-vérité, encore moins poème-Poésie car il reste au plus près de la parole amicale et même de « ce jour » : celui de l’expérience du raconteur comme de celle de son auditeur qui ne manquera pas de « s’imaginer ». La reine des facultés (Baudelaire) n’est pas la prise de distance avec l’expérience quotidienne, ordinaire, prosaïque… mais le merveilleux trouvé au coeur de chaque expérience, regard, parole… Une bague au loin dans le paysage, c’est une ville parce que la bague ouvre une relation, une danse, un appel à vivre ensemble. Autant de geste de paroles qui s’échangent comme gestes d’amitié, d’amour, de vie. Ceci dit, le poème a ouvert une temporalité de cette gestualité qu’il nous faudra observer comme rythme-relation. En attendant, on a bien vu que l’espace de cette relation n’est ni intérieur ni extérieur, ni propre ni distant, mais toujours mouvement de la parole dans l’écriture, dans la lecture: gestes de discours, de subjectivations toujours en cours.

SERGE PEY
http://sergepey.com/

 

 

Passages de voix, passages de frontières

UNIVERSITE DE CAEN BASSE-NORMANDIE – MRSH

Journée d’études : 22 mai 2013

LASLAR-CRIMIC

Poésie, poèmes : passages de voix, passages de frontières

PROGRAMME

Matinée : 9H.00-12H30

Ouverture par Brigitte Diaz, directrice du LASLAR

Présentation par Serge Martin, Ina Salazar, Marie-José Tramuta

– Laurence Breysse-Chanet (MCF-HDR, CRIMIC-Paris Sorbonne) : « Passages de la voix chez Claudio Rodríguez »

– Marie-Claire Zimmermann (Professeure émérite, CRIMIC-Paris Sorbonne) : « Claude Esteban, entre deux langues, poète et traducteur »

Pause

– Laura Vázquez (Doctorante, LASLAR, UCBN) : « Traduire et le numérique : pratiques de l’intermedia entre la France et l’Espagne »

– Flaviano Pisanelli (Université de Montpellier) : « Définir la frontière: la poésie italophone de la migration »

Après-midi : 14H00-16H30

– Jean-Baptiste Para, poète et traducteur de l’italien et du russe, rédacteur en chef de la revue Europe et Marie Fabre, traductrice, entre autres, d’Amelia Rosselli :

entretien avec Ettore Labbate.

Pause

– Claude Couffon (Professeur émérite, poète et traducteur) Hughes Labrusse (Philosophe, poète et traducteur) et Jorge Nájar (Poète et traducteur, Pérou) : table

ronde avec Serge Martin et Ina Salazar