Performance (1 bis) : Lire la poésie, c’est faire relation

On ne peut commencer un séminaire sur les performances poétiques (traditionnelles ou actuelles) sans tenter de poser quelques jalons sur la lecture de la poésie. Un texte de Henri Meschonnic, extrait de La Rime et la vie (Verdier, 1989, et folio/Gallimard, 2006, p. 133-139) fera le départ de notre réflexion.

Il a pour titre: « Lire la poésie aujourd’hui ».

Les bibliothèques idéales de Jean-Luc Parant

Quelques citations d’appui donc:

– « Lire ne commence qu’à relire » puisque la lecture n’apparaît que dans les différences de lecture, dans cette temporalité d’un sujet de la lecture qui alors n’est plus dans l’indistinction avec l’objet, le livre.

– une multiplicité de lectures apparaît alors dans des cultures, des stratégies, des effets que le verbe lire peut recouvrir, « faussement unificateur ».

– aussi, « lire n’est pas séparable d’une historicité » : il faut travailler donc son historicité pour éviter « la lecture-mime » qui fait croire à une intemporalité-essentialité de « la » lecture (c’est pourtant ce que bon nombre de situations scolaires proposent; par quoi elles éliminent la possibilité d’un sujet-lecteur, de lecture(s) en relation, y compris en conflit, en discussion, en démocratie – ne pas oublier que le verbe « lire » est au coeur d’élire, d’élection…).

– lire c’est donc « reconnaître ce qui arrive » à ma lecture: « en quoi, en tant qu’acte, et que pratique, elle a ses créations propres, de sens, et de sens du sens ». Et Meschonnic ajoute non sans humour: « Ses génies, ses talents, ses imbéciles ».

– puis il précise que « ces créations, alors, selon un cycle du sens, retournent à l’écriture »: par quoi, lecture et écriture sont continues. « Comme s’il y avait un rythme – non une métrique ) qui tienne et fasse bouger l’une par l’autre, l’une après l’autre, écriture, lecture, écriture. Dont les situations orales ne seraient qu’un moment ».

Ce séminaire souhaitant s’intéresser à ces « situations orales » devra donc immanquablement les considérer comme un moment de ce « rythme » lecture/écriture, sous peine de ne pas écouter ce qui s’y passe, car « lire la poésie » (on pourrait ajouter tout autre discours : genre ou support) « est donc d’abord un rapport, à travers la poésie écrite, avec une écriture, une écriture de la poésie » – je préciserai qu’il en est de même dans les traditions dites orales qui incluent cette écriture dont il est question… Nous y reviendrons dans le cours du séminaire.

Concluons donc sur ce passage emprunté à Henri Meshonnic – dont on oubliera pas de lire le contexte – que lire c’est faire relation : d’une lecture à l’autre (les siennes et celles des autres), d’un moment à un autre, d’un passage à un autre, et surtout lier et raconter ce qui arrive quand, dans et par la lecture, on est en écriture, dans l’écriture, par l’écriture au sens d’un mouvement de la parole qui vous porte, vous transforme, vous fait être avec.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *