Performances (2) Alice Popieul, Eleonore Poppy et quelques autres invitées le 27 janvier

Monstre, photographie retouchée, août 2011

Inviter Alice Popieul pour quasiment inaugurer un séminaire « anthropologie et littérature : rythmes, gestes et phrasés des performances poétiques  » c’est certainement faire un double pari :

1. Inviter deux (voire plus !) personnes à la fois :

– Alice Popieul et son blog avec quelques textes et  : http://popieul.blogspot.fr

Par exemple le 26 juillet 2013, on peut lire :

Parfait !

Si on était obligés d’admettre que l’idée de perfection ait une quelconque pertinence, si on était contraints d’utiliser ce mot à bon escient, alors ça signifierait simplement que la perfection, c’est l’existence même.

– Eleonore Poppy et ses vidéos postées sur Dailymotion dont voici quelques titres:

La poésie pour les nuls

Revisiting time

Je est un autre

Les voix off

– encore Alice Popieul, plasticienne, avec ses dessins :

Salon, Encre sur Bristol 15 X20 cm

– et Ecali Lupepoil sur facebook (https://www.facebook.com/popyalice)

2. mais également se confronter à tous les problèmes à la fois puisque Alice et/ou Eleonore, Ecali… ne cesse de déplacer le problème de la performance tant en regard des performances d’autres artistes que des siennes, le problème de la voix tant en regard de l’écriture que de la lecture et de la performance, le problème de la relation en regard du spectacle, de l’information et de la création artistique : avec elle(s), tout bouge et surtout le spectateur-auditeur-lecteur est mis en demeure de continuer les problèmes, de les garder, de ne jamais les transformer en « questions » (délimitation d’un champ d’observation) ou en « réponses » (recette pour s’y retrouver dès qu’on doit énoncer quoi que ce soit sur quoi que ce soit dans une société de communication). Bref, il faut travailler voix et relation pour entretenir les problèmes – au sens d’Emile Benveniste (voir sa courte note introductive à ses Problèmes de linguistique générale). On essaiera d’avancer très empiriquement à partir de ses nombreuses expériences.

 Comment tenter de saisir la spécificité de cette oeuvre en cours multiforme par la notion de geste : en observant que chaque geste artistique d’Alice Popieul est toujours plein de son ombre, que ce geste a avec lui sa doublure (au sens théâtral) et aussi son double, son fantôme, son spectre, son contradicteur, son alter ego… Bref, avec Alice Popieul, il faut toujours voir, lire, écouter deux choses à la fois, c’est-à-dire continuer des gestes doubles : l’adresse est aussi introspection ;  la parodie est toujours également auto-dérision ; la réflexivité non seulement est narrative mais racontage demandant de poursuivre cette narrativité par sa réflexivité, l’histoire et sa morale se renvoyant la balle infiniment ; la raison traîne son affect dans son dos que chacun voit et toute sensation court derrière une raison éperdue que personne ne peut arrêter ; et puis la pensée a du corps quand le corps est entièrement pensée concrète, vive, au plus juste…
(voir le billet sur le geste chez James Sacré – http://ver.hypotheses.org/913 – pour lire ces remarques avec leur doublure…)

Ci-dessous un texte-préface à un livre que va publier prochainement Alice Popieul aux éditions Moires (site : http://www.leseditionsmoires.fr)

Le champ, le nœud et la vitesse : quand Alice court au Popieul

 

un Dewey vaut bien

Deleuze tu l’auras

au tournant Alice

nous attend Eléonore

Serge Mirtan, Quatrains hétéro-impro-pulaires

 

Dans quel champ court Alice Popieul sans oublier son alter ego Eleonore Poppy – mais j’apprends qu’il y en aurait bien d’autres ? Si vous répondez correctement, vous recevrez Comme un accord de Jean-Louis Aubert apporté par le facteur déguisé en personnage conceptuel deleuzien. Trêve de sérieux, celle qui court « à travers des textes sans fil et des performances téléguidées » est en chair et en os comme il y en a peu en philosophie voire dans la vie. On dira que ce qui précède relève de la charcuterie : Alice Popieul n’est pas de la carnation posée sur un squelette philosophique ou de l’os à substantifique moelle entourée de chair esthétique à l’eau de .com. Alice – contentons-nous du prénom, ce qui vient toujours avant toute dénomination, arrêt sur un nom, une définition, une stase de la pensée et un arrêt de vie –, est une vitesse de défilement de la pensée par corps qui mettrait Michaux à portée de bistrot ou la cuisine et toute sa batterie à hauteur d’un Perros-Perec – pas Perros-Guirec si « je me souviens » des « papiers collés ». Une NiNietzsche, Peau d’Chien !, pour féminiser Jean-Pierre Verheggen, qui passe du bistrot après le match au boudoir des philosophes du XVIIIe arrondissement, à la vitesse du zapping en mettant une certaine lenteur élégante pour que la culbute nous remette en pieds – avec un dans la tombe merdique de nos idées contemporaines et l’autre dans le septième ciel dégoulinant de nos réseaux zoociaux. Mais revenons à la cuisine et aux œufs dans le plat puisque la charcuterie ne permet pas de concevoir « ce que peut un corps ». Alice court aux œufs et à la poule : elle court vite pour faire l’homme-lettre sans casser les œufs ni plumer les oies parce qu’il faut bien attendre le petit oiseau et faire dire aux communicants qui puent l’information « cheese », aux prétentieux de la vérité trouvée « ouistiti » et aux coincés de la dissertation philosophique en trois parties… « sexe ».  Voilà pour les clichés qui font sa course folle ! Changeons d’époque de reproductibilité technique…

On peut se demander alors si les expériences de pensée doivent toujours finir en « selfie » : dépenses de petite vie pour une grande pensée de petite mort car c’est souvent les « ex » de l’espérance de vie qui dépensent leurs expériences pour faire la mort à toute vie. Comme on risque de ne pas s’en sortir, il me faut appeler Alice sans peler le nœud Popieul pour gagner plus qu’une pochette de disque dur dans l’ordinateur d’un philosophe sur une table de dissection. Avec ce nœud, c’est presque un para en vadrouille et une pluie d’expériences qui font l’art de l’amour ou la peau de tous les lards lourds de la pensée dépensée à escient ni bon ni mauvais. L’Alice allonge la pensée sur la table ou remplit la télé de poissons rouges ou trempe la poésie dans le bol de café. C’est comme du marc d’expérience qui se poile au maximum ; c’est comme le goût du lendemain ou de la veille qui nous réveille en plein milieu d’un rêve parce qu’il faut enfin apprendre à se défaire de l’art. Alors ça va vite avec un phrasé qui questionne les interrogations écrites en ne sachant pas bien que ça se répète dans tous les sens, tout contre des expériences qui sortent sans sortir de la pensée ou de l’assise. Alice a retiré la chaise pour tenir les bouts, l’air de rien, sans perdre le fil de « s’asseoir sans chaise ». C’est ça, m’a dit Ghérasim Luca, fais comme Alice, tu gagneras la place de tous les printemps du sud et du nord sans aller à la chasse dans « la banlieue de l’être ». Et il a répété : tu fais avec parce que la vitesse du nœud Popieul dans tous les champs, c’est pas pour faire joli ! ça fait pas discipliné quand ça part où tu vois ce que je veux rire : j’ouis avec ses textes – on va quand même pas conjuguer ouïr avec avoir quand il faut être tout ouïe.

Serge Ritman


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *