Une thèse sur les nouveaux enjeux de l’enseignement de la langue et de la culture d’expression française

Les nouveaux enjeux de l’enseignement de la langue et de la culture d’expression française.

Mondialisation : formes et réinterprétations linguistico-culturelles

Thèse pour obtenir le grade de Docteur de l’Université Paris-Sorbonne présentée par

Marie-Manuelle Da Silva

soutenue à Paris III Sorbonne nouvelle le 26 janvier 2013

Les travaux qui aboutissent à la thèse de Madame Marie-Manuelle da Silva ont été effectués sous la direction de Cristina Alvares, professeure à l’Université du Minho, et d’Emmanuel Fraisse, professeur à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Ces travaux se présentent sous la forme d’un volume de 412 pages dont 40 pages d’annexes. Il faut souligner l’effort constant dont Marie-Manuelle da Silva fait preuve, en particulier dans les 739 notes de bas de page, pour référencer et expliciter les notions très nombreuses prises à des champs disciplinaires non moins nombreux. La bibliographie de près de 40 pages est rigoureuse ; elle adopte un classement thématique séparant clairement les ouvrages et les articles, qui peut être fort utile aux étudiants même si sa consultation à la lecture de la thèse n’est pas rendue aisée du fait de cette organisation thématique étant donné son principe de référenciation dans le corps du texte « auteur-année ». L’index nominum regroupe plus de 350 entrées et distingue parfaitement les occurrences en pleine page et en bas de page.

La thèse présentée par Marie-Manuelle da Silva pourrait tromper par son titre car ce dernier ne mentionne pas le contexte particulier générant sa réflexion : le Portugal et son système éducatif, voire plus précisément, dans ce contexte national lié au défi européen, l’enseignement du français – et plus loin, un groupement d’œuvres autour du roman de Flaubert, Madame Bovary – dans son université de rattachement, l’Universidade do Minho, et en son sein l’Unidade Cientifico-Pedagogica de Letras e Artes (UPLA). Ce serait toutefois réduire la portée de son enquête et de sa réflexion que de la résumer à un dispositif local et ponctuel puisque, en fin de compte, il s’agit bien, pour Marie-Manuelle da Silva, de partir d’un cas dont il lui faut d’abord mesurer la spécificité, pour penser la situation générale d’un enseignement de la langue et de la culture d’expression française, et alors l’UPLA et Madame Bovary auraient été, pour sa recherche, les leviers nécessaires pour analyser une situation bien plus générale. On regrettera néanmoins l’absence de ces deux termes (Portugal et Faubert ou Madame Bovary) dans le titre de la thèse et, pour le moins, dans les mots-clés.

Cette difficulté apparente expliquerait le cheminement proposé par la thèse organisée en six chapitres s’amplifiant progressivement suivant en cela deux principes organiques associés : celui du feuilleté et celui du changement de focale ou principe du zoom. Les deux premiers chapitres permettent d’observer la dynamique des transformations scolaires au Portugal depuis la révolution des œillets en 1974 et l’intégration européenne. A partir de ce cadrage général tout à fait nécessaire, Marie-Manuelle da Silva situe l’enseignement du français dans le curriculum scolaire portugais et montre les enjeux de son récent changement de statut : langue-culture de référence pour l’élite, le français s’est instrumentalisé dans la formation des professeurs de langue adapté à la massification de l’enseignement secondaire et supérieur. Ce troisième chapitre prépare le suivant qui observe le passage des anciennes aux nouvelles humanités dans l’université portugaise et plus particulièrement dans celle du Minho et, plus précisément, au sein de l’ILCH (Instituto de Letras e Ciências Humanas). Tout un héritage se trouve alors mis en crise par les conséquences de la mondialisation tant du point de vue de la politique des langues que de l’institutionnalisation des études françaises dans un cadre contraint par « un découpage disciplinaire peu flexible » (p. 137).

Il est donc apparu nécessaire à Marie-Manuelle da Silva d’élargir le point de vue de l’observation pour proposer, dans un cinquième chapitre, un état des lieux du français dans la mondialisation avant d’engager sa recherche vers une didactique de la culture littéraire dans son sixième et dernier chapitre. La tâche n’est pas facile puisque, d’une part, le cas est à considérer dans la configuration mondiale des langues et, d’autre part, à historiciser dans des espaces parfois incommensurables, d’un département universitaire à l’UNESCO, en passant par la nation française et les relations interétatiques au différents niveaux, culturels, sociaux, politiques et scolaires. L’approche politique puis la perspective culturaliste, de « l’exception culturelle » à « la diversité culturelle », permettent à Marie-Manuelle da Silva de montrer les continuités et discontinuités spatiales et historiques qui rythment les points de vue interne et externe, linguistique et culturel de la situation française et francophone du français.

Cette articulation des deux principes d’organisation de la recherche est tout à fait remarquable nous accompagnant dans le passage de l’éducatif au culturel puis à la didactique de la littérature. Une telle articulation engage une problématisation réciproque de l’objet et du sujet de la recherche, de ses configurations en même temps que du regard et de ses focales. Aussi est-il acceptable que certaines implications de cette dynamique laissent place dans la table des matières de la thèse à quelques inconséquences (pas de 4.2 alors qu’il y a 4.1 ni de 5.3.2 alors qu’il y a un 5.3.1…) que l’édition et d’abord la réécriture veilleront à gommer.

La « post-francophonie », selon la notion de Jean-Marc Moura, qui caractériserait la situation, demanderait bel et bien une reconfiguration des études littéraires quels que soient leurs contextes d’exercice. C’est ce à quoi Marie-Manuelle da Silva ouvre alors la partie le plus importante de sa thèse qu’elle pense d’ailleurs poursuivre dans une recherche post-doctorale (voir note 418, p. 206). Mais, ici encore, sa volonté de viser une « perspective problématisante des études françaises » (p. 205) lui demande au préalable de préciser les conditions épistémologiques actuelles de telles études ; lesquelles se trouvent forcément remises en question tant par les cultural et post-colonial studies dont Marie-Manuelle da Silva suit l’émergence anglo-saxonne et l’acclimatation française en regard des études culturelles relevant d’abord de la discipline historique, que par les visual et adaptation studies qui semblent répondre aux pratiques culturelles du plus large public concerné par les études françaises y compris sous l’angle de la littérature.

Là encore, on peut discerner dans le compte rendu de la recherche qu’offre la thèse une double visée qui associe une archéologie des savoirs et une cartographie des controverses où les textes, les lectures et les institutions sont précisément documentés et problématisés dans des régimes d’historicité complexes qui se voient regroupés et associés dans des reconfigurations permanentes. Pour paraphraser le titre d’un ouvrage de Bruno Latour (Changer de société. Refaire de la sociologie, La Découverte, 1995), Marie-Manuelle da Silva propose de changer l’enseignement pour refaire de la littérature… Elle propose donc d’ouvrir des relations inédites en engageant toute sa démarche dans l’écoute de l’inattendu contre bien des discours catastrophistes ou passéistes qui veulent « sauver les lettres ». Aussi l’attente du lecteur de cette thèse est-elle très forte et il aurait été nécessaire d’éviter toute vision historiciste simpliste par son dualisme comme, par exemple page 320, quand la situation de transition actuelle serait caractérisée par « l’hybridisme » et dont l’issue serait le passage d’un paradigme à un autre… Le contemporain est toujours un mauvais passage ! Toutefois, la thèse redonne toujours à sa recherche l’exigence d’un comparatisme constructif, comme le suggère Marcel Détienne dans tous ses travaux. Et loin d’additionner des thèmes ou de viser à des typologies qui effaceraient le principe de dissonance nécessaire à un tel comparatisme, la thèse ne cesse de penser les hétérogénéités qu’il faut associer dans un montage où les singularités se configurent en constellations, connexions, affinités… dans l’esprit d’un Walter Benjamin.

Les propositions didactiques qui viennent clore la thèse, reposent en fin de compte sur une poétique différentielle qui semble adaptée au nouveau contexte des études françaises et qui fait confiance à ses sujets, élèves et professeurs. Madame Marie-Manuelle da Silva l’envisage en reconfigurant un classique du canon littéraire, Madame Bovary, dans ses différentes et multiples versions qui chaque fois recommencent le chef-d’œuvre de Flaubert en le dé-re-localisant tout en échappant aux pièges de la fidélité/trahison ou de la pureté/impureté des « media texts » bovarystes (p. 253, n. 606) de la période 2000-2010. On aperçoit bien dans cette recherche la visée toujours au travail de « la vertu intrinsèque », selon les propres termes de Flaubert dans sa correspondance, d’un livre, d’une œuvre, d’un discours.

Si Marie-Manuelle da Silva reconnaît la part « bricolée » de ses propositions didactiques (p. 262), elle pose néanmoins une heuristique didactique tout à fait heureuse et pertinente qui rendrait aux études françaises mais également aux études littéraires y compris en France, bien au-delà de l’étude de cas qu’elle propose, la force naissante de toute œuvre littéraire et donc de toute découverte d’une langue-culture, qu’elle soit proche ou lointaine, faisant « droit au différend », selon l’expression de Jean-François Lyotard (p. 312). Cette thèse est de ce point de vue tout à fait importante et encourageante pour les études littéraires en général et, bien entendu, dans le contexte particulier qu’elle analyse.

Pour conclure, deux questions à cette très belle thèse de Marie-Manuelle da Silva :

– Ne faudrait-il pas considérer comme des « marqueurs transfictionnels » non seulement les personnages principaux (Emma qui est essentiellement évoquée dans la thèse) mais également les personnages secondaires comme, par exemple, le capitaine des pompiers Binet qui observe de son tour dans son grenier les allers et venues des Bovary – Georges Poulet écrit dans ses Métamorphoses du cercle que « Emma est comprimée dans un cercle aussi étroit qu’un rond de serviette de Binet » ? Plus généralement, ne faut-il pas attacher la plus grande importance aux points d’ombre, aux zones d’opacité ou à ces fameuses « surfaces réfléchissantes » (Proust) du roman de Flaubert mais également des œuvres (cinématographiques et autres) convoquées par le corpus ? Autrement dit, en quoi tout le dispositif didactique proposée par la thèse modifie-t-il la lecture de Madame Bovary en regard de dispositifs plus attendus ou convenus ?

– Pourquoi ne pas inverser la proposition faite p. 265 (« nous considérerons comme un préalable la lecture de Madame Bovary »), c’est-à-dire pourquoi ne pas situer toute la didactique ouverte par la thèse dans un dispositif permettant aux étudiants de circuler dans un corpus auquel ils pourraient contribuer, l’élargissant, le situant dans leurs propres pratiques culturelles et lectorales, incluant progressivement voire in fine la lecture du roman de Flaubert et ainsi les obligeant à lire en vue de, ou avec des, comptes rendus motivés, construits et inventifs permettant vraiment de « refaire de la littérature » tout en étant pleinement impliqué dans un enseignement de la littérature et donc ici de « Flaubert » qui serait bien plus que l’auteur de Madame Bovary ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *