De l’histoire littéraire à l’expérience des trans-subjectivations (avec Maxime Decout)

Maxime Decout, Qui a peur de l’imitation ?, Paris, Les éditions de Minuit, 2017.

Ce que j’aime dans les essais de Maxime Decout c’est que, s’inscrivant explicitement dans l’histoire littéraire, ils ne cessent d’en saper le bien fondé ! L’épilogue de cet essai qui compte deux parties, la première listant les « malaises dans l’imitation » et la seconde posant cette dernière comme une activité défiant constamment sa propre existence, commence ainsi : « L’histoire littéraire a donc été profondément marquée du sceau de l’imitation et de sa peur ». Mais aussitôt Decout montre in fine combien les « dynamiques complexes » qu’engage l’imitation, défont la « chronologie toujours remaniée » de l’histoire littéraire et surtout rendent très suspectes deux de ses notions clés : l’origine et l’originalité. Au-delà du creusement des paradoxes de l’imitation et de l’extension des débordements qu’elle suscite, paradoxes et débordements qui « rénov[ent] en profondeur notre conception de l’originalité et de la littérature », Decout conclut sur « la convergence de deux statuts » et donc l’inanité du dualisme écriture/lecture ; bref, de quoi défaire bien des habitudes en critique littéraire comme en didactique de la littérature. Et ce livre vaut d’abord pour les anthologies qu’il construit comme celle qui en deux pages accumule des formules fortes de Gide à Valéry en passant par Montaigne, Proust et surtout Flaubert : « Il y a des phrases qui me restent dans la tête et dont je suis obsédé, comme de ces airs qui vous reviennent toujours et qui vous font mal tant on les aime ».

Il y a dans cet essai un art de la formule qui est un art de la reprise : « On glisse vite du délit d’imitation au déni d’imitation », formule qui résume toute la première partie et qui est immédiatement illustrée par « la mauvaise foi » (voir l’ouvrage précédent de l’auteur dont j’ai rendu compte dans la revue Europe n° 1044, avril 2016, p. 346-348) de trois imitateurs, Du Bellay, Musset et Nodier tout en annonçant « un autre pasticheur », Marcel Proust qui fera, après quelques remarques sur Sartre, l’ouverture de la seconde partie. Donc Decout construit sa réflexion sur la remise en cause d’un dualisme bien scolaire (et scolarisé de la maternelle à l’université sans compter les médias) : celui du « duel entre l’imitation et l’originalité », qui « est vieux comme le monde et [qui] commande une série de compromis incertains » – on comprendrait ainsi les angoisses ou plus massivement le désintérêt de bien des élèves… face à ces « malaises de l’imitation ». Mais Decout n’engage pas frontalement la critique et trop souvent hésite entre la multiplicité des parades typologiques (« le pastiche, la parodie, le travestissement burlesque, l’allusion, le plagiat ») et la formulation d’une toute autre tradition que celle de la rhétorique ou de l’herméneutique, celle d’une écoute d’un dire qui serait toujours aussi un redire (voir dès la p. 11 cette formulation qui vise une transsubjectivation à cent lieues des hyper-sujets de l’histoire littéraire que sont l’auteur, le lecteur, le siècle… et même le style, non au sens de Flaubert mais au sens scolaire de la stylistique de concours). Car ce sont bien les distinctions à opérer aussi bien pratiquement que théoriquement – et certainement dans le même mouvement, entre les notions d’originalité et de singularité, que cherche à opérer Decout même s’il fait souvent un pas en avant, passant par exemple de la signature d’une singularité qui « n’est pas qu’une simple forme » et donc « opère une jonction sans précédent entre la sphère esthétique et la sphère existentielle », pour revenir en arrière en maintenant la notion de style-écart. Ceci dit, tout l’essai est une invitation forte à écouter au plus près ce qui dans les œuvres, voire dans nos expériences de lecture-écriture, explore « l’immense paradoxe que cristallise l’imitation » : « on la craint pour ce qu’elle est mais []on s’y applique pour ce qu’elle permet, à savoir s’opposer à elle-même ». De la thématisation à la problémarisation de ce paradoxe, Maxime Decout nous engage, le plus souvent allégrement, à penser autrement que dans les termes habituels (influence, originalité, « moi et les autres »…) la spécificité des œuvres et au-delà des discours : quel sujet-relation passe, au sens de Walter Benjamin, dès que l’imitation devient inimitable dans et par sa pluralité même ? 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *